Karting: Francis Mondou est prêt pour le championnat mondial

Après le cauchemar de 2013 à La  Nouvelle-Orléans,... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Après le cauchemar de 2013 à La  Nouvelle-Orléans, Francis Mondou se sent d'attaque en vue de sa deuxième participation au Championnat mondial Rotax, qui a lieu cette année en Espagne.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Francis Mondou a toutes les raisons d'être superstitieux à l'approche du Championnat du monde Rotax. Lorsqu'il s'élancera sur la piste du complexe ultramoderne Kartodromo Internacional Lucas Guerrero Chiva de Valence, en Espagne, le pilote de karting devrait revêtir le même linge qu'il portait lorsqu'il a été sacré champion canadien, plus tôt cette année au Mont-Tremblant.

Disqualifié à deux reprises à La Nouvelle-Orléans l'an dernier, Mondou s'était aussi fait dérober son passeport dans sa voiture de location, ce qui l'avait forcé à ronger son frein un peu plus longtemps, déjà qu'il était très déçu de se performance lors de ce premier Mondial.

Mais voilà, le cauchemar de 2013 est heureusement chose du passé et c'est en tant que champion canadien en classe

DD2 Masters que l'homme d'affaires de Shawinigan s'attaquera au circuit espagnol, entouré des meilleurs conducteurs de la planète, dont deux autres Canadiens (son bon ami Stuart Clark et Paul Carvalho).

«Je m'en vais là-bas avec l'objectif de faire un podium. Au Canada, nous ne sommes pas des deux de pique, d'autres ont déjà connu du succès par le passé à la compétition. Je ne connais pas encore le tracé de Valence, mais je vais me louer un kart pour l'étudier avant le début du championnat. Tout est permis!»

Au total, 72 pilotes de partout dans le monde ont rendez-vous sur la péninsule ibérique. Après trois manches qualificatives, les 26 meilleurs auront le privilège de courir en finale, mais il est possible que d'autres participants s'ajoutent. «Ça peut aller jusqu'à 32 environ, ça dépend des catégories. Dans la nôtre, la lutte sera particulièrement relevée.»

Aussi bien mettre toutes les chances de son côté. Et pourquoi pas un peu de fantaisie? «J'ai tellement été malchanceux à La Nouvelle-Orléans que j'ai décidé de traîner mon linge du Mont-Tremblant dans ma valise. Sans oublier mon chandail d'entraînement des Cataractes!»

Le plus dur: garder la forme

Mondou ne s'en cache pas, garder une forme physique optimale en vue du grand rendez-vous n'a pas été une tâche facile. Il a redoublé d'ardeur en gymnase - il a perdu une quinzaine de livres - et malgré un nombre d'heures à l'entraînement en kart quelque peu insuffisant, il se dit prêt mentalement. «Mes derniers tours de piste remontent à octobre, à Saint-Célestin et Saint-Hilaire. Sauf qu'à Valence, je miserai sur l'expertise d'un bon ingénieur, je vais travailler avec le même que Clark.»

Il est à noter également que tous les karts seront identiques et fournis par quatre manufacturiers.

Le Mondial s'échelonnera du 25 au 29 novembre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer