Cardinal taillé dans un ancien moule

Tommy Cardinal est taillé dans un moule qui... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Tommy Cardinal est taillé dans un moule qui produit de moins en moins de hockeyeurs.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Le public des Cataractes a la réputation d'adorer les joueurs au sang chaud. Comme si les fans de l'équipe se reconnaissaient dans ces cols bleus qui n'hésitent jamais à se salir le museau et à se servir de leurs muscles pour changer le tempo d'un match. Bien sûr, cette catégorie de joueurs est en voie d'extinction, le hockey misant de plus en plus sur la vitesse et sur les habiletés. Et malgré le passé rock'n'roll du directeur-gérant Martin Mondou dans le hockey senior, les Cataractes ont eux aussi abandonné leur pipeline qui servait autrefois à assurer la relève des Denis Houde, Hunter Lahache, Trevor Ettinger et autres Tommy Tremblay.

Tommy Cardinal rappelle donc de beaux souvenirs aux plus vieux partisans de l'équipe depuis le début de la saison, lui qui se fait remarquer pour ses coups d'épaule percutants et sa volonté de défendre ses coéquipiers. Il faut possiblement remonter jusqu'à Patrick Bernier en 2003 pour dénicher une recrue provoquant autant d'impact sur le plan physique. Cardinal est encore un secret bien gardé puisque son utilisation est limitée en raison de la puissance de l'équipe, mais il deviendra un favori de la foule avant longtemps s'il garde cette fougue qui caractérise ses premiers coups de patin dans la LHJMQ.

«Je n'ai pas énormément de temps de jeu depuis le début de la saison, mais j'essaie de profiter de chacune de mes présences pour aider l'équipe. C'est normal, je suis jeune et l'équipe mise sur plusieurs vétérans. Ça ne m'empêche pas de contribuer à ma façon. Chose certaine, je suis content de ma progression.»

Claude Bouchard également, lui qui a pris le temps de le complimenter mercredi après l'avoir vu servir une correction à Zachary Lauzon, des Huskies. Ce dernier venait d'essayer une mise en échec qui aurait pu faire très mal à Samuel Girard. Cardinal n'a pas accepté de voir son coéquipier vedette être ainsi ciblé. «On aime ce qu'on voit de lui depuis le début de la saison. Si ce n'était pas le cas, avec le genre de formation que nous avons cette année, il ne serait pas ici. Il fait du bon boulot et il n'est pas mauvais avec la rondelle non plus. C'est un gars qui comprend très bien son rôle.»

Et qui prend plaisir à le jouer! Non, Cardinal n'est pas en opération séduction pour se faire une place au soleil. Ce style de jeu est le sien, tout simplement. 

«C'est en-dedans de moi. Plus jeune, j'étais quand même un bon joueur. Mais quand j'ai été initié à la mise en échec, j'ai rapidement aimé faire sentir ma présence.»

À 5'10'' et 200 livres à seulement 17 ans, il est équipé pour bien servir son ADN! Et s'il n'en tient qu'à lui, c'est à Shawinigan et pas ailleurs qu'il entend garder les gens sur le bout de leur siège. Car si Cardinal sait comme tout le monde que son directeur-gérant cherche actuellement du renfort sur le marché des transactions, il espère de tout coeur ne pas servir de monnaie d'échange. 

«Ce n'est pas quelque chose que je contrôle. Et je ne suis pas quelqu'un de très nerveux, de nature. Mais c'est sûr que moi, je préfère rester ici. Je me sens bien à Shawinigan, je sens que je suis au bon endroit pour me développer.»

Face à l'Armada

Cardinal et les Cataractes vont reprendre le boulot en recevant la visite de l'Armada de Blainville-Boisbriand sur le coup de 19 h 30 vendredi. S'il n'y a qu'un seul point qui sépare les deux clubs au classement, Cataractes et Armada s'en font dans des directions opposées depuis trois semaines. Les Cataractes seront en effet à la recherche d'une sixième victoire d'affilée, alors que les équipiers de Joël Bouchard n'ont pas savouré de gain à leurs cinq derniers matchs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer