Le Phoenix voulait affronter les Cataractes

La série entre les Cataractes de Shawinigan et... (La Tribune)

Agrandir

La série entre les Cataractes de Shawinigan et le Phoenix de Sherbrooke s'amorcera ce vendredi au Centre Gervais Auto.

La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Phoenix ne pouvait espérer mieux. Parmi tous leurs adversaires potentiels en première ronde, les Sherbrookois préféraient affronter les Cataractes de Shawinigan. Leur voeu a été exaucé samedi. Selon l'entraîneur Stéphane Julien, cette série ne s'annonce toutefois pas facile pour autant. Bien au contraire.

Il aura fallu attendre jusqu'aux derniers instants de la saison pour connaître l'identité de l'adversaire du Phoenix en première ronde. Les Oiseaux se mesureront en effet aux hommes de Claude Bouchard, deuxièmes au classement général. Avec la défaite de 5 à 2 du Phoenix à Sherbrooke samedi contre les Tigres de Victoriaville, jumelée au revers des Voltigeurs de Drummondville contre les Foreurs de Val-d'Or et à la victoire du Titan d'Acadie-Bathurst à Moncton, le tableau des séries éliminatoires s'est soudainement éclairci.

La lourde tâche de battre les Huskies de Rouyn-Noranda, champions de la saison régulière, revient donc aux Voltigeurs, alors que le Titan affrontera les Sea Dogs de Saint-John.

Les Huskies et les Sea Dogs étaient les deux autres adversaires potentiels du Phoenix, qui termine sa décevante saison au 15e rang. «Si on nous avait donné le choix, on aurait choisi les Cataractes. Parce que je crois que leur style de jeu s'apparente davantage au nôtre. On souhaitait surtout éviter les formations d'Abitibi et on préférait aller à Shawinigan plutôt qu'à Saint-John», explique l'entraîneur Stéphane Julien, tout en rappelant qu'il ne sous-estime pas du tout le prochain rival.

«Les Cataractes possèdent un excellent gardien en Philippe Cadorette et une offensive redoutable. On peut par contre espérer une chaude lutte si on joue à notre plein potentiel. On n'a pas de pression en terminant au 15e rang. On peut juste surprendre. Mais pour être une équipe Cendrillon, ça prend un gardien en feu et des vétérans qui répondent à l'appel. Le destin est maintenant entre leurs mains.»

«On doit maintenant faire oublier notre saison et rebondir, soutient le vétéran Nathanael Halbert. Il faut croire en nos chances. La bonne nouvelle, c'est qu'en affrontant les Cataractes on aura moins de route à faire et on sera plus reposés en deuxième ronde si on réussit à surprendre tout le monde en battant Shawinigan. Et puis les fans des deux équipes pourront assister aux parties à l'étranger. Une belle rivalité pourrait prendre forme grâce à cette série.»

Julien ne tolérera pas l'indiscipline

Les amateurs présents au Palais des sports samedi ont eu droit à un match serré contre les Tigres lors des 40 premières minutes de jeu. La marque était alors de 2 à 2. Le Phoenix a par la suite fait preuve d'indiscipline une fois de plus, ce qui a anéanti ses chances de revenir dans la rencontre.

«Prendre de mauvaises pénalités comme certains l'ont fait récemment, c'est un manque de respect envers les autres joueurs et nos spectateurs, considère Julien. Si on est indisciplinés contre les Cataractes, ça va nous faire mal!»

«Tout reposera là-dessus et sur les revirements coûteux», résume Nathanael Halbert. Malgré cette quatrième défaite consécutive des Oiseaux, le vétéran Anthony Chapados a lancé un message aux fans sherbrookois à la fin de la dernière partie de la saison régulière.

Le Phoenix pourrait se présenter à Shawinigan avec un alignement décimé le week-end prochain. Kay Schweri, Jérémy Roy et Jack Kilgour ont raté le dernier match de la campagne 2015-2016 en raison d'une blessure, tout comme Chase Harwell, qui ne reviendra que la saison prochaine. Matt Sartoris a quitté la partie contre les Tigres et n'est jamais revenu. Sa participation en séries serait très surprenante selon l'entraîneur.

«Il faudra se présenter à Shawinigan en confiance malgré tout, rappelle l'arrière Julien Bahl. Parmi les équipes du bas du classement, s'il y a bien un club qui pourrait surprendre, c'est le nôtre. On a dit pendant toute la saison que nous sommes meilleurs que ce que le classement laisse paraître et c'est le temps de le prouver. Si on demeure négatifs, ça peut juste nous nuire. Quelques réunions d'équipe sont prévues et quand l'arbitre laissera tomber la rondelle au premier match de la série, on sera prêts!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer