Un dernier souffle pour le vieux moteur de Dumoulin?

Après Edmonton. Louis-Philippe Dumoulin tentera d'obtenir un autre... (MatThew Manor)

Agrandir

Après Edmonton. Louis-Philippe Dumoulin tentera d'obtenir un autre bon résultat.

MatThew Manor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Louis-Philippe Dumoulin et les autres pilotes de la série NASCAR Pinty's n'ont pas eu le temps de se reposer après l'épreuve de samedi à Edmonton. Ils se retrouveront mercredi soir, 500 km plus à l'est, au Wyant Group Raceway de Saskatoon.

Dans le cas de Dumoulin, il espérera que son moteur soit comme du bon vin, c'est-à-dire que plus il vieillit et plus il est bon. Celui-ci en sera à sa septième course, au moins deux de plus que la date d'expiration habituelle. Mais les partisans ont eu droit à une performance surprenante de la part de la mécanique du Trifluvien à Edmonton, lui qui a croisé le fil d'arrivée en deuxième place, derrière Alexandre Tagliani qui ne pouvait être approché lors de cette épreuve.

«Il part encore, c'est bon signe! On pense qu'on est capable de bien faire et que le moteur a encore une course. Nous avons besoin de lui pour les pratiques, la qualification et 250 tours. Et après, on le sort. On va l'encadrer!»

Fort heureusement, l'écurie Dumoulin Compétition a pu compter sur des installations de première ordre afin de rafistoler la voiture dimanche et lundi, puisque Tiger Automotive, un distributeur de pièces, dont celles du commanditaire du Trifluvien, WeatherTech, lui a prêté une partie de son usine. Les deux journées auront permis de s'assurer que le moteur allait tenir le coup en changeant quelques pièces et en serrant plusieurs boulons. Mais aucune cure de jeunesse n'était possible pour celui qui occupe maintenant le sixième échelon au classement général, 39 points derrière Andrew Ranger au premier rang.

L'ovale de Saskatoon s'annonce aussi plus demandant pour le bolide numéro 47. Il s'agit d'un tiers de mile - plutôt qu'un quart de mile en Alberta - avec plus d'inclinaison dans les virages. La vitesse de pointe sera donc plus importante. Mais Dumoulin estime que la communication passe de mieux en mieux au sein de l'écurie et que c'est de bon augure pour le reste de la saison.

«Je n'étais pas surpris (du résultat à Edmonton), mais j'étais vraiment content que tout ce qu'on avait travaillé avec Billy Burns (son chef d'équipe) ait marché. Nous sommes dans la bonne direction et on communique mieux en équipe. Les deux voitures, c'est la première année que nous travaillons avec elles. En essayant des choses, on découvre leur personnalité.»

Le drapeau vert sera donné sur le coup de 21 h 30 à Saskatoon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer