Andrew Ranger survole la piste!

Andrew Ranger... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Andrew Ranger

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Andrew Ranger a résumé en une phrase sa journée de travail samedi, après une autre performance convaincante sur la piste du Grand Prix de Trois-Rivières. «Ici, c'est comme chez nous!»

Andrew Ranger a résumé en une phrase sa... (Photo: Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Photo: Olivier Croteau

Le pilote de Roxton Pond a établi un nouveau record pour une voiture de type stock-car, qualifiant sa Dodge #27 Mopar/Pennzoil au premier rang en vertu d'un chrono de 1:06,986. C'est donc lui qui partira favori, dimanche après-midi, dans le cadre du 50 Tours JuliaWine.com en série NASCAR Canadian Tire.

Kevin Lacroix (deuxième) et Alex Tagliani (troisième), détenteur du précédent record datant de 2013 (1:07,082), ont complété le top-3.

Marc-Antoine Camirand de Saint-Léonard-d'Aston suit en quatrième place, tout juste devant le Trifluvien Louis-Philippe Dumoulin, vainqueur de l'épreuve il y a un an. Son frère Jean-François s'élancera de la dixième position sur la grille.

«Dès le début de la journée, je sentais la voiture très rapide», souriait Ranger, qui est toujours parvenu à monter sur le podium au GP3R depuis sa première apparition en 2007.

«Rien n'est gagné d'avance. À Trois-Rivières, tu dois t'assurer de bien gérer la voiture, notamment pour sauver du carburant. Ce sera un autre bon défi, j'ai hâte que ça commence!»

À ses côtés, Kevin Lacroix était tout aussi heureux. Le gagnant de la course sur le circuit ICAR de Mirabel, plus tôt cet été, savourait de nouveau une belle prestation sur un tracé routier.

Il tentera évidemment de jouer les trouble-fêtes dimanche. Chose certaine, il se débrouille plutôt bien pour un pilote qui n'avait pas roulé dans le volet compétitif depuis 2008 avant de revenir cette année.

Tagliani, quant à lui, se disait déçu du résultat des qualifications, malgré un classement plutôt avantageux à l'aube d'une course qui s'annonce encore une fois excitante et pleine de rebondissements, comme c'est toujours le cas à Trois-Rivières.

«On a fait quelques changements sur la voiture, mais je n'étais pas confortable. Par contre, si on survit aux relances, on se donne une chance de terminer avec un excellent résultat. Pour une raison quelconque, je ne réussis jamais à finir mes courses au GP3R, sauf en Formule Atlantique. On va vouloir changer ça [dimanche].»

Fait intéressant, l'ordre des trois premiers pilotes sur la ligne de départ sera un copier-coller de la manche disputée à Mirabel.

Un peu plus loin, L.-P. Dumoulin témoignait d'un problème de freins. «Cinquième, ce n'est pas catastrophique, mais j'ai eu des troubles avec le freinage. J'ai poussé très fort pour récolter ce top-5, mais la voiture n'était pas efficace. Mes mécaniciens le savent, on va travailler là-dessus ce soir.»

Dumoulin n'a pas joué de chance dans sa préparation. La très grande majorité des pilotes ont préféré demeurer dans les puits en début d'après-midi pour la deuxième séance d'essais, en raison des conditions météorologiques qui compliquaient les manoeuvres sur la piste.

Puis, au début des qualifications, l'Ontarien Kevin Poitras a endommagé sa voiture après être entré en collision avec un mur de pneus dans le virage 1. La séance a été retardée de quelques minutes.

Des hauts et des bas

Dame Nature a d'ailleurs joué avec les nerfs des spectateurs tout au long de la journée. Deux bonnes averses ont éclaté, une en début de journée, l'autre à la toute fin de la séance de qualifications de la série NASCAR Canada.

En terme de divertissement pur, les pilotes de la NASCAR Sportsman Lucas Oil ont offert le meilleur spectacle aux nombreux amateurs rassemblés dans les gradins.

Du côté des monoplaces du championnat québécois de la Formula Tour 1600, l'oncle Jacques Villeneuve a pris le troisième échelon de la catégorie Master, le dixième rang au total. Plus tard, lors de la seconde épreuve, le volubile personnage a conclu sa course dans un mur de pneus, après le virage de la porte Duplessis.

Selon ses explications, il a freiné trop tard en attaquant le coin numéro 2. Il ne restait que quelques tours et Villeneuve se dirigeait vers un deuxième podium de suite.

«C'est la première fois que j'ai des problèmes à cet endroit, mentionnait le vétéran de 61 ans. Je ne suis pas content de mon résultat, mais au moins, physiquement, je me sens bien.»

Le frère de Gilles a pris la peine de remercier le propriétaire de la série Marcel Lafontaine et Historia, qui lui ont permis de rouler à Montréal et Trois-Rivières cette année. «Mais là, je suis rendu trop vieux! Ça me surprendrait qu'ils le réinvitent. D'après moi, ils voulaient me voir juste une fois! Maintenant, je retourne dans mon garage pour préparer ma saison en motoneige.»

La course de la 1600 a pris fin sur un drapeau jaune, justement en raison des problèmes de Villeneuve. Cette situation a été décriée par de nombreux observateurs et autant de pilotes.

Parmi eux, Gérald Dumoulin affichait tout de même une très bonne mine. Le Trifluvien a effectivement remporté la mise dans la classe Master, bénéficiant de l'incident de Villeneuve pour monter sur la plus haute marche du podium.

Dimanche, le site ouvrira ses portes dès 8h. Le 50 Tours JuliaWine.com se mettra en branle à compter de 14h10.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer