Askew n'a pas perdu de temps!

Tout baigne chez les Cataractes de Shawinigan, qui... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Tout baigne chez les Cataractes de Shawinigan, qui ont de nouveau gagné vendredi devant une salle comble de plus de 4000 spectateurs.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Cameron Askew a rapidement retrouvé ses repères dans sa nouvelle ville d'adoption. À son deuxième match avec les Cataractes, le gros Américain de 19 ans a amassé cinq points dont quatre buts, conduisant son club à une victoire facile de 9-2 aux dépens de l'Armada de Blainville-Boisbriand.

Étiqueté comme le meilleur gardien de la ligue, Samuel Montembeault a été haché en petits morceaux par Askew et ses coéquipiers devant près de 4200 personnes ravies au Centre Gervais Auto. Le portier de Bécancour s'est interposé sur la première menace du match, une échappée d'Alexis D'Aoust, mais les locaux ont ensuite eu largement le dessus, se fabriquant plusieurs chances de marquer de première qualité.

Réuni à Dennis Yan et D'Aoust, Askew a été au centre de l'action. Il a préparé le premier filet du match, puis a étalé ses talents de marqueur pour prendre en défaut Montembeault trois fois au cours de la deuxième période. 

Son troisième but valait à lui seul le prix d'entrée, une magnifique séquence de trois passes en autant de secondes entre Yan, Samuel Girard, D'Aoust et Askew qui a transformé les six joueurs de l'Armada en cônes oranges! Ce bijou portait la marque à 7-1 en fin de deuxième période et concrétisait une sixième victoire d'affilée enregistrée par les équipiers de Claude Bouchard. Askew a ajouté un quatrième but en début de troisième alors que la cause était déjà entendue.

«C'est facile de trouver une chimie avec deux bons joueurs comme Yan et D'Aoust. C'est un honneur de jouer avec deux gars aussi talentueux. On s'est simplement assuré de se démarquer les uns pour les autres», soulignait le héros du jour, qui dit se plaire à Shawinigan. 

«Tout le monde au sein de l'organisation s'est assuré que je me sente confortable dès que je suis arrivé. Je veux les remercier pour ça. Et puis les fans sont incroyables ici, Shawinigan ne porte pas le titre de Hockeytown pour rien. Il y avait une ambiance de séries cette semaine. Quel feeling

Claude Bouchard saluait lui aussi le soutien des partisans. «Ils sont reconnus comme les meilleurs. On voit ce qui se passe à travers la ligue, et nous on joue toujours au-dessus de 3000 spectateurs. L'organisation prend soin des fans, on l'a encore vu dernièrement avec l'ajout des bandes lumineuses, et ceux-ci répondent en grand nombre et nous donnent de l'émotion. On les a gâtés ce soir avec neuf buts, c'est l'fun», soulignait le pilote. 

«La clé face à l'Armada, c'était de gagner nos bagarres un contre un. On l'a fait, et on s'est servi de notre vitesse. Le reste, c'est une question d'opportunisme.»

De son côté, l'Armada semble méconnaissable sans son général Joël Bouchard, présentement avec Équipe Canada junior. C'était un sixième match de suite sans victoire pour cette équipe qui se bat encore pour la tête de sa division. Mais Daniel Jacob jurait pourtant en fin de soirée que son équipe méritait un meilleur sort. 

«Ce n'est pas un match de 9-2 pour moi. On a joué une bonne deuxième, on a eu plus de temps de possession en zone offensive que les Cataractes. C'est juste qu'on affrontait une équipe avec beaucoup de punch offensif, qui s'est assurée de nous faire payer chèrement chacune de nos erreurs», proposait Jacob, qui va à la guerre présentement sans plusieurs réguliers, blessés ou suspendus. 

«Ce serait facile de blâmer les absents. Mais la réalité, c'est qu'on doit trouver une façon de gagner quand même.»

Les Cataractes vont quant à eux terminer l'année 2016 par un rendez-vous avec le Phoenix à Sherbrooke, samedi à 14 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer