«On savait que ce serait une longue série»

Après un premier week-end à Shawinigan, Cataractes et Phoenix s'entendent sur... (Olivier Croteau)

Agrandir

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Après un premier week-end à Shawinigan, Cataractes et Phoenix s'entendent sur une chose: cette série, qui se transporte mardi soir à Sherbrooke, sera longue. 

Après avoir échappé le premier match vendredi, les Cataractes ont enlevé de peine et de misère le second samedi après-midi, ce qui leur permet de se présenter en Estrie avec une égalité de 1-1. Cette victoire de 3-2 enregistrée devant 2900 personnes est due à une poussée de trois buts en deuxième, dont deux sur une séquence à quatre contre quatre. Même si 36 points d'écart séparait les deux clubs après le calendrier régulier, et même si le Phoenix doit se débrouiller sans Jérémy Roy, Kay Schweri et Chase Harwell, Claude Bouchard ne faisait pas la fine gueule devant ce court triomphe.

«On avait peu de temps à notre disposition pour faire des ajustements après le premier match. Je pense que nous avons fait le maximum de ce côté. Ce fut une bonne performance», analysait Claude Bouchard, qui croit que son équipe aurait mérité un meilleur sort en première. «C'était 2-0 pour le Phoenix, mais ça ne reflétait pas ce qui se passait sur la glace à mon avis. On a accordé un but sur la première chance de marquer du Phoenix. Puis on s'est fait battre en avantage numérique. Les gars ont montré du caractère pour se relever de ça. En séries, c'est tannant, jouer du hockey de rattrapage. On affronte une équipe bien préparée, qui nous donne peu de temps et d'espace. À l'interne, on savait que ça allait être une série difficile et c'est exactement ce qui se passe. Finalement, c'est une séquence à quatre contre quatre qui a fait la différence. Avoir su que c'était ça que ça nous prenait, on en aurait provoqué une bien avant!»

Vieux routier, Bouchard assure que sa troupe peut extraire beaucoup de confiance du scénario de samedi. «On n'a pas paniqué. Et on a trouvé une façon de revenir. On peut bâtir là-dessus. La table est mise pour une longue série. On a mis l'accent sur le plaisir samedi, en restant très positifs avec les joueurs. On se présente à Sherbrooke dans le même état d'esprit.»

Les Cataractes vont retrouver une équipe qui a prouvé deux fois plutôt qu'une au cours du week-end qu'elle manoeuvrait sans complexe. Foi de Stéphane Julien, le Phoenix aurait même pu revenir à la maison en avance 2-0 s'il n'y avait pas eu un petit relâchement en deuxième. «C'est une séquence de 7-8 minutes en deuxième qui a changé le cours du match. On n'a pas lâché, on a eu des chances par la suite, mais on n'a pas été en mesure de capitaliser. Avec nos effectifs réduits, j'ai du mal à composer trois trios. J'ai utilisé Audette au moins 35 minutes aujourd'hui! Les gars ont tout donné, on a maintenant deux jours pour se reposer avant le troisième match», livrait Julien samedi, content de quitter la Mauricie avec une victoire en poche. «On ne s'attendait pas à gagner le premier match, on s'attendait à essuyer une tempête. Aujourd'hui, c'était très serré. Je suis surpris de l'attitude de nos joueurs sur le banc, ils sont en confiance. On voit tous la même chose... »

Guillaume Gauthier, auteur des deux buts de son équipe samedi mais qui a raté une chance en or de créer l'égalité dans la dernière minute de jeu, a été plus explicite. «On est content de repartir avec une victoire. Les Cataractes formaient une équipe déstabilisée en fin de saison, maintenant ils ne nous prendront plus à la légère. Ça va être une longue série.»

À moins d'un miracle de la médecine - ce qui se produit parfois à cette période de l'année dans la LHJMQ - Jérémy Roy et Kay Schweri ne seront pas en mesure de faire un retour au jeu mardi soir.

L'espoir renaît à Sherbrooke

Si les amateurs du Phoenix semblaient avoir perdu confiance en leur équipe en fin de saison, le dernier week-end d'activités a redonné espoir aux fans. Un effet ressenti jusqu'à la billetterie du Palais des sports.

«Puisque la série est maintenant égale 1 à 1, on sent un plus grand engouement chez les amateurs, confie la directrice des opérations, Sylvie Fortier. L'espoir est revenu soudainement. En plus, les deux premières parties étaient présentées à la télé, ce qui a permis aux fans de suivre la série et de s'y intéresser même si les rencontres étaient présentées à Shawinigan.»

Environ 1500 billets ont déjà été vendus et on s'attend à en distribuer autant mardi.

«Avec le congé de Pâques, la vente était plus au ralenti, mais mardi on s'attend à ce que ce soit la cohue aux guichets. Les spectateurs ne doivent toutefois pas attendre à la dernière minute avant d'acheter leur billet sinon ils rateront le début de la rencontre. Il reste encore de bons sièges. Le troisième match est le plus important et on souhaite que les amateurs soient présents et bruyants», résume Mme Fortier.

Le Fan Club des Cataractes a pour sa part nolisé un autobus où s'entasseront 46 fidèles qui feront route ensemble pour assister au troisième match.

Avec la collaboration de La Tribune

Partager

À lire aussi

  • On a une série!

    Phoenix

    On a une série!

    Qui l'eût cru? On aura finalement droit à une série digne de ce nom entre les Cataractes et le Phoenix. Les résultats du dernier week-end portent... »

  • L'espoir renaît chez les amateurs du Phoenix

    Phoenix

    L'espoir renaît chez les amateurs du Phoenix

    Si les amateurs du Phoenix semblaient avoir perdu confiance en leur équipe en fin de saison, le dernier week-end d'activités a redonné espoir aux... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer