«Le statu quo n'est pas impossible»

Martin Mondou juge que son entraîneur Claude Bouchard... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Martin Mondou juge que son entraîneur Claude Bouchard dispose déjà des soldats pour offrir un deuxième long printemps consécutif aux partisans de hockey junior à Shawinigan.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) C'est l'heure des dernières emplettes dans la LHJMQ, alors que le marché des transactions ferme à midi vendredi. Pour les Cataractes comme pour les autres clubs qui ont les yeux sur la coupe du Président, ces deux dernières journées seront ponctuées de nombreuses discussions, autant à l'interne qu'avec les équipes tenant boutique pour monnayer leurs vétérans.

Le directeur-gérant Martin Mondou ignore encore si toutes ces tractations vont le mener à conclure une deuxième transaction depuis l'ouverture de cette période mouvementée à la mi-décembre. «Le statu quo n'est pas impossible. Il y a peu de joueurs disponibles, et ceux qui ne le sont pas, c'est normal que les prix soient très, très élevés. Pour le moment, c'est impossible de dire qu'on va arriver à s'améliorer.»

Il avait annoncé ses couleurs avant le début des transactions, en affirmant que Mikhail Denisov allait être son gardien jusqu'au bout. Mercredi, il n'était pas aussi catégorique avec son groupe des six meilleurs défenseurs, mais on comprend que ses intentions sont de garder intacte cette brigade, la plus pingre du circuit Courteau. 

Reste l'attaque, qui souffre des départs précipités d'Anthony Beauvillier et Gabriel Gagné chez les pros. Mondou reconnaît que c'est dans cette direction que sont concentrés ses efforts en bout de piste. 

«On regarde attentivement le marché. On était dans la course pour obtenir Julien Gauthier, les négociations étaient avancées mais le prix a doublé en l'espace de quelques heures! Visiblement, les Sea Dogs ont aimé son dernier match à la télévision», lance Mondou à propos de l'espoir des Hurricanes de la Caroline, qui a inscrit deux buts lundi en quart de finale au Championnat du monde de hockey junior. 

«Si on peut ajouter un morceau qui comble un besoin précis, on va le faire. Mais pas question de tout chambarder. Si nous sommes premiers au classement général, c'est parce qu'il y a des gars qui en donnent plus que les prévisions. Ce n'est pas vrai qu'on va soudainement placer ces gars-là dans les estrades!»

Mondou compare son club à ses rivaux et croient qu'avec les éléments en place, Claude Bouchard dispose déjà des soldats pour offrir un deuxième printemps endiablé de suite aux partisans shawiniganais. S'il concède que les Sea Dogs ont ajouté de grandes pointures ces dernières semaines, il ne croit pas que d'autres clubs ont été plus productifs que les Cataractes depuis décembre. 

«On a ajouté Cam Askew, récupéré Cavan Fitzgerald qui avait raté six semaines et on est sur le point de retrouver Sam Bucek, qui n'est pas là depuis un mois. Les gens oublient que Bucek produit au rythme d'un point par match depuis le début de la saison. Notre équipe est solide.»

Assez pour se passer des services de Louis-Philip Fortin, transigé mercredi soir aux Wildcats de Moncton. Le vétéran défenseur de 18 ans campait le rôle de septième défenseur depuis le début de la saison, et il avait demandé de changer d'adresse s'il ne pouvait progresser sur l'échiquier défensif contrôlé par Ron Choules. Mondou a exaucé son souhait, récupérant un choix de deuxième ronde comme compensation.

Carnet de notes

Les Cataractes ne se bercent plus d'illusion dans le dossier de Gabriel Gagné. Le gros attaquant de 20 ans est de retour dans l'ECHL après avoir été blanchi en 13 matchs dans la Ligue américaine, mais Mondou ne l'attend plus. À moins d'une grande surprise, le trio des joueurs de 20 ans de l'équipe ne sera pas démembré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer