Dumoulin en rallycross au GP3R

Patrick Carpentier et Louis-Philippe Dumoulin feront équipe au... (Olivier Croteau)

Agrandir

Patrick Carpentier et Louis-Philippe Dumoulin feront équipe au Grand Prix de Trois-Rivières en rallycross.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est un cadeau tombé du ciel qu'a reçu Louis-Philippe Dumoulin. Le pilote sera en piste lors du Grand Prix de Trois-Rivières, et pas seulement en NASCAR Canadian Tire, mais aussi dans l'épreuve du Championnat du monde FIA de rallycross.

Patrick Carpentier avait atteint la finale du Championnat... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Patrick Carpentier avait atteint la finale du Championnat du monde FIA de rallycross à Trois-Rivières en 2014.

Olivier Croteau

Il s'agira d'un tout nouveau défi pour le Trifluvien, puisqu'il n'a jamais conduit une voiture pouvant évoluer sur l'asphalte et sur la terre battue. Il aura toutefois la chance de faire équipe avec Patrick Carpentier, qui en avait impressionné plusieurs l'an passé en atteignant la finale de la manche mauricienne avec les gros noms de la catégorie.

Les deux Québécois se retrouveront au sein de l'écurie JRM Racing, reconnue pour son travail dans les courses d'endurance, mais qui fait de plus en plus sa marque en rallycross avec des Mini Cooper Countryman. L'écurie avait d'ailleurs atteint la finale de la course en terre anglaise le

24 mai dernier.

«J'ai rencontré l'équipe à Hockenheim (début mai) et elle nous a demandé si nous connaissions de bons pilotes. J'ai immédiatement proposé Patrick et Louis-Philippe», a souligné le directeur général du GP3R, Dominic Fugère, qui a grandement aidé aux rapprochements entre l'écurie et les deux pilotes.

«Au GP3R, on aime ça quand on permet aux pilotes d'ici de se mesurer aux meilleurs pilotes du monde. L.P. est rendu-là, il l'a prouvé l'an dernier en étant le meilleur au Canada. Il aura une scène mondiale. Pour nous aussi c'est bon, parce que les gens peuvent se galvaniser derrière lui», a estimé le directeur général.

Même s'il n'a pas d'expérience dans le domaine, Dumoulin promet de ne pas être intimidé, lui qui pourra compter sur l'apport de son commanditaire habituel WeatherTech, ainsi que l'appui des pharmacies Jean Coutu.

«J'ai entendu dire que ce n'était vraiment pas facile, mais peu importe ce que je fais, je veux gagner. Je joue au badminton, je veux gagner, je joue au tock avec ma blonde, je veux gagner. Je veux être en avant, mais je suis conscient du défi et c'est un bon challenge.»

La seule expérience de conduite en dérapage du pilote de 35 ans remonte à son enfance, lorsqu'il avait commencé à courser sur la glace.

«On ne pouvait pas faire de karting, alors on coursait sur la glace. Mais ce n'était pas des voitures de 600 chevaux si avancées technologiquement. Je pense que oui, je recommence à zéro, mais c'est ce qu'on fait dans la vie, changer de piste, apprendre rapidement et relever nouveaux défis.»

Pas de chicane

Une chose est certaine, il n'y aura pas de jalousie entre les deux nouveaux coéquipiers lors du week-end du 7 et 8 août. Il fallait les voir discuter de la procédure de départ des puissants bolides SuperCar de rallycross pendant une dizaine de minutes, hier, pour comprendre que la coopération sera à son meilleur.

«Être coéquipier avec Patrick, ce sera super le fun. Tout le monde sait que c'est une bonne personne et qu'il n'est pas prétentieux. On va se donner des trucs. Dans le championnat, la compétition est si forte que c'est mieux de travailler ensemble, de communiquer, de s'échanger des réglages, bref, de tout mettre sur la table. Ça nous permettra de s'améliorer durant toute la fin de semaine et de faire la finale tous les deux», lance Dumoulin, qui pourra profiter d'une séance d'essais avant l'événement afin de se familiariser à ces bolides.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer