Sur les traces d'Antoine Masson?

Anthony Blais tentera de forcer la main des... (Steve Turcotte)

Agrandir

Anthony Blais tentera de forcer la main des Cataractes afin d'obtenir le deuxième poste de gardien.

Steve Turcotte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Un grand adolescent élevé à quelques rues de l'aréna a retenu l'attention chez les Cataractes lors de la première journée du tournoi des recrues, qui se déroule jusqu'à samedi au centre Gervais Auto.

Anthony Blais fait partie des gardiens qui tentent de mériter le poste d'auxiliaire à Mikhail Denisov entre les poteaux. Zachary Bouthillier a certainement une longueur d'avance, il est présenté comme le gardien d'avenir de l'organisation depuis un an. Mais rien n'est coulé dans le béton dans un camp d'entraînement junior! Modeste choix de 12e ronde, le Shawiniganais est quant à lui négligé des parieurs puisqu'il arrive du midget BB. Mais d'autres avant lui ont déjà réussi pareil tour de force, non? La plus célèbre histoire du genre est celle du Trifluvien Marc-André Bergeron, qui est éventuellement devenu millionnaire! Bergeron n'est pas un cas unique, Antoine Masson avait lui aussi déjoué les prévisions des hommes de hockey des Cataractes en 2012 et il avait porté l'uniforme du club junior de son patelin pendant deux saisons.

Bien sûr, ces joueurs sont condamnés à sortir du lot pour forcer la main des décideurs. C'est ce qu'a fait Blais jeudi matin en étant solide face aux recrues des Tigres de Victoriaville dans le premier match à l'affiche du tournoi. C'était la continuité de son travail amorcé la veille lors de la première séance d'entraînement. «Ça va bien, c'est un bon début pour moi. À part avoir donné un but sur le premier tir dirigé vers moi ce matin, le reste s'est très bien passé. Ça m'a procuré de la confiance, car j'ai pu m'adapter à une vitesse de jeu pas mal plus élevée», note le sympathique garçon.

Si Blais cause actuellement une certaine surprise, le principal intéressé avait préparé son coup. Rencontré quelques jours après avoir été repêché, les Cataractes ont été clairs avec lui: s'il voulait avoir une chance, il devait se sculpter un physique de hockeyeur. Ce qui impliquait un régime minceur pour ce gros gardien de 6'3''. Blais a saisi le message, il a retranché 23 livres en sept semaines. Un sacrifice qui a probablement incité ses patrons à l'impliquer dans le premier match du tournoi. «Je me suis entraîné cinq fois par semaine au Gym Impact sous les ordres de Francis Mondou. Il m'a beaucoup aidé. Mes parents m'ont aidé pour la nutrition. Et j'ai aussi fait pas mal de vélo. Je suis fier de mon été, et je me sens mieux devant le filet» sourit-il.

Ajouté sur la liste des joueurs admissibles au repêchage par les Cataractes, Blais a vécu une grande journée quand il a enfilé le chandail de l'équipe à Charlottetown au début juin. Jeudi, c'est avec des papillons dans l'estomac qu'il a pris place dans le demi-cercle réservé au gardien de l'équipe.

Le reste de l'histoire n'est pas encore écrit. Le jeune homme en est fort conscient, et il promet de tout mettre en oeuvre pour qu'elle se poursuive avec une touche hollywoodienne. «Je sens que les Cataractes croient en mon potentiel. J'y crois aussi! Je vise évidemment le poste de deuxième gardien mais je suis encore jeune et j'arrive d'un niveau bien inférieur, ce n'est peut-être pas pour tout de suite. Si ça ne marche pas cette année, je n'ai rien contre l'idée d'aller prendre de l'expérience au midget AAA. Tout ce que je veux, c'est une chance de continuer ma progression.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer