Kayak long parcours: un nouveau terreau pour la Classique?

Richard Dober Jr souhaite mousser la popularité du... (Photo: Courtoisie)

Agrandir

Richard Dober Jr souhaite mousser la popularité du kayak long parcours avec la renaissance du Club de canotage Radisson. On l'aperçoit ici en compagnie de son coéquipier Dominik Crête.

Photo: Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que la Classique internationale de canots de la Mauricie peine à recruter des adeptes pour sa nouvelle épreuve de kayak à deux (K2), Richard Dober Jr a décidé de prendre les choses en main afin de préparer une relève dans cette discipline long parcours qui tarde à se développer en Amérique du nord.

L'olympien de 34 ans a en effet choisi de relancer le volet compétitif du Club de canotage Radisson pour deux raisons. En plus d'offrir aux athlètes en fin de carrière un endroit de prédilection pour continuer de ramer à un haut niveau sans pour autant maintenir un rythme d'entraînement effréné, Dober souhaite également amener une nouvelle clientèle à s'intéresser aux compétitions de longue distance comme la classique mauricienne et ses 200 kilomètres.

«On souhaite devenir une niche pour la Classique. Il y avait une demande de gens qui souhaitaient participer à l'événement en kayak, mais sans avoir accès à un encadrement. Nous, c'est ce qu'on offre maintenant», dit-il.

«Le kayak marathon, c'est un gros sport à l'échelle internationale mais qui n'est pas développé au Canada. La mentalité a besoin de changer. Il faut être patient avec la Classique et y aller avec une première édition. Ensuite, le mot va pouvoir se passer.»

À l'origine, le Club Radisson a été fondé en 1934 et a même été sacré champion canadien à deux reprises, en 1946 et 1950. C'est d'ailleurs sous ces couleurs que le paternel, Richard W. Dober, a longtemps ramé.

«Le club n'a jamais cessé d'exister, mais le volet compétitif n'était plus trop présent. Dans la région, il n'y a pas vraiment de place pour ceux qui vont vers la retraite mais qui souhaitent continuer à faire des compétitions. C'est ce que je veux offrir, pour ceux qui veulent ramer, à un plus petit prix d'inscription et où tu ne pratiques pas nécessairement 10 fois par semaine», explique celui qui a goûté à l'ivresse olympique en 2004 à Athènes et 2008 à Pékin.

Avec cette initiative, le chiropraticien de métier souligne ne pas avoir l'intention de jouer dans les plates-bandes du Club de canoë-kayak de Trois-Rivières. Au contraire, il souhaite plutôt servir d'alternative ou encore de transition.

«On ne veut pas faire compétition au CKTR, loin de là. On n'ira pas faire de recrutement dans les écoles. On veut simplement offrir aux anciens rameurs une place où s'entraîner.»

Résultats encourageants

Lors du plus récent Championnat canadien de canoë-kayak, présenté à Ottawa, quatre athlètes ont porté les couleurs du Radisson.

En plus de Dober Jr, on retrouvait Dominik Crête, Chrisophe Proulx - un visage bien connu du monde du canot long parcours - et l'ancien coéquipier olympique de Dobert, Stevens Jorens.

En K2 200m, le tandem Dober-Crête a d'ailleurs réussi à se faufiler dans le top-5 canadien, à une demi-seconde du podium.

Quant au quatuor du Club Radisson, il a pris le 9e rang en K4 1000m.

«C'était vraiment un très beau sentiment de courir avec une camisole du Radisson.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer