Les Cataractes à une victoire de la finale

Grâce à beaucoup d'opportunisme, les hommes de Claude... (Zonesports)

Agrandir

Grâce à beaucoup d'opportunisme, les hommes de Claude Bouchard ont poussé les Sea Dogs au bord du précipice en empochant un gain de 4-3 en prolongation devant 4200 personnes au Harbour Station.

Zonesports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint John) Le séjour des Cataractes à Saint John a été fort fructueux. Grâce à beaucoup d'opportunisme, les hommes de Claude Bouchard ont poussé les Sea Dogs au bord du précipice en empochant un gain de 4-3 en prolongation, devant 4200 personnes au Harbour Station.

Pour la deuxième fois en moins de 24 heures, les Cataractes ont été dominés au chapitre des tirs au but (39-24) et moins affamés en général que leurs rivaux. Mais Philippe Cadorette a de nouveau gagné la bagarre entre les poteaux, s'offrant ainsi un 49e triomphe printanier, ce qui lui a permis de rejoindre Zachary Fucale au sommet de la liste des gardiens les plus victorieux en séries dans l'histoire de la LHJMQ.

C'est un filet de Danny Moynihan, dans la première minute de jeu en prolongation, qui a départagé les deux clubs. Pour l'Américain de 20 ans, c'était son quatrième but depuis le début des éliminatoires. Il a surpris Alex Bishop d'un tir des poignets dans la partie supérieure du filet, après un revirement en territoire défensif des Sea Dogs. Une fin crève-coeur pour les locaux, qui venaient tout juste de bousiller une chance de marquer à l'autre bout de la patinoire.

Danny Flynn avait pris le pari en début de soirée d'offrir un premier départ en carrière à Bishop, et il n'a pas été déçu. Dès les premiers instants, il s'est interposé devant Alexis D'Aoust en échappée.

Bishop a été solide, mais les Cataractes sont tout de même parvenus à le déjouer trois fois en temps réglementaire, des réussites de Gabriel Sylvestre, Anthony Beauvillier et Dmytro Timashov. Puis en prolongation, ce fut au tour de Moynihan de secouer les cordages pour permettre à son équipe de rentrer à la maison avec le sourire aux lèvres, malgré cette performance en dents de scie.

«C'est exagéré de parler de vol. Mais c'est vrai que les Sea Dogs ont été meilleurs que nous. Ils ont travaillé plus, ils ont gagné plus de bagarres à un contre un. On s'attendait à une bonne performance de leur part, ils devaient jouer avec urgence. Il faut leur rendre crédit, et ne pas oublier qu'on affronte une bonne équipe de hockey», faisait valoir Claude Bouchard.

«Si on a été dominés au chapitre des tirs au buts, je pense toutefois que ça s'équivaut pas mal quant aux chances de marquer. Et notre gardien a été très bon. On l'a rencontré avant le deuxième match de la série, on lui a demandé de montrer le chemin. C'est lui dans notre vestiaire qui a le plus d'expérience. C'est ce qu'il a fait ce soir.»

Le héros de la soirée, Moynihan, convenait lui aussi que son équipe avait été dominée. «Ce ne fut pas notre meilleur match, ça c'est clair. Mais on a trouvé un moyen de gagner. Sur le but vainqueur, j'ai simplement voulu amener la rondelle au filet après le revirement des Sea Dogs...»

«On ne peut pas continuer à jouer comme on l'a fait ce soir, si on veut continuer à avancer dans les séries», prévenait pour sa part Mathieu Olivier. En séries, il y a aussi des hauts et des bas, et nous affrontons une équipe rapide, ce qui rend notre tâche plus difficile. On peut quand même être contents de sortir d'ici avec la victoire. En séries, c'est le résultat qui compte!»

Dans l'autre vestiaire, Danny Flynn avait peu de choses à reprocher à ses hommes. «Je pense que nous avons joué cinq bonnes périodes sur six lors des deux derniers matchs. Ce fut toute une bataille ce soir. Les deux équipes ont travaillé, les choses ont tourné en faveur des Cataractes. On a gagné des matchs comme ça un peu plus tôt dans les séries, ce soir c'est au tour des Cataractes.»

Les Shawiniganais, qui dominent maintenant cette série demi-finale 3-1, tenteront d'en finir avec les Sea Dogs vendredi soir au Centre Gervais Auto.

Un modèle pour Trois-Rivières?

Alors qu'il s'apprête à officiellement choisir le District 55 pour y implanter son nouveau Colisée, Yves Lévesque aurait intérêt à venir visiter le Harbour Station de Saint John, un amphithéâtre de 6000 places relié par une passerelle à un espace commercial hallucinant.

La Inside connection, ce sont deux hôtels, une soixantaine de boutiques, une piscine olympique, un centre d'entraînement, des restaurants, des bars, un marché public et un espace pour les congrès, ce qui donne un total de 123 000 pieds carrés accessibles de l'intérieur. Difficile de trouver mieux pour ceinturer un nouveau Colisée!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer