Les Cataractes doivent en donner plus

Claude Bouchard estime que les Cataractes doivent livrer... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Claude Bouchard estime que les Cataractes doivent livrer du hockey quasi-parfait pour s'imposer face aux Huskies.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rouyn-Noranda) Les Cataractes n'ont pas travaillé très fort à l'entraînement jeudi, à la veille du deuxième match de la série finale disputée aux Huskies de Rouyn-Noranda. Plusieurs joueurs ont pris congé, d'autres ont fait quelques exercices de routine.

Pour Claude Bouchard, il importe de ménager ses troupes, et de garder toute l'énergie disponible pour lutter contre l'équipe numéro un au Canada, qui a pris les devants 1-0 dans cette finale de la Coupe du Président mercredi soir.

Le pilote shawiniganais n'a, de toute façon, besoin que de faire un peu de vidéo avec ses hommes pour leur montrer les détails à corriger en vue du second affrontement vendredi.

«On a bien joué mercredi. Je nous donne une note de 7.5 ou de 8 sur 10. Dans les autres séries, c'était suffisant. À l'école, c'est très bon! Mais dans une finale, contre les Huskies, on a vu que ce n'était pas assez», martelait Bouchard. 

«Il y a des détails d'intensité qu'il faut améliorer. On a préparé des clips pour les joueurs, c'est assez clair. Ça nous prend un 9 ou un 10 sur 10 si on veut gagner.»

Offensivement, les Cataractes sont parvenus mercredi à sortir Chase Marchand de sa zone de confort. À quelques reprises, Marchand a regardé derrière lui après avoir fait un arrêt. Il a aussi offert plusieurs retours de lancers. 

Sur cette facette du jeu, force est d'admettre toutefois que ses défenseurs ont fait tout un boulot en récupération de rondelles. S'il y a une facette du jeu à améliorer pour les visiteurs en vue du deuxième duel, c'est bien celui-là. 

«C'est un bon point. C'est vrai que Marchand a donné beaucoup de rebonds mercredi. Pas juste sur des tirs à bout portant, sur des tirs anodins aussi. En bout de ligne, on n'était pas là pour récupérer ces retours, alors on n'a pu en tirer profit. On a beaucoup de joueurs offensifs, ils ont amélioré ce détail offensif depuis mon arrivée mais il y a encore un manque de constance. Ça va en prendre, de la constance, face aux Huskies, sinon on va payer le prix.»

Bouchard s'est ensuite mordu les lèvres quand il a été question de Dennis Yan, ou plutôt de sa pénalité en fin de troisième période qui a mené directement au filet égalisateur de Philippe Myers. 

Tireur d'élite, Yan se fait remarquer tout autant par son indiscipline depuis le début de la saison. Mercredi, c'est un coup de bâton à deux mains sur Francis Perron qui a ouvert la porte aux Huskies. Bouchard a reconnu se retenir à deux mains pour ne pas le laisser moisir dans les estrades vendredi, une décision qu'il aurait prise avec plaisir cet hiver en pareilles circonstances. 

En finale par contre, il ne se voit pas se priver d'une arme offensive aussi importante. 

«C'est plate de voir un geste comme celui-là rendu au mois de mai. Ce n'est pas la première fois qu'il agit de la sorte, même en séries il nous avait mis dans le trouble une couple de fois. On avait réussi à s'en tirer, mais pas cette fois. D'après moi, ses coéquipiers doivent commencer à trouver ça moins drôle.»

Et ne comptez pas sur le pilote des Cataractes pour donner le bénéfice du doute à Yan, parce que l'arbitrage a été bien inconstant au cours du match de mercredi. 

«On ne contrôle pas ça, l'arbitrage. Chacun son travail. Le mien, c'est de diriger. Les joueurs, c'est de jouer. On est tous maître de nos actions.»

Blier de retour

Huskies et Cataractes auront droit à du renfort pour le deuxième match. Tous les deux suspendus, Timo Meier et Samuel Blier pourront reprendre leur place dans l'alignement. 

Il va sans dire que Meier va ajouter du coffre à l'attaque des Huskies, même s'il a ralenti depuis le début du carré d'as. Chez les Cataractes, Bouchard accueille à bras ouverts le retour de son teigneux col bleu.

«Il va nous aider sur la petite patinoire des Huskies. De plus on n'a pas beaucoup de joueurs taillés sur mesure pour évoluer en désavantage numérique. Lui, il est dans ce moule-là. Il va nous aider, c'est certain.»

Qui sortira de l'alignement pour faire une place à Blier? La logique pointe en direction de Louis-Philip Fortin parce qu'il est défenseur, mais Bouchard dit avoir apprécié son jeu en désavantage numérique. «Le personnel hockey va se réunir et on verra qui, dans le quatrième trio, devra céder sa place», a conclu Bouchard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer