La fierté de Saint-Louis-de-France!

Jonathan Deschamps et Alexis D'Aoust sont redevenus coéquipiers... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jonathan Deschamps et Alexis D'Aoust sont redevenus coéquipiers depuis quelques semaines.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Alexis D'Aoust, Anthony Richard et Jonathan Deschamps ont passé une partie de leur jeunesse ensemble. Ils se sont connus sur les glaces de l'association du hockey mineur de Saint-Louis-de-France chez les Magh, et ils se sont suivis jusqu'au midget AAA avant de prendre des chemins différents dans le circuit Courteau.

D'Aoust était évidemment très heureux lorsque les Cataractes ont rapatrié Deschamps en Mauricie à la dernière période de transactions, trois ans après leur séparation. La complicité qui existait entre eux s'est réinstallée de façon instantanée.

«J'aime mieux l'avoir ici que contre moi. C'est difficile jouer contre quelqu'un qui te connaît aussi bien», sourit D'Aoust. «Je connais toutes ses petites feintes. Je connais celles d'Anthony aussi!», répond Deschamps à propos des deux solides attaquants, avec qui il a soulevé la coupe Dodge dans le bantam AA sous les ordres de Keven Desrochers.

Vendredi soir au centre Gervais Auto, ils retrouveront Richard, l'une des pièces maîtresses de la grosse machine des Foreurs. S'ils se côtoient durant l'été et les Fêtes, cette semaine ce fut le silence radio entre les trois amigos. À l'approche des séries, ce duel Cataractes-Foreurs n'est pas tout à fait comme les autres. Pas de pari entre eux, pas de textos, et pas de jasette non plus avant le match.

«C'est un gros match. On affronte les meneurs au classement général mais nous aussi, on a une grosse équipe. C'est le soir parfait pour le prouver», justifie D'Aoust. «On va sûrement se jaser après le match. Mais avant, on va tous faire nos petites affaires. C'est un très gros match», acquiesce Deschamps.

Des trois, Richard est celui qui a la plus belle carrière jusqu'à maintenant. Il fait partie de l'élite du circuit depuis deux ans, a été repêché par les Predators l'été dernier qui lui ont déjà consenti un premier contrat professionnel. Deschamps avait une longueur d'avance il y a quelques années, lui qui a joué midget AAA à 14 ans.

Depuis, il s'est développé en arrière à caractère défensif. D'Aoust, de son côté, a mangé son pain noir pendant un an et demi avant de sortir de sa coquille sous Martin Bernard. Depuis, il ne cesse de progresser, au point d'être le joueur le plus constant chez les Cataractes depuis le début de la saison.

Avant le match de vendredi, D'Aoust revendique d'ailleurs le même nombre de points que Richard, soit 77. Les deux Trifluviens luttent pour le titre de dauphin à Connor Garland, sur une autre planète à 107 points. Le nom de D'Aoust est d'ailleurs de plus en plus souvent entendu sur la galerie de presse, où les recruteurs s'installent... «Ça va bien, je suis content. Je ne sais pas trop s'il y a de l'intérêt à mon endroit, mon agent ne m'en parle pas trop car il veut que je me concentre sur ce qui se passe sur la glace. C'est le seul bout que je contrôle», lance l'ailier droit de 19 ans. «Moi, en tout cas, je suis optimiste pour lui. Il connaît toute une saison», renchérit Deschamps!

Première salle comble de la saison?

D'Aoust, Deschamps et Richard vont se produire vendredi soir dans un centre Gervais Auto qui devrait être rempli à pleine capacité pour la première fois de la saison. Jeudi après-midi, il restait moins de 400 billets disponibles pour ce choc entre les détenteurs des deux premières positions au classement général.

«On a un bon défi à relever. On affronte une équipe explosive en attaque», analysait Martin Bernard, qui a passé l'essentiel de son temps cette semaine à travailler sur les unités spéciales de l'équipe. «Les premières semaines après la date limite des transactions ont servi à solidifier notre jeu à cinq contre cinq. Malheureusement, nos unités spéciales ont complètement craqué depuis quelques temps, alors on a consacré beaucoup de temps à cette facette du jeu ces derniers jours. Je suis confiant que les ajustements apportés vont nous faire progresser. »

Reste à voir si ce sera suffisant face au char d'assaut que représentent les Foreurs. Ils ont gagné leurs neuf derniers matchs, et ils n'ont subi que deux revers à leurs 30 dernières sorties, soit autant que les Cataractes la semaine dernière dans les Maritimes!

Le pilote des Foreurs, Mario Durocher, sera en quête d'un 1500e triomphe en carrière vendredi soir, face à son ancien compagnon d'armes avec qui il a levé la Coupe du Président chez les Tigres au début des années 2000. «Mario est un très bon ami mais on va essayer de s'arranger pour que son party se fasse ailleurs qu'à Shawinigan! Pour y arriver, il faudra jouer en unité de cinq, être conscients de notre défensive, être très disciplinés et très intenses dans nos actions», conclut Bernard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer