«Notre équipe est aussi forte que les autres»

La période de transactions s'est avérée plus tranquille... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La période de transactions s'est avérée plus tranquille qu'à l'habitude pour le directeur général des Cataractes, Martin Mondou, dont l'équipe trône présentement au sommet du classement général de la LHJMQ.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Même s'il a été beaucoup plus discret qu'à l'habitude, Martin Mondou assure sortir satisfait de la dernière période des transactions dans la LHJMQ, qui s'est terminée vendredi à midi. Il avait ajouté le grand Cam Askew d'entrée de jeu à la mi-décembre, puis s'est contenté de trois échanges mineurs, cédant Louis-Philip Fortin et Tommy Lemay contre des choix, puis mettant le grappin sur le jeune gardien de 16 ans Lukas Fitzpatrick.

Mais dans les dernières heures du marché, il a taquiné du gros poisson, sans en ramener dans sa barque. Son offre pour Julien Gauthier a été facilement battue par des Sea Dogs plus agressifs, puis les négociations des dernières semaines pour obtenir Yakov Trenin ont été rompues par les Olympiques de Gatineau, à 11 h. Mondou s'est rabattu sur un plan B et avait une entente en poche pour un autre vétéran attaquant, conditionnelle à une seconde transaction de son partenaire de danse. Le tout a avorté à la dernière minute et c'est les mains vides qu'il s'est présenté devant la presse pour son bilan.

«Les gens disaient l'an dernier que nous avions trop fait de transactions. Cette fois, certains vont dire que nous n'en avons pas fait assez. La vérité, c'est que nous voulions ajouter un seul attaquant à notre équipe, après l'acquisition d'Askew. Or il y avait beaucoup d'acheteurs, et peu de vendeurs. Ce fut une période d'échanges compliquée», proposait le directeur-gérant des Cataractes, en se disant persuadé que son entraîneur Claude Bouchard avait quand même les éléments pour se rendre jusqu'au bout, malgré le fait que plusieurs clubs ennemis aient mis la main sur davantage de renfort.

«Notre équipe est aussi forte que les autres! Nous n'avons peut-être pas l'alignement le plus fancy, mais nous sommes premiers au classement général parce que des joueurs ont décidé de prendre le flambeau. Ces joueurs auront maintenant la chance de continuer ce qu'ils ont amorcé. On aime beaucoup notre défensive et notre chimie d'équipe. Les gars travaillent. C'est là-dessus qu'on va miser.»

Dans un monde idéal, Mondou aurait quand même greffé un autre attaquant de pointe à son groupe. La cible prioritaire était Trenin, centre numéro un de l'équipe nationale russe junior. Il a mis le paquet sur la table pour l'acquérir, soit un choix de premier tour, et deux sélections de troisième ronde. Cette combinaison lui avait permis de sortir Dmytro Timashov de Québec l'an dernier. Le directeur-gérant des Olympiques, Marcel Patenaude, a préféré le garder à Gatineau même s'il avait échangé ses autres valeureux vétérans. Mondou s'est dit extrêmement déçu de cette conclusion, et il n'ira certainement pas luncher avec Patenaude à court terme.

«Il bluffe depuis une semaine. Il a retiré Trenin du marché juste pour mieux paraître», a confié Mondou. «Il y a plusieurs nouveaux directeurs généraux cette année dans la ligue, c'est devenu plus complexe de transiger. La vieille garde, des gars comme Yannick Jean, Philippe Boucher, Joël Bouchard, Roger Shannon, tu as toujours l'heure juste sur les prix. D'autres ne travaillent pas de la même façon, manifestement.»

Mondou dit avoir eu les coudées franches pour travailler, que les célébrations en chantier entourant le 50e anniversaire de la franchise dans deux ans ne l'avaient aucunement freiné. Il a toutefois servi un jab aux Islanders de Charlottetown, qui eux ont dépensé sans compter. «On a ménagé aucun effort mais en même temps, on a travaillé à l'intérieur des paramètres pour s'assurer de garder notre concession en santé. Les Huskies sont très bien dirigés, ils ont travaillé un peu de la même façon que nous. Il était hors de question pour nous de dilapider nos actifs comme l'a fait une certaine équipe. Cette équipe l'a échappé totalement!»

Avec un classement aussi serré, il faut s'attendre à des séries palpitantes, selon le grand manitou des Cataractes. Or, une seule équipe parmi les six ou sept qui ont des aspirations légitimes boira du champagne, rappelle-t-il. «Il y aura de grandes déceptions dans plusieurs marchés. L'an dernier, on a fait un paquet de changements, et on a été battu en finale par un club qui était mieux rodé que nous. Ça se gagne sur la glace et non sur papier, un championnat. Je crois en cette équipe», a conclu Mondou.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer