Remontée explosive des Cataractes

Les Cataractes n'ont eu besoin que d'une période... (Zonesports)

Agrandir

Les Cataractes n'ont eu besoin que d'une période pour disposer des Sea Dogs mardi soir à Saint John et prendre l'avance 2-1 dans cette série demi-finale 4 de 7.

Zonesports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint John) Les Cataractes n'ont eu besoin que d'une période pour disposer des Sea Dogs mardi soir à Saint John et prendre l'avance 2-1 dans cette série demi-finale 4 de 7.

Les Cataractes ont littéralement pris d'assaut le filet... (Zonesports) - image 1.0

Agrandir

Les Cataractes ont littéralement pris d'assaut le filet de Marc-Antoine Turcotte en troisième période, le punissant au passage avec cinq filets sans riposte.

Zonesports

Tirant de l'arrière 3-2 après 40 minutes où les Sea Dogs ont dicté le tempo, les hommes de Claude Bouchard ont retrouvé leurs repères offensifs en troisième pour finalement s'imposer 7-3 devant 4200 personnes médusées.

La meilleure façon de résumer cette confrontation, c'est par une analogie de boxe. Imaginez un combat entre un styliste et un cogneur. Le styliste gagnait facilement aux points pendant la majeure partie du duel, mais s'est fait passer un retentissant k.-o. par son rival, qui est devenu un boucher dès qu'il a aperçu un peu de sang en fin de soirée!

Ce dénouement spectaculaire, personne ne l'avait vu venir. Pendant les 40 premières minutes de jeu, il semblait n'y avoir que Brandon Gignac dans le camp des visiteurs qui disposait de jambes fraîches. Il en a profité pour étourdir deux fois en échappée Marc-Antoine Turcotte, qui n'a vu que 14 tirs au cours des deux premières périodes. Plus sollicité, Philippe Cadorette a tenu le fort pour limiter les dégâts à trois buts au cours des deux premiers engagements.

Ça s'est gâché pour les locaux en début de troisième, lorsque Dmytro Timashov a lui aussi marqué sur une mini-échappée. Un but chanceux, puisque le Suédois a échappé la rondelle devant Turcotte, qui est tout de même disparue entre les grosses jambières du portier afin de créer l'égalité 3-3. Ce filet a ouvert les écluses.

Quelques instants plus tard, c'était au tour de Mathieu Olivier de tromper Turcotte, cette fois avec un puissant tir frappé. Assommé, les Sea Dogs ont vu Gabriel Gagné s'offrir deux autres buts par la suite pour mettre le match hors de portée. Et c'est Timashov qui a terminé le boulot dans un filet désert, avec un tir de 200 pieds dans la dernière minute de jeu.

«Ce n'est pas la première fois qu'on trouve une façon de revenir dans un match. Si tu veux aller loin en séries, tu dois être en mesure de bien gérer l'adversité», faisait valoir Claude Bouchard.

«On a bien joué en première, mais on savait que les Sea Dogs allaient sortir en force.

En deuxième, les Sea Dogs ont pris l'avance parce qu'ils ont travaillé plus fort que nous. Quand tu vois ton adversaire marquer deux buts sur des retours après avoir gagné une bagarre un contre un, tu sais que ce n'est pas une question de 'X' et de 'O'. On a donc demandé plus d'intensité en troisième et on a vu où ça nous a menés.»

Bouchard a bien sûr noté la belle soirée de travail de Gignac et de Gagné, qui ont totalisé sept points. «Je suis content pour Gignac, il avait du mal depuis quelques matchs à profiter de ses chances. Gagné, faut être honnête, nous a marqué de gros buts depuis le début des séries. On marque quand même pas mal de buts depuis le début des séries, et c'est en raison de notre profondeur.

Nos joueurs d'utilité ont fait leur part eux aussi, Olivier nous a donné un gros but. Maintenant, tout est à recommencer demain, les Sea Dogs vont certainement jouer avec urgence.»

«C'est notre désir de vaincre qui a fait la différence en troisième. On savait que nous n'avions pas connu une grosse deuxième, on voulait rebondir», plaidait de son côté Gignac.

«Revenir aussi fort après une deuxième période difficile, c'est une preuve de caractère», poursuivait le capitaine Anthony Beauvillier.

«On croyait en nos chances de revenir, on l'avait fait dans le passé. Il fallait juste se rappeler de l'enjeu et pousser le plus possible. En séries, ce n'est pas l'affaire d'un trio, mais bien de quatre trios. Tout le monde contribue et je pense que c'est notre principal atout.»

Dans l'autre vestiaire, Danny Flynn vantait la force de frappe des Cataractes. «On a bien joué pendant les deux premières périodes, on a corrigé des choses importantes. En troisième par contre, on a fait des erreurs qu'on ne peut commettre face à une équipe aussi talentueuse à l'attaque. Nous sommes une jeune équipe. Et au hockey junior, le momentum bascule souvent...»

Flynn ne voulait pas pointer du doigt Turcotte, troué 17 fois depuis le début de la série. «Si ce n'était pas de lui, nous ne serions pas ici. C'est notre joueur le plus utile depuis le début de la saison. Ce soir, nous avons simplement accordé trop de surnombres.»

Flynn n'a toutefois pas voulu garantir la présence de son portier de 20 ans entre les poteaux mercredi soir, préférant discuter avec son personnel avant de prendre une décision. Selon lui, Turcotte combat actuellement une blessure mineure qui l'oblige à se faire traiter après chacun des matchs.

Carnet de notes

Triste nouvelle dans le camp des Tigres, le directeur-gérant Daniel Fréchette a dû abandonner son poste, en raison de complications de santé. Fréchette livre bataille contre le cancer depuis plus d'un an... Avec son départ, il faut s'attendre à voir s'intensifier les rumeurs entourant l'arrivée d'Éric Veilleux dans les Bois-Francs, sa région natale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer