Un plan de match suivi à la lettre

Alexandre Lagacé n'a pas été en mesure de... (Le Nouvelliste, Sylvain Mayer)

Agrandir

Alexandre Lagacé n'a pas été en mesure de battre les Cataractes pour une quatrième fois cette saison.

Le Nouvelliste, Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Il n'y a pas de plus grande satisfaction pour un entraîneur que de voir son équipe exécuter à la lettre le plan de match tracé.

Claude Bouchard a donc dû dormir comme un bébé mercredi soir, lui qui a guidé ses Cataractes à un gain de 4-2 aux dépens de l'Océanic de Rimouski, enregistré devant plus de 3300 personnes réunies au Centre Gervais Auto.

Une victoire digne d'une équipe de cols bleus, qui accepte de payer le prix pour se tenir dans la cuisine, d'où on peut faire dévier les rondelles et récupérer les rebonds. Les quatre buts des Shawiniganais ont été extraits de ce genre de situation, signe que le message livré la veille par l'équipe d'entraîneurs sur l'importance de ne pas viser la perfection en territoire ennemi a été saisi. 

Cet acharnement offensif aura permis aux locaux de survivre à un départ cahoteux. Dès la première minute de jeu, Tyler Boland a pu s'échapper seul vers Mikaël Denisov, après être passé facilement entre Samuel Girard et Gabriel Sylvestre.

Comme s'il était sur un lac, Boland, meilleur marqueur de la LHJMQ, a eu tout le temps à sa disposition pour déjouer Denisov d'une savante feinte. L'Océanic ne s'est pas arrêté là, il a doublé son avance six minutes plus tard, cette fois Denisov paraissant bien mal sur un tir provenant de la palette de Carson MacKinnon.

Tirs déviés

Un déficit de deux buts si tôt dans le match face à un club qui avait le numéro des Cataractes depuis le début de la saison semblait problématique. Surtout qu'Alexandre Lagacé, fumant avec son pourcentage d'efficacité de ,930 face aux Shawinigans, était encore une fois très à l'aise devant son filet.

Mais Lagacé a beau bien se sentir face aux Cataractes, il n'a rien pu faire sur trois lancers de la pointe qui ont été déviés devant lui, et qui ont fait basculer le match. Vincent Senez, Dennis Yan et Antoine Demers ont touché tour à tour à une rondelle partie du point d'appui, orchestrant une remontée qui a produit une avance de 3-2 en début de troisième. 

L'Océanic n'a guère été menaçant par la suite, et Senez a concrétisé la victoire de son club en sautant sur un retour pour offrir une priorité de deux buts à son équipe au milieu de la troisième. À partir de là, les deux points étaient dans la poche face à des visiteurs amorphes en attaque, auteur de seulement 17 tirs. 

«On avait demandé aux gars de porter attention à certains détails offensifs, on a vu le résultat. On n'a pas eu de but tic-tac-toe ce soir, et il va y en avoir de moins en moins d'ici la fin de la saison. On a payé le prix et c'est quand même une drôle de coïncidence que tous nos buts aient été produits sur le genre de séquence où on voulait s'améliorer. On va pouvoir montrer ces séquences aux gars demain, pour s'assurer qu'ils retiennent la leçon», soulignait Claude Bouchard.

«On aurait pu paniquer quand on tirait de l'arrière par deux buts, surtout qu'on affrontait une équipe qui joue très bien contre nous depuis le début de la saison. Notre réaction, c'est un gros point positif. C'est une victoire importante, dans l'optique où on pourrait croiser l'Océanic en séries.»

Senez récompensé

Bouchard était content de voir Senez être récompensé pour ses efforts des dernières semaines. «On l'avait laissé de côté une couple de fois avant ça, on n'était pas satisfait de son effort. Depuis ce temps-là, on ne peut rien lui reprocher. Il frappe, il patine, il compétitionne. C'est beau à voir.»

Senez sent lui aussi que les choses commencent à débloquer pour lui. «Je produisais plus l'an dernier mais dans la LHJMQ, c'est plus intense. Je suis en train de m'ajuster. C'est une belle victoire pour nous, face à un club qui nous donne de la misère depuis le début de la saison. On s'est relevé tous ensemble après un début de match pas facile.»

Dans l'autre vestiaire, Serge Beausoleil n'avait pas de félicitations à faire à son club. S'il pouvait accepter de repartir les mains vides de Shawinigan, ça va visiblement lui prendre un certain temps pour digérer la prestation de ses équipiers.

«Le résultat est bien secondaire dans notre processus, on s'attarde davantage sur nos performances. Ce soir, ce n'était pas joli. On a eu deux buts faciles en partant, les joueurs ont peut-être pensé que ce serait le cas toute la soirée. On s'est mis à jouer est-ouest... Je vais donner le crédit aux Cataractes, ils ont mieux travaillé, ils étaient beaucoup plus sur la rondelle que nous.

Ils ont fait aussi de l'excellent boulot en désavantage numérique. Mais de notre côté, on a accordé des buts sur des mises en jeu, on s'est fait prendre par le spin-o-rama de Samuel Girard, on n'était pas dans les lignes de tirs. En gros, ça ne leur tentait pas ce soir, et on va s'assurer qu'ils retrouvent la flamme pour le prochain match!»

Carnet de notes

En limitant l'Océanic à deux buts, Denisov a abaissé sa moyenne à 2,42, devançant par un centième Francis Leclerc (Armada) au sommet de la hiérarchie des gardiens dans la colonne de la moyenne de buts accordés. Moyenne qui mène directement au trophée Jacques-Plante, remis au gardien de l'année dans la LHJMQ...

Les Cataractes vont reprendre le boulot samedi, avec la visite des Olympiques de Gatineau. Ce sera une journée bien spéciale pour Pascal Dupuis, qui verra son maillot numéro 16 être retiré par la plus vieille concession du circuit Courteau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer