Les Cataractes humiliés 7-0 à Drummondville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Drummondville) Si les joueurs des Cataractes croyaient pouvoir connaître du succès en se fiant uniquement à leur talent, ils ont été ramenés à l'ordre deux fois plutôt qu'une au cours des dernières 24 heures! Quelques jours après avoir déclassé l'Océanic de Rimouski, détenteur du premier rang au classement général, les Cataractes ont été défaits à deux reprises par un club plus affamé, le dernier en lice étant les Voltigeurs de Drummondville qui ont signé un gain facile de 7-0 mercredi après-midi.

Contrairement aux Cataractes qui veulent causer des surprises le printemps prochain et qui ont acquis le vétéran de 20 ans Christophe Lalonde, les Voltigeurs ont récemment sorti du vestiaire les trois joueurs qui avaient le plus de valeur, soit Charles-David Beaudoin, Jérôme Verrier et Louis-Philip Guindon.

L'équipe drummondvilloise reste toutefois une bête difficile à dompter, puisqu'elle maximise sa vitesse avec une éthique de travail irréprochable. Les Cataractes l'ont appris à leurs dépens, surtout que le niveau d'engagement des joueurs de Martin Bernard laissait à désirer pour un deuxième match d'affilée, une triste première cette saison.

À partir de là, les dégâts se sont faits graduellement au tableau indicateur, même si Marvin Cüpper s'est longtemps battu seul dans la tempête pour garder son équipe dans le match. La rencontre a vraiment basculé en début de deuxième, lorsque les locaux ont pris l'avance 3-0. Les Cataractes ont alors paru un peu plus menaçant, mais Joe Fleschler s'est interposé durant ces quelques minutes de réveil et à partir de là, les Voltigeurs ont affûté leurs couteaux pour dépecer leurs rivaux.

Joey Ratelle a été le principal bourreau des Shawiniganais avec une production de deux buts et deux passes. Alex Barré-Boulet s'est lui aussi offert un doublé. «C'est une catastrophe!», vociférait Martin Bernard au terme du match.

«On voyait que les gars étaient endormis lorsqu'on a présenté le plan de match ce matin. Dommage, car les Voltigeurs ont joué comme on l'avait prévu, à partir du vidéo fait avec les gars. Il n'y avait rien de magique! Mais on a été totalement déclassés au point de vue de l'intensité. C'est comme si les gars ne se rappelaient plus par où nous avons dû passer l'an dernier, quelle identité on s'était forgée. C'est inacceptable», a poursuivi le pilote shawiniganais, en invitant ses hommes à faire preuve de modération à la table au cours des prochains jours. À vue de nez, ça sent l'entraînement punitif à leur retour à Shawinigan!

Dans l'autre camp, Louis Robitaille avait évidemment apprécié sa journée au bureau. «On voulait connaître un bon départ, on l'a eu. On sentait les joueurs des Cataractes un peu fatigués, alors on a mis un maximum de pression. Nous avons une jeune équipe, mais on mise sur des jeunes de talent. Ils doivent se faire confiance, ils l'ont fait ce soir et c'était beau à voir. C'est l'fun de se faire plaisir de temps en temps avec une victoire comme ça!», souriait-il.

Les Cataractes seront de retour devant leurs partisans samedi pour y accueillir les Saguenéens de Chicoutimi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer