Blais et Pellerin s'en promettent au Michigan

Guillaume Blais et Mathieu Pellerin défieront l'hostile trajet... (Francois Gervais)

Agrandir

Guillaume Blais et Mathieu Pellerin défieront l'hostile trajet entre Grayling et Oscoda pour la deuxième fois ensemble.

Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Équipe de l'heure du canot long parcours, le tandem formé de Guillaume Blais et Mathieu Pellerin aura dans sa mire une troisième victoire consécutive sur le prestigieux circuit de la Triple couronne, ce samedi au Michigan dans le cadre du AuSable River Canoe Marathon.

Vainqueurs de la Classique internationale de canots de la Mauricie en septembre 2015 et de la General Clinton Canoe Regatta dans l'État de New York au début de l'été, les deux Shawiniganais défieront l'hostile trajet entre Grayling et Oscoda pour la deuxième fois ensemble.

Vice-champions de l'édition de l'an dernier, ils ne visent rien de moins que l'ultime triomphe ce week-end. Pas moins de 99 embarcations sont inscrites à l'épreuve et on dénombre plus d'une vingtaine de Québécois, dont, évidemment, de nombreux Mauriciens.

«On veut le triplé!», s'exclame Pellerin, installé dans le nord du Michigan depuis le début de la semaine.

«J'avais la chienne de venir ici avant. J'ai participé à huit ou neuf Classiques en Mauricie avant de dire oui au Marathon du Michigan pour la première fois il y a un an. Ceux qui s'y aventurent dès leur première année de canot sont très courageux!»

C'est que cette épreuve d'endurance, qui emprunte un sinueux parcours d'environ 195 km, se déroule en partie pendant la nuit, contrairement aux deux autres courses de la Triple couronne (Cooperstown et la Classique). «Si ton GPS te lâche, tu peux rapidement te retrouver dans le trouble. Il faut aussi savoir ménager ses énergies», explique le président de l'Association des coureurs en canot du Québec (ACCQ).

Lajoie passe son tour

Grand absent du Marathon 2016, Steve Lajoie n'a pu dénicher un partenaire de qualité dans les délais prescrits.

Celui qui a remporté sept victoires consécutives à la Classique avec Andrew Triebold n'unira pas ses forces avec son fidèle compagnon au Michigan, un scénario dont on avait déjà été témoin en Mauricie l'an passé. «Andy et moi, on a eu un petit froid et c'est difficile depuis ce temps-là de ramer ensemble, admettait Lajoie en entrevue au Nouvelliste mercredi. Déjà qu'on ne se parlait pas beaucoup en compétition, c'est pire que pire!»

Lajoie ne cache pas sa peine de louper la course du Michigan, une première pour lui depuis 2008. «Je suis en forme donc je ne me contenterais pas d'un rôle de figurant. Si j'y vais, c'est pour gagner.»

Si l'Américain Matt Rudnitsky avait été disponible, les choses auraient pu être différentes. «J'aurais envisagé de ramer avec Matt. Mais bon, je ne perds pas espoir pour la Classique. Je poursuis ma préparation en espérant qu'un coup de fil retentisse!»

Lajoie et Rudnitsky avaient conclu la course de Cooperstown 68 secondes derrière Blais et Pellerin en mai. Quant à Andrew Triebold, il rejoindra Jacob DuBois au Michigan.

«C'est certain que le fait que Steve ne soit pas avec Andrew, ça ouvre des portes, commente Mathieu Pellerin. Je ne connais pas DuBois, mais je sais que c'est un canotier de cette région.»

Blais et Pellerin devront avoir d'autres duos à l'oeil samedi et dimanche, notamment Nick Walton et Tad Hill, Christophe Proulx et Ryan Halstead, Michael et Ben Schlimmer, Graham Smith et Mike Vincent de même que les frères de Pellerin, Tommy et Jimmy.

Au terme de l'épreuve dimanche midi, les canotiers seront déjà en mode préparation en vue de la 83e Classique internationale de canots de la Mauricie, du 2 au 5 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer