Quatre courses pour Marc-Antoine Camirand en NASCAR Pinty's

Marc-Antoine Camirand sera de retour en piste grâce... (Courtoisie)

Agrandir

Marc-Antoine Camirand sera de retour en piste grâce à l'aide de GM Paillé Chevrolet et de son propriétaire, Jean-Claude Paillé.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Berthierville) Après une saison presque entière loin des circuits, Marc-Antoine Camirand sera de retour en série NASCAR Pinty's. Le Léonardais, qui ne l'a jamais eu facile en sport automobile, s'est trouvé un commanditaire qui lui permettra de participer à quatre épreuves de la série canadienne.

Le pilote de 38 ans sera ainsi des quatre épreuves sur circuit routier restantes au calendrier, sur les tracés d'ICAR, de Toronto, de Bowmanville et bien sûr, dans les rues de Trois-Rivières. C'est le concessionnaire automobile GM Paillé de Berthierville qui a levé la main pour appuyer le coureur. 

«J'ai hâte en tabarouette!, s'est exclamé Camirand jeudi. Je suis vraiment honoré d'obtenir l'aide de GM et de Paillé. L'argent, c'est le nerf de la guerre, et d'obtenir une telle commandite, j'ai vraiment une bonne impression.»

Les deux parties avaient fait équipe pour la première fois au Grand Prix de Trois-Rivières l'année dernière. Visiblement, Jean-Claude Paillé a eu la piqûre.

«On a eu du plaisir et du bonheur. Pendant l'hiver, il y a eu des pourparlers pour une demi-saison, comme ce sera le cas. La passion était là et Marc-Antoine est un bon ambassadeur. Il représentait bien l'image qu'on veut donner à notre concession, donc c'était naturel de renouer nos voeux», note Paillé.

Au fil de sa carrière, Camirand, première victime du retrait obligatoire du cigarettier Player's, a toujours eu de la difficulté à se dénicher des commanditaires, et n'a jamais eu accès à une machine promotionnelle derrière lui. L'arrivée de ce nouveau commanditaire pourrait complètement changer sa carrière.

«C'est un bon tremplin pour débuter une relation à long terme. La série donne une visibilité nationale, à la télévision. Notre entreprise est locale mais elle a un rayonnement international. On veut surfer sur Marc-Antoine et l'utiliser pour nos campagnes promotionnelles.»

Quatre courses en 2017, mais un calendrier complet en 2018? C'est le prochain projet des deux hommes. Chevrolet est pratiquement absent du peloton de la série NASCAR Pinty's, contrairement aux Dodge et Ford. Aux yeux de Jean-Claude Paillé, il est temps que cette situation change. Il approchera donc les bureaux nationaux de l'entreprise afin d'obtenir le financement nécessaire pour permettre à Camirand d'être pilote régulier la saison prochaine.

Avec Scott Steckly

L'autre bonne nouvelle qu'avait à annoncer Camirand, c'est que sa voiture a été construite par Scott Steckly, dans son usine de Bowmnaville. Le Léonardais portera le numéro 22, chargé d'histoire puisque c'est avec celui-ci que Steckly a remporté quatre championnats.

Or, l'entente n'a pas été facile à boucler. L'hiver dernier, Steckly a vendu son inventaire Chevrolet pour se tourner vers Dodge. Vous comprendrez qu'avec une commandite d'un concessionnaire Chevrolet, il était impossible d'imaginer autre chose que le logo de cette compagnie sur la voiture.

«Il n'y avait pas une tonne d'équipes qui pouvaient nous aider. On a rencontré les Seibert à Ottawa, mais je ne sentais pas que ça allait fonctionner. Quand nous avons rencontré Scott, ça n'a pas été facile parce qu'il était maintenant avec Dodge. Ça m'a découragé, mais après des discussions, il a accepté d'acheter une carrosserie Chevrolet», conclut le pilote, qui deviendra ainsi coéquipier d'Alex Tagliani.

Camirand effectuera son retour en piste le 8 juillet, à ICAR. Il prévoit aussi disputer trois épreuves au Grand Prix de Trois-Rivières, avec deux courses en CTCC en plus de celle en stock-car.

L'épreuve de Chaudière reportée

Les pilotes de la série NASCAR Pinty's devaient faire leur premier arrêt au Québec samedi, pour une épreuve de 300 tours sur le petit ovale de l'Autodrome Chaudière, à Vallée-Jonction. L'épreuve a toutefois été remise au 23 juin, puisque la météo n'augurait rien de bon.

Il s'agit de la deuxième année où une telle situation se produit. En 2016, la course avait aussi été reportée d'une semaine, et Alex Labbé l'avait finalement emporté. «C'est sûr que ça change nos plans, reporter une course comme ça à la dernière minute. Nous avions plusieurs choses à faire à l'usine et nous voulions aller tester en circuit routier prochainement. Mais on va s'arranger. Le 23 juin, c'est la fin de semaine de la Saint-Jean-Baptiste et il y a une course de la série ACT/LMS à Montmagny le lendemain. Ça peut bien fonctionner», a souligné Jean-François Dumoulin après avoir appris la nouvelle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer