Girard procure la victoire aux Cataractes en prolongation

Samuel Girard gardait son premier but en carrière dans la LHJMQ pour une grande... (Photo: Jean-François Vachon)

Agrandir

Photo: Jean-François Vachon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Rouyn-Noranda) Samuel Girard gardait son premier but en carrière dans la LHJMQ pour une grande occasion. Il l'a dénichée en fin de soirée vendredi, alors que son tir des poignets a procuré aux Cataractes une victoire en prolongation de 5-4 aux dépens des Huskies de Rouyn-Noranda.

Ce dénouement dramatique, personne ne l'avait vu venir en début de match alors que les locaux s'étaient forgé une confortable avance de 3-0. Martin Bernard a alors utilisé son temps d'arrêt pour rappeler à ses joueurs qu'ils n'étaient pas venus en Abitibi en touristes et à partir de là, ils se sont approchés graduellement des Huskies au tableau indicateur.

Le principal acteur de cette remontée fut encore une fois Anthony Beauvillier. Le joueur de centre de 17 ans a marqué le premier but des siens en fin de première sur un tir de pénalité, et il a rapproché son club à un seul but des locaux en troisième période en touchant la cible sur une échappée. En fin de troisième, alors que les Huskies étaient complètement embouteillés dans leur territoire, c'est lui qui a orchestré le filet égalisateur de Dennis Yan.

Puis le mot de la fin est revenu au premier choix de l'équipe au dernier repêchage.

Depuis son poste au point d'appui, Girard a foncé vers l'enclave et il a laissé partir un bon tir des poignets à contre-courant qui s'est lentement mais sûrement frayé un chemin sous les cordages même si le gardien adverse Jérémy Bélisle avait réussi à stopper partiellement la rondelle. Un moment qui restera gravé à jamais dans la mémoire du jeune homme, même s'il a appris qu'il avait touché la cible en voyant ses coéquipiers festoyer autour de lui!

«Je n'ai pas vu grand-chose. Je pensais que le gardien avait fait l'arrêt, je m'en allais au banc pour un changement quand mes coéquipiers m'ont sauté dessus. Ma tête bourdonne un peu en ce moment mais c'est un bon feeling», assurait le surdoué, à qui on a souvent reproché en début de saison de ne pas mettre assez de rondelles au filet. Hier, Girard a pris deux bons lancers et le dernier a soutiré le point boni en prolongation. «Je suis revenu du Défi mondial des moins de 17 ans avec plus de confiance, c'est certainement quelque chose que je veux faire davantage, tirer au filet», promettait-il. «C'est une belle victoire pour nous, une victoire de caractère. On ne lâche jamais, même si on perd par trois buts...»

«De l'or en barre»

Martin Bernard esquissait un sourire presque aussi radieux à quelques mètres de là, lui qui venait pourtant de voir ses hommes pécher encore une fois par insouciance en début de match.

«On était croche, c'est vrai, en première. Les gars doivent apprendre qu'il faut commencer à l'heure. Mais on peut aussi dire qu'ils ont à nouveau fait preuve de caractère pour revenir. C'est comme lorsque tu dis à tes enfants de faire attention à quelque chose et qu'ils ne t'écoutent pas du premier coup. C'est un processus...», faisait valoir le pilote, bien obligé de saluer le travail de Beauvillier.

«C'est de l'or en barre, Beauvillier. Cogner à la porte des échelons supérieurs, bien des joueurs talentueux y arrivent. Lui, il va les défoncer à cause de son esprit de compétiteur! Tout le crédit lui revient, nous on l'a juste aidé à se bâtir à partir de l'an dernier en lui confiant des missions. C'était pas évident pour un gars de 16 ans d'affronter les meilleurs éléments ennemis, ça l'empêchait de noircir la feuille de pointage avec régularité. Mais tout ce millage lui permet aujourd'hui d'avoir un impact incroyable. Tout ça avec une attitude exemplaire, en restant un coéquipier apprécié. Je lui lève mon chapeau.»

Dans l'autre vestiaire, Gilles Bouchard chantait sur un air connu, celui d'une équipe qui n'arrive pas depuis quelques semaines à protéger une avance. «Les gars modifient leur jeu quand on prend l'avance. Il faut apprendre à mieux gérer ce genre de situation. En fin de match par exemple, c'est un privilège d'être choisi pour écouler les dernières minutes, il faut agir en conséquence. Ça ne fonctionne pas actuellement, alors on va changer des ingrédients à notre recette.»

Les Cataractes reprennent le boulot dès samedi après-midi à Val-d'Or. Bernard devrait confier le filet à Antoine Samuel.

Carnet de notes

Le Fan Club des Cataractes organise un voyage en autobus pour le match du 29 novembre à Gatineau. Le départ aura lieu à 10 h 30 et le coût a été fixé à 37 $ pour les membres, et 40 $ pour les non-membres. Information: André au 819-537-4742.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer