Ne pas prendre les Foreurs à la légère

Jonathan Deschamps ne veut pas louper sa dernière... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jonathan Deschamps ne veut pas louper sa dernière chance de soulever la coupe du Président. Le périple des Cataractes au tournoi printanier s'amorcera vendredi face aux Foreurs de Val-d'Or.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est en parlant du passé que Claude Bouchard a préparé le présent avec ses joueurs cette semaine, à l'aube de la série face aux Foreurs de Val-d'Or qui s'amorce vendredi soir au Centre Gervais Auto.

L'an dernier, les Cataractes avaient échappé le premier match face au Phoenix, et ils avaient bien failli perdre le second affrontement aussi, même s'ils étaient largement favoris dans cette confrontation. Le scénario est identique face aux Foreurs. Bouchard s'attend évidemment à une meilleure préparation de ses équipiers.

«On a 13 joueurs qui ont participé à la finale l'an dernier. Ajoutons aussi Cam Askew, qui s'est rendu en demi-finale. Ça fait un bon groupe qui a vécu beaucoup de choses. Notre bagage doit servir», martèle l'entraîneur-chef. 

«On a évidemment parlé de la série face au Phoenix. On a perdu le premier match, le Phoenix menait 2-0 en deuxième période lors du deuxième match. Pourquoi ça s'est produit? Est-ce que nous avions pris le Phoenix à la légère? La leçon, c'est qu'il n'y a rien de gratuit en séries. Tous les clubs qui y participent y croient. 

Si tu ne te prépares pas à élever ton jeu d'un cran, tu peux être dans le trouble.»

Bouchard insiste. Les Foreurs, à son avis, vont vendre chèrement leur peau. «Ils ont des raisons d'y croire. Ils ont gagné deux des quatre matchs contre nous cette saison. Ils ont une bonne fiche à domicile en fin de saison. Ils misent sur un bon gardien. Et ils ont appris l'an dernier que des surprises au premier tour, c'est possible. Je suis sûr et certain qu'ils vont arriver prêts vendredi. À nous de l'être également.»

Même si son équipe n'affectionne pas particulièrement le jeu très robuste, Bouchard s'attend à du jeu viril. 

«On affronte une grosse équipe, qui va augmenter son intensité et qui voudra nous ralentir en nous frappant. C'est correct. Nous aussi, en bougeant nos pieds et en poussant plus fort, nous serons automatiquement plus physiques. Ça fait partie du jeu en séries.»

Deschamps affamé

Voilà une différence entre la saison régulière et les éliminatoires qui ne dérangera pas les Shawiniganais, assure Jonathan Deschamps. 

«C'est comme ça à ce stade-ci de la saison, nous en sommes conscients. Plus tu avances, plus c'est dur. Nous sommes prêts, l'équipe s'est replacée en fin de saison», rappelle le vétéran de 20 ans, qui en est à ses derniers milles dans le hockey junior. Pas besoin de vous dire ce qu'il vise. 

«Il ne me manque qu'une coupe! Je vais tout donner pour l'avoir dans mes mains. Nous sommes passés proche l'an dernier, cette expérience nous sera utile. Pour moi, c'est maintenant ou jamais.»

Si Deschamps est excité par cette dernière chance, il dit qu'une belle fébrilité est palpable aux quatre coins du vestiaire. Ce que confirme Samuel Girard. «Les séries, c'est l'fun! C'est la partie la plus intéressante de l'année. C'est sûr que tout le monde a hâte que la rondelle tombe vendredi.»

La Tornade de Roberval se doute bien que les Foreurs sont habités par les mêmes sentiments. 

«Ils ne nous feront aucun cadeau. Ils ont des forces, notamment un bon gardien. Il faut s'attendre à une série serrée. La clé en ce moment, c'est de partir cette série en force.»

Pas de papillons pour son ex!

Avant le déclenchement des hostilités, il y a peu de charge émotive entre Cataractes et Foreurs, qui évoluent dans différentes divisions et qui n'ont pas croisé le fer en séries depuis des lunes. Il n'y a pas eu de grosses transactions non plus entre les deux clubs. Il y a bien Tommy Lemay qui est parti de Shawinigan vers Val-d'Or aux Fêtes mais c'est un joueur de soutien...

En fait le seul élément un peu piquant de cette confrontation, c'est que Claude Bouchard va affronter l'équipe qui lui a donné sa première chance dans la LHJMQ. Il a dirigé les Foreurs pendant six saisons entre 2000 et 2006, menant cette équipe à la coupe du Président à sa première campagne. Dans l'histoire des Foreurs, il vient au deuxième rang avec 173 victoires, n'étant devancé que par Mario Durocher, qui en compte 185.

Ne comptez toutefois pas sur Bouchard pour y voir un affrontement spécial à ses yeux. «C'est comme ton ex. La première fois que tu la revois, ça peut te chicoter. Mais après 10 ans, ça fait longtemps que les papillons sont disparus!», image le coloré pilote. 

«J'ai vécu des choses extraordinaires là-bas. Mais c'est du passé. Il y a quelques années, j'étais adjoint avec le Drakkar et nous avions affronté les Foreurs en finale. La boucle a été bouclée. C'est une équipe comme les autres, maintenant.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer