Les Cataractes viennent difficilement à bout des Voltigeurs

Les Cataractes ont compris pourquoi les Voltigeurs se baladaient avec le... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les Cataractes ont compris pourquoi les Voltigeurs se baladaient avec le premier rang au classement général en poche avant de se pointer en Mauricie. Les Shawiniganais ont eu besoin de tout leur petit change pour venir à bout de cette teigneuse équipe, qu'ils ont battue 5-3 grâce à une poussée tardive en troisième période devant 3000 personnes réunies vendredi soir au Centre Gervais Auto.

Les visiteurs méritaient peut-être un meilleur sort. Ils ont cédé ce premier rang aux Cataractes, bien qu'ils aient lutté de la première à la dernière minute face à des rivaux plus talentueux.

Ce sont d'ailleurs les Voltigeurs qui ont donné le tempo en début de soirée, marquant à leurs deux premiers lancers face à Antoine Samuel, qui a été relevé au profit de Frederic Foulem. À partir de là, les locaux ont entrepris une chasse à l'homme. Si les Cataractes avaient le dessus au chapitre des lancers, les Voltigeurs faisaient de l'excellent boulot pour les garder loin de l'enclave, facilitant la vie du gardien trifluvien Nicolas Lachance qui a vu bon nombre des 39 rondelles cadrées sur son filet le meurtrir à la poitrine.

Tirant de l'arrière 2-0 après 20 minutes, les Cataractes ont créé l'égalité en deuxième grâce à des filets d'Anthony Beauvillier et Samuel Girard, avant de voir les Voltigeurs inscrire un troisième but en fin de période pour regagner le vestiaire encore une fois avec l'avance. Mais celle-ci n'a pas tenu le coup devant l'insistance des hommes de Bernard en troisième, qui ont orchestré une poussée de trois buts au milieu de l'engagement. Le filet spectaculaire de Dennis Yan après un échange à quatre a été refusé en raison d'un hors-jeu qui n'avait pas été appelé, mais ceux de James Phelan et d'Alex Pawelzcyk ont assez fait de dégâts pour faire basculer l'affrontement. Puis, le géant américain a complété le travail avec une deuxième réussite dans une cage abandonnée en toute fin de rencontre.

«Ce fut tout un match de hockey, s'exclamait Martin Bernard. On s'attendait à ça, les Voltigeurs travaillent sans relâche. Ce fut donc au pic et à la pelle qu'on a dû remonter la pente. Je suis content, les gars n'ont pas baissé les bras», faisait valoir le pilote.

Pour un deuxième départ d'affilée, Antoine Samuel a vu sa soirée de travail se terminer abruptement. Bernard a d'ailleurs servi une mise en garde à son vétéran, qui obtient la plus grosse part du gâteau depuis le début de la saison dans ce ménage à trois gardiens.

«Ce n'est pas ce que tu souhaites, accorder deux buts aussi rapidement. C'est à lui de rebondir. Un gardien doit être capable d'aller chercher le gros arrêt pour garder son équipe dans le match. Antoine doit retourner à l'entraînement, et travailler aussi fort que Mikhail (Denisov) et Frederic (Foulem).»

Son défenseur vedette Samuel Girard était lui aussi bien heureux de quitter l'aréna avec deux points de plus au compteur. «On a fait quelques mauvais jeux en début de match, mais on a trouvé une façon de revenir. Il y a une belle chimie dans l'équipe, tout le monde contribue», faisait valoir le petit défenseur de 17 ans, nommé la première étoile du match.

Dans l'autre vestiaire, Martin Raymond était déçu du comportement de ses troupes en troisième.

«On a pris de mauvaises décisions. Ce qui a donné beaucoup de trop de chances de marquer aux Cataractes. On avait été opportuniste en première, puis on faisait les petits détails pour se donner une chance de gagner. Mais en troisième, on a manqué de gaz.»

Raymond pointait du doigt la bagarre entre son capitaine Joey Ratelle et Gabriel Sylvestre comme un point tournant en milieu de troisième période. Ratelle a semblé avoir le dessus, mais ce sont les Cataractes qui ont récupéré du momentum après ce combat. Deux minutes plus tard, James Phelan créait l'égalité grâce à un tir parfait.

«Ce fut une mauvaise chose pour nous, ce combat. Joey est notre leader, notre gars qui peut calmer l'équipe. Quand tu vois ton capitaine au cachot pendant cinq minutes à un moment aussi crucial, ce n'est pas très productif.»

Les Cataractes vont maintenant tenter d'aligner un cinquième triomphe d'affilée dimanche après-midi alors qu'ils visiteront le Phoenix à Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer