Les Cataractes s'imposent 3-1 à Québec

Le gardien des Remparts Callum Booth a tenu... (Le Soleil)

Agrandir

Le gardien des Remparts Callum Booth a tenu tête aux Cataractes, jeudi à Québec, mais les Shawiniganais ont tout de même eu le dernier mot.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Face à une équipe qui ne faisait que se défendre, les Cataractes ont fait le minimum pour sortir du Centre Vidéotron avec les deux points à l'enjeu jeudi soir. Les Remparts, grâce en grande partie à Callum Booth, ont réussi à tenir tête à leurs puissants visiteurs pendant la majorité de la soirée, avant de s'incliner 3-1.

Après une honteuse défaite vendredi dernier à Blainville, les Shawiniganais ont mieux paru, sans pour autant sortir avec le couteau entre les dents. Faut dire que les locaux avaient décidé de laisser le spectacle à la visite, l'attendant plus souvent qu'autrement à cinq en territoire central. Les Cataractes ont réussi à se fabriquer de bonnes chances en première, avant de disparaître de la circulation en deuxième. Ils sont toutefois revenus avec plus de mordant au dernier tiers, pour finalement se détacher de leurs rivaux.

Cavan Fitzgerald a procuré l'avance 1-0 aux Shawiniganais, profitant d'une savante remise de Dmytro Timashov, qui renouait avec son ancien public. Timashov a connu une soirée tranquille, mais il a quand même hérité de la troisième étoile, signe que la soirée a été un peu terne. Timashov a été touché par les applaudissements des fans des Remparts en fin de match. «C'est l'fun de voir qu'ils ne m'ont pas oublié. C'était un match spécial pour moi. Je pense que je peux mieux jouer mais au moins nous avons gagné», livrait le sympathique Suédois.

Danny Moynihan a porté un dur coup aux Remparts en milieu de troisième en doublant l'avance de son club, après avoir capté un retour de Fitzgerald. Gabriel Gagné a ensuite porté la marque à 3-0 en lançant la rondelle dans un filet désert, mais les Remparts ont profité d'un avantage numérique pour priver Philippe Cadorette d'un blanchissage avec sept petites secondes à écouler au match. Cadorette était furieux devant sa cage, lui qui venait d'échapper la chance d'inscrire un 17e blanchissage en carrière, ce qui aurait constitué un nouveau record de la LHJMQ.

«C'est sûr que c'est plate. J'ai commencé à y penser alors qu'il restait trois minutes au match. Quand on a marqué dans un filet désert, je pensais que ça y était! Malheureusement, j'ai perdu de vue la rondelle en fin de match et elle s'est retrouvée derrière moi. C'est dommage, mais pas dramatique. On sort tout de même d'ici avec la victoire», rappelait le vétéran de 20 ans, qui a relevé que sa nouvelle équipe n'avait pas eu, encore une fois, la pédale au plancher durant tout l'affrontement. «Nous avons une excellente équipe. Côté talent, ça se compare sans problème avec les deux clubs du Drakkar avec qui je me suis rendu en finale. Mais nous devons jouer 60 bonnes minutes de jeu, pas donner un coup pendant 20 minutes et se fier ensuite sur notre talent. On peut, et on doit en donner plus.»

Martin Bernard préférait voir le verre à moitié plein. «Par rapport à notre dernier match à Blainville, c'est certainement un pas en avant côté intensité. Pour le reste, nous sommes en processus, il nous reste des choses à travailler.»

Les Cataractes ont maintenant rendez-vous avec le Drakkar à Baie-Comeau samedi. Un match attendu par Cadorette, qui renouera avec l'organisation dont il a défendu les couleurs pendant quatre saisons. Puis, les Shawiniganais compléteront ce périple de trois matchs en quatre jours en rendant visite aux Saguenéens à Chicoutimi, dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer