Les Cataractes échappent la première

Trois buts en avantage numérique, un jeune gardien... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Trois buts en avantage numérique, un jeune gardien agressif, et un jeu impeccable en désavantage numérique ont eu raison des Cataractes.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Le Phoenix a martelé au cours de la dernière semaine qu'il n'avait pas de complexe devant les Cataractes. Les bottines ont suivi les babines au premier match de cette série quatre de sept, que les hommes de Stéphane Julien ont enlevé au compte de 3-2, vendredi soir, devant 3200 personnes au centre Gervais Auto.

Guillaume Gauthier (à droite) et ses coéquipiers du... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Guillaume Gauthier (à droite) et ses coéquipiers du Phoenix ont créé une commotion, vendredi, en s'imposant 3-2 devant des Cataractes qui n'ont joué avec urgence que dans les dernières minutes de jeu. 

François Gervais, Le Nouvelliste

Malgré les absences de Jérémy Roy et Kay Schweri, les visiteurs ont donc passé un message clair aux champions de la division Est. Trois buts en avantage numérique, un jeune gardien agressif, et un jeu impeccable en désavantage numérique ont eu raison des Cataractes, qui n'ont joué avec urgence que dans les dernières minutes de jeu. Malheureusement pour eux, Evan Fitzpatrick a su manoeuvrer pour protéger cette courte avance d'un but.

Le Phoenix avait réussi à prendre l'avance 2-0 en première, grâce aux réussites de Daniel Audette et Carl Neill, ce dernier grâce à un tir qui a fait mal paraître Philippe Cadorette.

Brandon Gignac a ensuite pris les choses en main en deuxième pour ramener tout le monde à la case départ. Il a d'abord lui-même déjoué Fitzpatrick après avoir paradé pendant une bonne vingtaine de secondes avec la rondelle dans le territoire adverse.

Puis, en échappée, il a fait bouger le gros portier des visiteurs avant de laisser la rondelle derrière lui à Alexis D'Aoust, qui n'avait qu'à la pousser dans les cordages. Un but spectaculaire, qui aurait dû faire virer le vent de côté.

Le hic, c'est que Matthew Klebanskyj a voulu corriger Chad Pietroniro trois minutes plus tard après une bonne mise en échec sur Mathieu Olivier. Klebanskyj a certes gagné son combat mais il a pris la direction du cachot avec une pénalité supplémentaire pour instigateur, ce qui a mis la table pour le but gagnant inscrit par Guillaume Gauthier.

La décision de Klebanskyj a irrité au plus haut point Claude Bouchard, qui ne s'en est pas caché au terme du match. «En séries, tu ne peux pas te faire justice de cette façon. C'était une mise en échec légale en plus. On a écopé de plusieurs pénalités inutiles ce soir, dont celle-là», opinait le pilote des Cataractes, pas plus tendre envers l'ensemble de ses protégés.

«Le Phoenix a travaillé plus fort que nous. Je leur lève mon chapeau. Mais sans rien leur enlever, il n'y a aucune facette de notre jeu qui était à point. Pas même l'avantage numérique, qui va pourtant très bien depuis que je suis arrivé. Quand rien ne fonctionne, c'est automatiquement relié au mental. Pourquoi c'est arrivé? On va essayer de le découvrir en parlant aux joueurs dans quelques minutes. Il faut absolument offrir un bien meilleur effort demain. On a peu de temps pour s'ajuster, le deuxième match arrive très vite.»

Le capitaine Anthony Beauvillier cherchait ses mots de son côté. Frustré, il tentait de contenir son caractère bouillant. «Ils ont été meilleurs que nous. De A à Z. On n'a aucune excuse et j'ai du mal à expliquer ce qui s'est passé. J'espère que c'est la claque au visage dont on avait besoin... On se doit de gagner le prochain match.»

Choisi la 2e étoile du match, Brandon Gignac promettait que ses coéquipiers et lui auraient meilleure mine samedi, même s'ils ont souvent mal paru cet hiver à l'acte final d'une séquence de deux matchs en moins de 24 heures.

«Ça, c'était en saison. C'est complètement différent maintenant. Nous serons prêts», a lancé le rapide attaquant, atteint au visage par un bâton en début de troisième période qui lui a laissé une grosse cicatrice. Un geste qui n'a pas été puni par les officiels.

«C'est sûr qu'on n'est pas content de notre match. On était bien préparé. Est-ce à cause du stress? Je ne sais pas. Mais je sais qu'on doit rebondir au prochain match.»

Dans l'autre camp, Stéphane Julien invitait ses équipiers au calme. «Je leur ai dit qu'ils pouvaient savourer ce qui venait de se passer pendant les 15 prochaines minutes. Ensuite, il faut se préparer pour le second duel. On a joué un bon match. Ça faisait un bout de temps que notre avantage numérique ne fonctionnait pas. Ce soir, c'est lui qui nous a donné du rythme», soulignait le pilote de Saint-Tite, en relevant la performance des deux gardiens, qui ont réussi quelques bijoux chacun.

«On voulait partir en force. Notre gardien nous a donné du momentum. On voulait les stresser un peu avec une victoire, c'est fait. Il faut revenir de la même façon lors du deuxième match. On affronte une maudite bonne équipe, on a quelques petites choses à ajuster», expliquait pour sa part Audette, qui termine le match avec deux points.

Les deux équipes se retrouvent samedi à 15 h au centre Gervais Auto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer