«Le hockey, c'est ma vie»

Même s'il n'est pas encore fixé quant à... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Même s'il n'est pas encore fixé quant à son avenir, Claude Bouchard sera présent à la table des Cataractes au repêchage de la LHJMQ.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown) Il n'a pas encore officiellement signé le nouveau pacte de deux ans assorti d'une année d'option proposé par Martin Mondou, mais Claude Bouchard se comporte comme s'il était de retour à la barre des Cataractes la saison prochaine.

Mardi midi, il a sauté dans l'autobus qui a mené la petite armée shawiniganaise à Charlottetown, où le cirque de la LHJMQ s'installe jusqu'à samedi, journée de la séance de sélection des joueurs midgets. Bouchard se dit toujours en réflexion, mais celle-ci semble très avancée, pour ne pas dire sur le point d'achever!

«Mon statut n'a pas beaucoup changé depuis le post mortem de l'équipe. J'attends toujours la réponse de la commission scolaire, pour voir s'il est possible d'obtenir un autre congé sans solde. Il y a un aspect de sécurité à bien soupeser là-dedans», fait valoir le coloré pilote.

«J'ai parlé à beaucoup de monde depuis deux semaines. Des gens de ma famille, des amis, des gens à l'extérieur du hockey. Ils sont tous unanimes que le hockey, c'est ma passion. Un ami m'a même dit que c'était encore plus fort, que le hockey, c'est ma vie.

C'est vrai que je me vois diriger la saison prochaine. Il y a quelques années, j'avais dit non au Titan d'Acadie-Bathurst pour plusieurs raisons, mais j'avais ensuite passé les quatre pires mois de ma vie! Je ne me vois pas vraiment recommencer ça en août. On verra bien où tout ce processus va nous mener.»

Martin Mondou semble croire que Bouchard penchera d'une façon ou d'une autre pour s'installer en Mauricie. Le directeur-gérant des Cataractes ne l'aurait pas invité cette semaine si tous les indices pointaient dans cette direction. Il n'a fait aucune démarche jusqu'à maintenant pour préparer un plan B, si jamais Bouchard retournait dans l'univers de l'enseignement.

«Rien n'est finalisé, et donc la situation pourrait évoluer, mais il y a un désir mutuel de travailler ensemble. Dans cette optique, je trouvais important que Claude puisse vivre l'expérience du repêchage avec nous.»

Si le retour de Bouchard n'est pas encore coulé dans le béton, celui de Steve Larouche est confirmé. Celui qui est adjoint depuis 2012 était à bord de l'autobus, après s'être entendu verbalement avec Mondou sur les termes d'un nouveau pacte de trois ans.

«Je suis très heureux de son retour. Notre jeu de puissance était excellent l'an dernier et il y a contribué directement. C'est un gars qui est aimé de nos joueurs, qui le respectent aussi. Steve est ici depuis un bon bout de temps, son retour amène de la stabilité à l'organisation. C'est un excellente nouvelle», soulignait Bouchard.

Un autre adjoint devrait être embauché au cours des prochaines semaines pour prendre le relais de Mario Richer, qui est retourné en Europe. Des gars comme Martin Laperrière (Remparts) et Jean-François Grégoire (Voltigeurs) pourraient certainement intéresser les Cataractes, du moins si on se fie au profil recherché.

«Idéalement, on aimerait dénicher un gars avec de l'expérience. Il y en a peu de disponibles, et il y a quand même quelques clubs où il y a des ouvertures, alors ça complique les choses», confie Bouchard.

«On pourrait trouver la perle rare cette semaine, ou encore la semaine prochaine. Mais avant de procéder à l'embauche d'un autre adjoint, nous avons un dossier à régler à l'interne», conclut Mondou.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer