Deux minutes de trop

Bokondji Imama a créé l'égalité en fin de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Bokondji Imama a créé l'égalité en fin de partie, ce qui a poussé les Cataractes et les Sea Dogs vers la prolongation.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Deux minutes. Deux petites minutes ont gâché une grosse performance de Mikhail Denisov et des Cataractes, qui ont finalement dû se contenter d'un seul point après avoir rendu les armes 3-2 en fusillade face aux Sea Dogs de Saint-John.

C'est Matthew Highmore qui a départagé les deux clubs, qui venaient d'offrir un excellent spectacle malgré l'absence de plusieurs ténors. Highmore a couronné une irrésistible poussée en fin de match, les visiteurs comblant un retard de deux buts en touchant la cible alors que leur gardien Alex Bishop avait retraité au banc. 

La défensive shawiniganaise, qui avait contenu avec brio la grosse machine offensive adverse, a cédé deux fois devant Bokondji Imama, ce qui a poussé tout le monde à faire du temps supplémentaire.

Les Sea Dogs ont donc porté à neuf leur séquence de matchs d'affilée sans plier l'échine en temps réglementaire. En toute honnêteté, ils ont dicté le tempo la majorité du match. 

Les Cataractes ont été très opportunistes avec les filets de Samuel Girard et Tommy Cardinal, pendant que Denisov arrivait à éteindre tous les feux à l'autre bout de la patinoire. Mentions honorable aussi au désavantage numérique des locaux, qui a blanchi la meilleure attaque massive de la ligue en six essais. 

Par contre, à six contre cinq, les Sea Dogs ont fini par percer le mystère Denisov, et deux fois plutôt qu'une.

«C'est sûr que le résultat est décevant. C'est la première fois qu'on échappait un match avec une avance après deux périodes, ça va arriver à toutes les équipes durant une saison. Par contre, le résultat ne doit pas porter ombrage à notre performance. Les gars ont très bien fait les choses, on a eu la contribution de tout le monde. Dommage qu'à six contre cinq, nous ayons joué sur les talons. Ça nous a fait mal», analysait Bouchard, en vantant Denisov. 

«Il a bien rebondi après un voyage un peu plus difficile dans les Maritimes. Quand tu affrontes une équipe aussi puissante, tu as besoin de ton gardien. Il a été là pour nous.»

Girard encensait lui aussi son gardien, et il avait du mal à expliquer pourquoi son club s'était éloigné des consignes en fin de match. «Il y a une façon de jouer à cinq contre six, on ne l'a pas fait. Il faut apprendre de ça, pour ne plus que ça se reproduise», soulignait la Tornade de Roberval, qui avait déjà la tête à la visite des Remparts vendredi soir. 

«Il faut jouer de la même façon que ce soir, être très méthodique. Si on oublie les deux dernières minutes, ce fut un bon match pour nous.»

Dans l'autre vestiaire, Danny Flynn soulignait le caractère de sa troupe. 

«Depuis 2012, les matchs face aux Cataractes sont toujours spéciaux pour notre équipe. Ce fut un excellent match, âprement disputé. Les Cataractes ont fait du bon boulot en désavantage numérique. De notre côté, Alex Bishop et Bokondji Imama ont été très solides. Je pense que ce sont deux joueurs sous-estimés.»

Carnet de notes

Dur, dur, de suivre le plan de développement d'Anthony Beauvillier chez les Islanders. Le surdoué de 19 ans a amorcé la semaine aux côtés de John Tavares sur le premier trio de l'équipe. Jeudi soir, il était retranché de l'alignement! C'est la cinquième fois de la saison que Jack Capuano se passait des services du choix de première ronde en 2015. Aux dernières nouvelles, les Islanders n'avaient aucunement l'intention de prêter Beauvillier à Équipe Canada junior... 

L'infirmerie des Cataractes commence à s'engorger. Kyle Sutton a un nouveau patient, soit l'entraîneur adjoint Ron Choules qui a été opéré jeudi pour un décollement de la rétine. En son absence, c'est Steve Larouche qui dirigeait les défenseurs face aux Sea Dogs... 

Samuel Girard est devenu le 13e défenseur de l'histoire de la LHJMQ à atteindre le plus rapidement le plateau des 150 points. Il a eu besoin de 151 matchs pour y arriver. Le meneur de tous les temps est Patrice Brisebois, qui a réalisé l'exploit en 123 matchs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer