Les Cataractes s'inclinent face aux Saguenéens

Dmitry Zhukenov a enfilé deux buts dans la... (François Gervais)

Agrandir

Dmitry Zhukenov a enfilé deux buts dans la victoire des Saguenéens, dont celui-ci à bout portant alors que Philippe Cadorette était étiré de tout son long.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) C'est dans la peau d'un arroseur arrosé que Claude Bouchard est allé au lit vendredi soir. Il avait vu l'attaque massive des Cataractes faire tomber les Tigres de Victoriaville jeudi soir, et il a goûté à la même médecine par les Saguenéens 24 heures plus tard dans une défaite de 6-5 subie devant quelque 3200 personnes au Centre Gervais Auto.

À cinq contre cinq, les locaux avaient un ascendant clair sur leurs rivaux vendredi soir. Au milieu du match, ils semblaient en mesure de se détacher au tableau indicateur lorsque Cavan Fitzgerald avait donné les devants 3-2 à son équipe.

Or c'est à partir de ce moment que les Shawiniganais ont commencé à visiter à répétition le cachot. Les Saguenéens ne demandaient pas mieux que de se servir de leur grosse attaque massive pour faire virer le vent, une double supériorité numérique leur permettant de transformer ce déficit de deux buts en une avance de 4-3.

Vrai que les officiels ont connu une dure soirée en n'appelant pas quelques gestes commis par les visiteurs, mais la vaste majorité des pénalités écopées par les Cataractes étaient méritées. Cette séquence en milieu de deuxième a injecté beaucoup de frustration dans l'équipe - et ses partisans - et le défilé au cachot s'est poursuivi en troisième, avec comme résultat que les locaux ont encaissé deux autres buts en infériorité numérique.

Avec une marque de 6-4 en fin de match et Anthony Beauvillier déjà aux douches pour mauvaise conduite, Dmytro Timashov a rendu les choses intéressantes en rapprochant les Cataractes à un but dans la dernière minute de jeu. Xavier Potvin a ensuite résisté à une dernière attaque, ce qui a concrétisé la victoire des Saguenéens.

Bouchard déçu

Devant les journalistes, Claude Bouchard n'a même pas attendu la première question pour déballer son sac. Pas de colère dans le ton du coloré pilote. De la déception, plutôt. «On n'a pas à chercher longtemps ce qui explique cette défaite. Nous avons fait preuve de beaucoup d'indiscipline et nous n'avons pas fait le travail en infériorité numérique. C'est aussi simple que ça», a lancé Bouchard, qui n'avait pas le goût non plus de contribuer au fonds d'études de la LHJMQ en s'en prenant aux officiels, même si c'était assez évident qu'il n'avait pas été impressionné par leur prestation. «Il y a eu quelques pénalités tirées par les cheveux. Est-ce que c'était un match de sept avantages numériques contre deux? C'est une bonne question. Vous avez vu le match autant que moi...»

Bouchard était moins tendre envers ses joueurs chargés de tuer les pénalités. «Les Saguenéens emploient une approche différente en avantage numérique, que je connais bien. On savait quoi faire pour connaître du succès, mais on n'a pas pas bien appliqué le plan. On n'a pas bloqué beaucoup de lancers... En séries, on va avoir besoin d'en tuer, des pénalités», martelait Bouchard. «On a vu des belles choses, quand même. On a généré de l'offensive à cinq contre cinq. Mais quand tu passes deux périodes au banc des punitions, ça t'oblige à surutiliser des joueurs et ça t'enlève beaucoup de momentum...»

Mathieu Olivier, coupable de deux pénalités dont une à des dizaines de mètres de son filet, pointait aussi l'indiscipline du doigt. «Il y a eu des appels bizarres, mais on doit prendre une partie du blâme. Je m'inclus là-dedans, j'ai pris deux pénalités stupides. Nous formons une équipe assez disciplinée normalement, ce sont des choses qui peuvent arriver au cours d'une saison. Ce fut un match très frustrant. Il faut juste s'arranger pour que ça ne se répète pas.»

Les Cataractes ne jouent pas pour ,500 lors du second affrontement d'une séquence de deux matchs en moins de 24 heures depuis le début de la saison. Selon Olivier, ce n'est pas un problème de condition physique qui explique ce piètre rendement. «On a été très bons lors des tests avant le début de la saison. Les entraîneurs avaient un doute là-dessus aux Fêtes, on a refait les tests et ils étaient encore concluants. C'est plus mental qu'autre chose. Claude est arrivé avec une nouvelle approche à ce niveau, et c'est positif. On doit certainement s'ajuster car en séries, il y a beaucoup de séquences de deux en deux.»

Dans l'autre vestiaire, Yanick Jean savourait ce gain. Normal, les Saguenéens avaient été battus dix fois d'affilée par les Cataractes avant de remporter les deux derniers duels entre les deux clubs. «J'estime que nous avons joué trois bons matchs ici cette saison. Je suis content de la façon dont on a rebondi, après notre contre-performance de la veille. Ce n'était pas chic jeudi soir, les gars ont fait preuve de caractère pour se relever dès le lendemain. On a réussi à aller les chercher les gros buts au bon moment.»

En plus de Fitzgerald et de Timashov, Alexis D'Aoust, Justin Bernier et Nicholas Welsh ont également marqué pour les Cataractes. Malgré la défaite, ces derniers héritent tout de même du championnat de leur division, puisque l'Océanic de Rimouski a lui aussi baissé pavillon vendredi soir.

Les Cataractes termineront cette rude séquence de trois matchs en 48 heures en recevant la visite des Remparts de Québec samedi après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer