Cataractes: Bouchard quitte son poste d'entraîneur

En une saison et demie avec les Cataractes,... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

En une saison et demie avec les Cataractes, l'entraîneur-chef Claude Bouchard a compilé un dossier de 51 victoires et 24 défaites, en plus d'une participation à la finale de la LHJMQ.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Sans surprise, Claude Bouchard ne sera pas de retour à la barre des Cataractes la saison prochaine. L'organisation shawiniganaise en a fait l'annonce mardi après-midi.

Quelques jours après l'élimination surprise de l'équipe au premier tour face aux Foreurs au début du mois, Bouchard avait lui-même invoqué ce scénario, en citant des motifs personnels. Il s'était alors offert quelques semaines de réflexion, qui allaient aussi servir au directeur-gérant Martin Mondou pour songer à la situation. D'un commun accord, Mondou et Bouchard ont convenu de se séparer, bien que le pilote donnera un coup de main dans l'organigramme hockey la saison prochaine. 

Embauché le 17 février 2016, Bouchard a compilé une fiche de 51 victoires contre 24 revers. En séries l'an dernier, il a mené les Cataractes jusqu'à la grande finale. Cette saison par contre, l'équipe s'est effondrée au premier tour après un championnat de division.

«Dès le lendemain de notre élimination, j'ai suggéré à Martin (Mondou) de réfléchir à la possibilité d'amorcer le nouveau cycle avec un nouveau pilote. J'avais trouvé ça difficile cet hiver d'être loin de chez moi, et mon idée était de revenir au Saguenay à la fin de mon contrat. Comme je suis un gars d'équipe, je me sentais obligé d'en faire part à Martin. On en a discuté, et c'est cette avenue-là que nous avons choisie», expliquait Bouchard, serein. 

Ce dernier reste pour l'instant au sein de l'organisation à titre de conseiller spécial. Il n'écarte toutefois pas un retour dans l'univers du hockey, mais dans sa région natale. «On va voir. Je veux plus de temps pour bâtir ma vie personnelle. Pour la première fois depuis longtemps, j'ai un peu de temps pour m'organiser. Je vais voir les possibilités et je choisirai ce qu'il y a de mieux pour moi.»

Pour sa part, Mondou disait partager la même vision des choses. «On va recommencer un cycle, on veut idéalement travailler avec un gars qui sera là au bout quand l'équipe sera rendue à maturité. On regarde en avant pour trouver la bonne personne», disait le directeur-gérant des Cataractes.

«Plusieurs entraîneurs ont fait connaître leur intérêt au cours des dernières semaines. Aujourd'hui, ç'a explosé! On va prendre le temps de regarder toutes les candidatures, puis on lancera un processus d'embauche. Je vais travailler en équipe, avec mon adjoint Mario Carrière et notre président Roger Lavergne», fait-il valoir, en confiant que le profil idéal est déjà arrêté.

«On regarde pour un gars qui a de l'expérience comme entraîneur-chef, qui peut nous démontrer qu'il a des aptitudes pour développer les jeunes et qui s'insère bien dans notre dynamique d'équipe.»

Larouche et Choules sur les rangs

Ça n'exclut pas forcément Steve Larouche, adjoint avec l'équipe depuis 2012 et finaliste pour le même poste avec les Islanders de Charlottetown il y a deux ans. «Steve a fait du bon boulot avec nous pendant plusieurs années, il sera considéré s'il veut l'emploi», commente Mondou. 

«Bien sûr que le travail m'intéresse! Je suis prêt. Je regarde d'anciens joueurs comme Joël Bouchard, Louis Robitaille et Éric Landry qui font très bien ça après un passage comme adjoint, et je suis très confiant de pouvoir suivre leurs traces», répond Larouche, pas intimidé de passer d'adjoint à pilote au sein du même toit.

«Ça se fait. J'en ai parlé à Anthony (Beauvillier) qui a vécu cette situation avec Doug Weight cet hiver, et la transition s'est très bien déroulée. Tout est une question de respect. Et je suis persuadé que j'ai celui des joueurs de notre équipe.»

L'autre adjoint à Bouchard, Ron Choules, va lui aussi chanter la pomme à Mondou. «Je suis certainement intéressé. J'ai beaucoup à offrir aux joueurs et je pense que ça prend un gars d'expérience quand vient le temps d'amorcer un cycle», a raconté Choules dans un échange de messages textes avec Le Nouvelliste.

Les Cataractes n'ont pas déterminé de date butoir pour trancher dans ce dossier. «Il n'y a rien qui presse. On va prendre une décision quand nous aurons trouvé le bon candidat», conclut Mondou.

Frédéric Lavoie passe son tour

Ciblé par les Cataractes comme un candidat de prestige, Frédéric Lavoie ne sera pas de la course à la succession à Claude Bouchard. Le pilote des Estacades de Trois-Rivières dans le midget AAA n'est tout simplement pas prêt à s'imposer les sacrifices familiaux nécessaires pour graduer.

«Je suis privilégié de travailler pour les Estacades au sein du midget AAA. J'aime ce que je fais, je ne cherche pas à bouger», racontait l'ex-capitaine des Patriotes de l'UQTR.

Lavoie a quand même accepté un premier flirt avec une équipe de la LHJMQ. Il a discuté avec Mondou, lui qui avait décliné poliment quelques offres du genre dans les dernières années à travers la LHJMQ.

«Je l'ai fait parce que c'est à Shawinigan. On a eu une bonne discussion, ce fut très positif. Mais en bout de ligne, j'aime mon horaire actuel, c'est plus facile pour concilier le travail et la famille. Pour encore quelques années, avec de jeunes enfants à la maison, je ne me vois pas aller de ce côté.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer