Les Cataractes alignent trois victoires en 48 heures

Le gardien des Cataractes Zachary Bouthillier n'a pas... (Olivier Croteau)

Agrandir

Le gardien des Cataractes Zachary Bouthillier n'a pas encore perdu cette saison.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) La beauté d'une exténuante séquence de trois matchs en 48 heures, c'est qu'elle peut devenir très payante! Les Cataractes ont extrait le maximum de six points de leur week-end en renversant les Tigres de Victoraville 3-2, dimanche après-midi au Colisée Desjardins, au terme d'un match enlevant qui s'est terminé... par une prise de bec entre les deux pilotes!

Bête noire des Cataractes depuis le début de la saison, les Tigres ont encore donné bien du fil à retordre aux Shawiniganais, même s'ils ont été dominés 42-25 dans la colonne des tirs au but. Les hommes de Claude Bouchard ont puisé dans leur profondeur pour s'imposer. Non seulement Bouchard a utilisé ses quatre trios, mais les trois buts de l'équipe ont été l'oeuvre des cols bleus Mathieu Olivier, Samuel Blier et Samuel Guilbault.

Il faudra peut-être toutefois revoir l'étiquette de ce dernier dans quelques semaines. Utilisé avec les meilleurs éléments de l'équipe depuis quelques matchs, Guilbault se fait remarquer pour les bonnes raisons. Samedi, c'est lui qui a amorcé la remontée de son club face au Drakkar en troisième période, une séquence qui a transformé un gênant déficit de trois buts en une victoire de 6-3. 

Le lendemain, Guilbault s'est à nouveau interposé en troisième, cette fois en réussissant le but qui a départagé deux équipes qui commencent vraiment à se détester. «Ça va bien. J'ai travaillé fort depuis le début de la saison pour avoir une opportunité comme celle-là et je vais tout faire pour rester là», souriait l'attaquant de 18 ans, qui avait quitté l'équipe l'an dernier, insatisfait de son rôle. «Je suis revenu avec une meilleure attitude cette année. Je sais que nous avons un gros club, je veux gagner et faire ma part.»

Après le but de Guilbault, les Tigres ont continué de pousser. Il restait 13 minutes au cadran quand Zachary Bouthillier a habilement fermé la porte pour ajouter une sixième victoire à sa fiche immaculée. Pendant que les visiteurs célébraient, Bouchard et Louis Robitaille ont eu un échange orageux, qui s'est poursuivi sous les gradins paraît-il, ce qui a obligé les officiels à intervenir. 

Bouchard n'a pas voulu commenter l'altercation, mais il était très élogieux envers son club. «Pas évident de jouer un troisième match en trois jours sur la route. D'habitude, le réservoir à essence est pas mal vide rendu là. On affrontait en plus une équipe qui nous cause des ennuis depuis le début de la saison. Les gars ont travaillé, ils ont mis beaucoup de rondelles au filet et nous avons généré de bonnes chances de marquer», faisait remarquer Claude Bouchard, qui a dépassé le cap des 200 victoires en carrière. 

«Ça change vite, le hockey junior. Avant le week-end, nous avions subi quatre défaites d'affilée. Certains paniquaient. Mais à l'interne, personne n'a paniqué. Nous avons fait quelques ajustements et nous avons reparti la machine.»

Grâce aux employés de soutien

Bouchard convenait que ses employés de soutien venaient d'aller lui chercher deux points. «Ils font du bon travail depuis le début de la saison, c'est l'fun qu'ils soient récompensés un peu offensivement. Quand ton quatrième trio va chercher un but dans un match serré, c'est un bonus. Quant à Guilbault, il joue avec confiance présentement. On dit aux joueurs de saisir leur chance quand elle arrive, lui il semble avoir saisi le message!»

Dans l'autre vestiaire, Louis Robitaille a lui aussi refusé de discuter du sujet de discussion qui a meublé la fin de son match, préférant braquer les projecteurs sur la performance de son club. «Ce fut un très bon match. Il ne faut pas se leurrer, on affrontait l'un des bons clubs au Canada, bâti pour aller jusqu'au bout. On leur a donné une très belle opposition en travaillant avec des effectifs réduits.»

Les Cataractes vont maintenant se préparer pour un périple dans les Maritimes qui s'amorcera mercredi. D'ici là, Bouchard va condamner Samuel Girard à prendre congé! En comptabilisant les deux matchs face aux Russes, la Tornade de Roberval a disputé cinq matchs en six jours, à Chicoutimi, Baie-Comeau, Shawinigan et Victoriaville. Et il est ennuyé par quelques bobos. 

Malgré tout, il a insisté pour jouer les trois matchs du week-end. «Alors l'entente avec lui, c'était qu'on ne voulait pas le voir pendant deux jours! On l'attend mercredi matin, pour prendre l'autobus qui va nous conduire dans les Maritimes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer