Temple de la renomée du GP3R: une cuvée dédiée aux journalistes

Trois journalistes de la région ont fait leur... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Trois journalistes de la région ont fait leur entrée parmi les grands du GP3R, soit Robert Martin, deuxième, Serge L'Heureux, quatrième, et André Dupont, représenté par son épouse Nicole Trottier. On retrouve aussi sur la photo Dominic Fugère, directeur général du Grand Prix, Serge Lafrenière, président des Amis du Grand Prix et Gerry Rochon, historien de l'événement et membre du c.a. des AGP.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Dans une thématique entièrement dédiée aux médias, le Grand Prix de Trois-Rivières a ouvert les portes de son Temple de la renommée pour une première fois à trois anciens journalistes ayant longtemps suivi les activités automobiles dans la région. Vendredi soir, André Dupont (à titre posthume), Serge L'Heureux et Robert Martin sont ainsi devenus les 60e, 61e et 62e intronisés dans une soirée riche en émotions.

Qualifié du «Jean Béliveau de la presse parlée en Mauricie» par Gerry Rochon, André Dupont est d'abord devenu le septième membre du Temple à être honoré à titre posthume. Présente pour accepter l'honneur, son épouse Nicole Trottier a parlé avec émotion de son défunt mari décédé en janvier 2015.

«Ce n'est jamais trop», a-t-elle d'abord mentionné à propos des multiples hommages reçus par M. Dupont au cours des derniers mois. «Il a aimé ce qu'il a fait, c'était une véritable passion pour lui.»

Journaliste à TVA, André Dupont avait également été intronisé au Temple de la renommée du sport mauricien en janvier dernier dans le cadre du 34e Gala Sport-Hommage Mauricie. Depuis 2015, la Fondation Claude-Mongrain remet aussi une bourse en son honneur.

Un duo efficace

Pour sa part débarqué au GP3R en tant que bénévole de 1975 à 1985, Serge L'Heureux a aussi couvert l'événement en tant que journaliste, de 1989 à 2013. Flatté de recevoir un tel honneur, il peinait à voir son nom associé à des légendes de la trempe de Gilles Villeneuve. «Quand on regarde les noms affichés sur le mur du Temple de la renommée, tu ne peux pas faire autrement que te sentir privilégié d'en faire partie», a fièrement commenté l'ancien du Nouvelliste, aujourd'hui retraité.

«En étant bénévole et journaliste, ça m'a permis d'apprécier deux côtés de l'événement. J'ai pu, entre autres, comprendre comment ça fonctionnait en coulisses, notamment pour attirer des pilotes ici. C'était très intéressant», a indiqué L'Heureux, qui retiendra particulièrement du GP3R ses rencontres avec la famille Villeneuve, Gilles, l'oncle Jacques et Jacques, le fils.

En plus de son travail de journaliste, L'Heureux a aussi croqué de nombreux moments dans la lentille de son appareil photo. Un de ses clichés - montrant l'oncle Jacques Villeneuve à bord d'une Can-Am Frisbee Chevrolet - se trouve d'ailleurs affichée sur le mur des légendes longeant le boulevard du Carmel.

De son côté, Robert Martin s'est remémoré une anecdote bien précise lors de son intronisation. S'il a développé une passion pour le sport automobile, c'est surtout grâce à son professeur d'anglais de l'époque, Paul Charest, qui avait pris quelques instants en classe pour parler de la première édition de l'épreuve de sport automobile routier trifluvien, en 1967. La piqûre a été instantanée.

«De fil en aiguille, j'ai découvert une passion pour ce sport. Plus tu couvres l'événement, plus tu en découvres sur la course automobile. Tu t'aperçois rapidement que c'est beaucoup plus qu'un simple gars qui pèse fort sur le gaz pour terminer premier!», raconte-t-il.

Au fil des nombreux Grand Prix auxquels il a assisté, Robert Martin retenait surtout les nombreuses victoires des pilotes locaux, dont celles de Marc-Antoine Camirand, Jocelyn Hébert et des frères Louis-Philippe et Jean-François Dumoulin.

«Être intronisé au GP3R, ce n'est pas le genre d'honneur que tu t'attends de recevoir en tant que journaliste. Je me sentais simplement privilégié de pouvoir couvrir un événement que j'aimais tant», a mentionné l'ancien journaliste du Nouvelliste, aujourd'hui retraité.

Par ailleurs, Gerry Rochon s'est fait fort élogieux en parlant du duo L'Heureux-Martin en le qualifiant du meilleur tandem de presse écrite à avoir couvert l'événement en 47 ans d'histoire.

Les trois nouveaux membres du Temple feront officiellement leur entrée lors de la prochaine édition du GP3R, le 14 août, lors d'une cérémonie qui aura lieu dans le virage numéro 1 du circuit trifluvien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer