Le réveil de Beauvillier n'a pas suffi

Philippe Cadorette, testé 44 fois, n'a pas été... (Darrell Theriault)

Agrandir

Philippe Cadorette, testé 44 fois, n'a pas été mauvais, loin de là. C'est juste que pour un deuxième match d'affilée, McDonald lui a été supérieur.

Darrell Theriault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown) Chassé du match initial, Mason McDonald a pris sa revanche deux fois plutôt qu'une aux dépens des Cataractes. Après avoir excellé lors du second match vendredi dernier, le gardien des Islanders a frôlé la divinité lundi soir, menant son équipe à un gain de 4-3 acquis devant 2600 personnes ravies au Eastlink Centre.

Anthony Beauvillier a battu Mason McDonald a deux... (Darrell Theriault) - image 3.0

Agrandir

Anthony Beauvillier a battu Mason McDonald a deux reprises lundi soir. Le problème, c'est que le gardien des Islanders n'a pas donné grand-chose d'autre, menant son équipe à une victoire de 4-3 sur les Cataractes.

Darrell Theriault

Le gros gardien de 19 ans a réalisé 48 arrêts dans un duel offensif, ayant le dessus sur son vis-à-vis Philippe Cadorette. Ce dernier, testé 44 fois, n'a pas été mauvais, loin de là. C'est juste que pour un deuxième match d'affilée, McDonald lui a été supérieur. 

Celui qui a fait partie d'Équipe Canada au dernier Championnat du monde a ainsi gâché une performance endiablée d'Anthony Beauvillier. Blanchi lors des deux premiers matchs, le capitaine des Cataractes a marqué deux buts, en plus de se faire le maître d'oeuvre de celui de Dmytro Timashov. Beauvillier a bien failli inscrire un truc du chapeau, puisqu'un spectaculaire filet en première période lui a été refusé par le juge vidéo, en raison d'un hors-jeu qui avait échappé aux juges de lignes. La marque était de 1-0 en faveur des visiteurs à ce moment-là, et cette séquence a évidemment eu une incidence sur le reste du match. 

Les deux équipes ont été au coude à coude durant les 52 premières minutes de jeu. C'est à ce moment que Keith Getson a récupéré un retour de lancer qu'il a poussé derrière Cadorette pour offrir une avance de 4-3 aux locaux. Les Cataractes ont tout tenté pour provoquer la prolongation, sans succès.

«On n'a pas joué un mauvais match encore une fois. On a une cinquantaine de lancers, pas loin de 25 chances de marquer. On a manqué d'opportunisme, et il faut admettre que le gardien de l'autre côté est solide. En défensive, ce sont à nouveau de petites erreurs qui nous ont fait mal. Le hockey c'est un jeu d'erreurs. On n'en fait pas tant que ça, mais il faut trouver le moyen d'en faire un peu moins», faisait valoir Claude Bouchard. «Il faut rester positif devant tout ça. C'est une question d'attitude en séries. Il faut bâtir sur ce qu'on fait de bien, et faire des petits ajustements pour le reste. Et il faut commencer à jouer avec le sentiment d'urgence demain.»

Bouchard a bien sûr relevé la dynamique performance d'Anthony Beauvillier. «On savait que c'était une question de temps. Avec son trio, il avait eu beaucoup de chances dans les deux premiers matchs. Ce soir (lundi), il en a profité.»

Beauvillier, lui, montrait bien peu de fierté devant son explosion. «Quand tu perds, que tu fasses huit points ou aucun, ça ne change rien. Bien sûr, ça fait du bien de marquer mais tout doit toujours être ramené à l'équipe. Et on a perdu», bougonnait le choix de première ronde des Islanders. «C'est plate, parce que je ne vois pas ce qu'on aurait pu faire de plus. On a joué avec notre vitesse, avec de l'intensité. On a juste manqué d'opportunisme un peu, alors que nos erreurs nous ont fait vraiment mal. On doit continuer de pousser, ça va finir par rentrer. En séries, c'est normal de connaître l'adversité. Les champions passent par là. On est au même point qu'à notre arrivée ici, il nous reste trois matchs à gagner pour poursuivre notre route. On recommence demain.»

De son côté, Cadorette avait sa petite idée sur comment ses coéquipiers doivent s'y prendre pour battre davantage McDonald. «Il faut mettre plus de trafic devant lui. Un gardien de cette qualité, il va arrêter les tirs qu'il voit. On peut faire mieux à ce niveau», analyse le vétéran de 20 ans, qui ne voit pas cette série comme une confrontation directe avec McDonald. «On fait chacun notre travail. On le savait qu'il était bon, il n'a pas été choisi pour Équipe Canada junior par hasard. Il faut rester calme et se préparer à jouer avec urgence demain (mardi), c'est un match important qui nous attend.»

Dans l'autre vestiaire Jim Hulton complimentait évidemment son homme masqué. «Je ne pense pas que nous ayons livré notre meilleur match. McDonald a été incroyable. L'un des jeux-clés du match, ce fut le but refusé à Beauvillier. Les deux équipes semblaient fatiguées par le voyagement, le jeu a été très ouvert. C'est bon pour les fans, mais c'est le genre de match qui rend un peu plus fou les entraîneurs! Tant mieux si nous avons trouvé une façon de gagner, mais il faudra être meilleurs demain.»

Carnet de notes

Bombe à Victoriaville lundi, les Tigres ont congédié Bruce Richardson, à qui il restait une année de contrat. Le directeur-gérant Daniel Fréchette et lui n'étaient plus sur la même longueur d'ondes. Les noms de Martin Raymond et Éric Veilleux circulent comme candidats potentiels à la succession de Richardson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer