Tout est à recommencer pour les Cataractes

La victoire des Foreurs porte le sceau de... (Foreurs de Val-d'Or)

Agrandir

La victoire des Foreurs porte le sceau de leur meilleur élément, le gardien Étienne Montpetit, qui a repoussé 41 rondelles.

Foreurs de Val-d'Or

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Val-d'Or) Les Foreurs y croient. Et ils ont prouvé mercredi qu'ils avaient raison de ne pas ressentir de complexe d'infériorité envers les Cataractes, puisqu'ils ont réussi à créer l'égalité 2-2 dans cette série quatre de sept en signant un gain de 3-2.

Une victoire qui porte le sceau de leur meilleur élément, le gardien Étienne Montpetit, qui a fait face à 43 tirs. La majorité des tirs affrontés ont toutefois été décochés de l'extérieur de la zone payante. Ses coéquipiers ont été très dégourdis pour bloquer l'accès à l'enclave, bloquant au passage pas mal de lancers.

Après 40 minutes de jeu serré où les Foreurs avaient pris l'avance 1-0 grâce à un tir d'Alexis Pépin, la troisième période a été beaucoup plus animée. Nicholas Welsh a parti le bal avec un but en avantage numérique, mais les Foreurs ont répliqué deux fois plutôt qu'une. Mathieu Nadeau a touché la cible en avantage numérique. Puis Maxim Mizyurin a réussi un bijou durant un désavantage numérique, en battant Nicholas Welsh dans une course un contre un, avant de déculotter Denisov.

Ce but aura fait la différence en bout de piste, puisque les Cataractes ont réussi à rétrécir l'écart à un but en fin de match lorsqu'un tir de Dennis Yan a dévié sur Alexis D'Aoust.

Dans les dernières minutes, les Cataractes ont poussé pour inscrire le filet égalisateur, en vain. Montpetit s'est interposé pour récompenser l'équipe qui a trimé le plus dur sur la surface de jeu.

«Les Foreurs ont augmenté leur jeu d'un cran. C'est normal, ils ne voulaient pas venir chez nous en déficit 1-3. On le savait, on avait averti les joueurs que les Foreurs allaient disputer leur meilleur match de la série et c'est ce qui s'est produit. Le problème, c'est que nous n'avons pas élevé notre jeu nous aussi», livrait Claude Bouchard.

«En tout cas, on n'a pas 20 joueurs qui l'ont fait. Si j'avais des notes à donner à chacun des joueurs, pas sûr qu'il y aurait beaucoup de 10/10 ou même de 9/10. Une équipe voulait gagner plus que l'autre. C'est cliché mais c'est ça. On ne peut pas dire que c'est une mauvaise performance, quand tu as 43 tirs au but. Mais à ce temps-ci de l'année, ce n'est pas assez.»

«Ce fut une performance correcte... pour un match de saison régulière», reprenait Mathieu Olivier. «Il nous manquait une coche. Les Foreurs ont grimpé leur jeu en troisième, on n'a pas suivi. Il faut donner du crédit aux Foreurs, ils ont bien joué. De notre côté, c'est clair qu'on peut en donner plus.»

Son capitaine Alexis D'Aoust était déçu de la prestation générale. «On n'a pas donné de l'intensité pendant 60 minutes. Les Foreurs, oui. Montpetit a fait du bon boulot, on le savait que c'était un bon gardien. Il faut mettre plus de trafic devant lui.»

Dans l'autre camp, Mario Durocher saluait l'engagement défensif de sa troupe. «On a joué un bon match. Oui, on a accordé pas mal de lancers. Mais il n'y en a pas eu tant que ça de l'enclave. Nos unités spéciales ont fait le travail, Étienne (Montpetit) a encore une fois tenu le fort pour nous. On affronte un club offensif, si on peut le frustrer c'est à notre avantage.»

«On a bloqué des tirs, on s'est replié. On a travaillé fort. Bref, on a joué un excellent match», racontait Mathieu Nadeau.

«En fait, on a simplifié notre jeu et mis beaucoup de pression sur leurs défenseurs. Quand tu fais ça, et que c'est un deuxième match en deux soirs, tu peux couper la vitesse d'une équipe. C'est ce qui s'est produit», souriait-il. Les Cataractes sont-ils ébranlés devant la tournure des événements? «Je l'espère! Nous, on ne ressent aucune pression. On l'a vécu l'an dernier. Si les Cataractes la ressentent à leur tour cette année, tant mieux pour nous!»

Alexis Pépin, qui a disputé un fort match pour les locaux, abondait dans le même sens. «On n'a pas de pression. Mais on ne lâchera pas. Notre force, c'est le travail. Et avec ça, on leur a coupé pas mal leurs chances de marquer. On va se présenter à Shawinigan avec le vent dans les voiles.»

Le prochain rendez-vous des deux équipes est programmé pour vendredi au Centre Gervais Auto. Le sixième match sera quant à lui présenté dimanche à Val-d'Or.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer