«Le défi, c'est la constance»

Claude Bouchard souhaite des entraînements plus relevés pour... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Claude Bouchard souhaite des entraînements plus relevés pour permettre à son club de garder la cadence.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les Cataractes amorcent novembre au sommet du classement général de la LHJMQ, grâce à une fiche de 12 gains contre deux revers.

Depuis quelques semaines, les hommes de Claude Bouchard sont même identifiés comme l'équipe à battre au Canada! Alors que les Shawiniganais s'apprêtent à terminer le premier quart de la saison régulière, Bouchard veut bien complimenter sa troupe pour le travail abattu.

Après tout, pas une seule édition en 48 ans de hockey junior à Shawinigan n'a réussi à se forger un palmarès aussi spectaculaire après 14 matchs. 

«Si on m'avait dit avant le début de la saison que nous aurions une telle fiche, je l'aurais acheté! On avait tellement de gars partis dans les camps pros... Jusqu'à maintenant, c'est une belle histoire de succès collectif.»

Bouchard était un peu inquiet avant le déclenchement des hostilités. Mikhail Denisov, choisi comme gardien titulaire, n'avait pas connu un gros camp. À leur avant-dernier match préparatoire, les Cataractes avaient subi une dégelée face aux Voltigeurs.

«On avait notre alignement du début de la saison, cette défaite a réveillé les gars. Ils ont vu qu'on avait du chemin à faire à l'entraînement pour se préparer. La ligne a été tracée à ce moment-là et au fur et à mesure que les gars sont revenus des camps pros, ils l'ont respectée.»

Un ADN légèrement modifié

L'identité des Cataractes a donc été un peu modifiée. La vitesse et les habiletés sont toujours au menu. Mais le pilote a modelé un environnement un peu plus défensif autour. Et il a convaincu sa troupe d'en donner plus le long des rampes. 

«On joue mieux défensivement, et on est plus physique. C'est ce qu'on voulait devenir, une équipe plus difficile à affronter. Notre plus grande réussite jusqu'à maintenant, c'est le nombre de buts accordés. Avant les deux derniers matchs du week-end, on en accordait moins que deux par match! Au junior, c'est presque irréel comme rendement. Tout le monde s'implique.»

Ce qui a aidé Denisov à retrouver ses repères, et à de nouveau ressembler au jeune homme qui avait gagné le Gardien Académie l'an passé. La tenue de Denisov représente certainement le fait saillant individuel de ce début de saison. 

«Il n'a pas joué selon les attentes au camp, ni lors du premier match de la saison. Il s'est redressé par la suite, et de belle façon à part ça! Il est au moins directement responsable de deux victoires. Son brio a aidé également notre désavantage numérique à s'améliorer. Denisov, c'est le gars qui a le plus élevé son jeu par rapport au camp. Mais il y en a d'autres, comme Samuel Asselin par exemple. En fait, nos gars ont tous répondu à l'appel et c'est ce qui explique où nous sommes rendus.»

Bouchard insiste toutefois, le travail est loin d'être terminé. Les Cataractes doivent être conscients plus que jamais qu'ils représentent une cible. 

«Le défi, c'est la constance. On va toujours affronter des équipes bien préparées, ça vient avec notre position au classement. Pas pour rien que c'est plus difficile d'y rester que d'atteindre le premier rang. C'est à nous de garder la même cadence. Et ça doit commencer par les entraînements.»

Les Remparts seront affamés

Les Cataractes reçoivent mercredi soir les Remparts de Québec, qu'ils ont humilié devant leurs partisans il y a deux semaines. 

Depuis, les équipiers de Philippe Boucher sont invaincus en temps réglementaire en cinq matchs! 

«Si on regarde les prévisions versus les résultats, les Remparts forment la plus belle surprise dans la ligue. Ils n'ont que quatre points de moins que nous en banque, et ils arrivent ici en confiance. Facile de deviner qu'ils voudront faire oublier notre premier match chez eux. Il faut être prêt.»

Absent le week-end dernier face aux Tigres, le vétéran Mathieu Olivier devrait être en mesure de faire un retour au jeu. Sa présence a certainement manqué à ses coéquipiers face aux Félins, la seule équipe à avoir battu les Cataractes cette saison. 

«Ce sont deux matchs baromètres pour nous le week-end dernier. Ce serait malhonnête de dire que nous n'avons pas travaillé. Mais ce serait malhonnête aussi de dire que nous avons travaillé aussi fort qu'à l'habitude. Faut rendre crédit aux Tigres, ils étaient acharnés, eux. Ils nous ont montré qu'il y a un prix à payer si nous ne travaillons pas aussi fort que l'équipe en face de nous. C'est une leçon qu'il faut retenir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer