Le retour en force de Frédéric Blais

Frédéric Blais (à gauche) effectuera un retour à... (Audrey Blais)

Agrandir

Frédéric Blais (à gauche) effectuera un retour à l'épreuve-reine du C2, ce week-end, à la Classique internationale de canots de la Mauricie, en compagnie de Ben Schlimmer.

Audrey Blais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Trois ans de pause, c'était assez. Frédéric Blais effectuera un grand retour dans l'épreuve-reine de la Classique internationale de canots de la Mauricie, ce week-end, à l'occasion de la 83e édition qui sera lancée vendredi.

Si le colosse a repris l'entraînement intensif cette année, c'est en grande partie en raison de son nouveau coéquipier américain, Ben Schlimmer, qui a su se montrer fort persuasif... quelques jours après la visite de la cigogne.

«Ben, c'est un ami de longue date. Après la naissance de ma petite, il est venu me visiter et il m'a lancé le défi. Ça m'a tout de suite donné le goût de revenir, même si je pars de loin.»

Au cours des trois dernières années, Blais n'est pas demeuré loin de son aviron pour autant. Il a notamment continué son association avec la Classique, du côté de l'épreuve de rabaska (R9). Si l'entraînement était plus léger en rabaska, il a cependant englouti les heures sur l'eau en préparation de l'édition 2016. Force est d'admettre qu'il n'avait pas perdu la touche. Cet été, il s'est même permis de remporter l'épreuve d'endurance individuelle (C1) à Boston.

«Ce qui me surprend le plus, c'est que je pensais être dans un monde à part en revenant après trois ans. Mais ce n'est pas le cas du tout.»

Ainsi, le Shawiniganais de 29 ans viendra bonifier une grille de départ déjà bien relevée qui tentera de ravir la couronne aux champions en titre Mathieu Pellerin et Guillaume Blais. Si en coulisses, on chuchote que ce nouveau duo peut sérieusement venir brouiller les cartes, le principal intéressé admet qu'il peut tenir tête au peloton... sans pour autant s'avancer sur ses chances de victoires!

En carrière, Frédéric Blais a terminé deux fois sur le podium de la Classique - 3e en 2011 et 2e en 2009 - à chaque fois avec son frère Guillaume.

En 2013, lors de sa dernière participation, le Shawiniganais de 29 ans avait rallié l'arrivée à l'île Saint-Quentin en cinquième position en compagnie de Matt Rudnitsky.

Quant à son association avec Ben Schlimmer dans les grands rendez-vous, elle se limite à une participation à la course AuSable River Canoe Marathon en 2013. Ils avaient bouclé la distance en sixième position.

«Sur papier, je crois qu'il y a sept bonnes équipes qui peuvent se tenir en avant. Nous, je nous vois peut-être comme huitièmes. On a eu droit à un bon coup de pouce d'un commanditaire qui a permis à Ben de venir s'entraîner ici une dizaine de fois. Disons que la première fois, ce n'était pas numéro un, mais ça s'est bien replacé depuis et on est maintenant confortable ensemble. J'ai toujours terminé dans les cinq premiers quand j'ai fait la Classique. On espère surprendre!», admet-il.

«Mais en même temps, une victoire sans Serge Corbin ou le duo Steve Lajoie et Andrew Triebold n'a pas la saveur d'une victoire», laisse-t-il tomber, en référence à ces grands vainqueurs de la Classique au fil des ans.

De son côté, Ben Schlimmer a complété l'épreuve en sixième position l'an dernier en compagnie de son frère Michael, à 19 minutes des vainqueurs (Mathieu Pellerin et Guillaume Blais). Le duo avait notamment connu une bonne troisième journée, entre Shawinigan et Trois-Rivières, en obtenant le troisième meilleur temps de la journée.

Partager

À lire aussi

  • Une relève en progression

    Classique de canots

    Une relève en progression

    Bien conscient que l'épreuve de kayak à deux (K2) peine à susciter un engouement auprès des rameurs, Stéphane Boileau se réjouit néanmoins de la... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer