Les Cataractes renversés 4-2 par les Tigres à Victoriaville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Déclassés au chapitre de l'effort jeudi soir, les Cataractes ont corrigé la situation vendredi face aux Tigres à Victoriaville. Ça n'a toutefois pas été suffisant pour l'emporter, les hommes de Martin Bernard ayant cette fois été dominés outrageusement sur les unités spéciales, ce qui a mené à une défaite de 4-2.

Le duel impliquait deux clubs qui tentaient de s'extirper d'une mauvaise séquence. Dans les premières minutes du duel, peu de gens auraient parié sur les chances des Tigres de se replacer sur les rails, eux qui ont été dominés 16-5 au chapitre des tirs au but!

Le hic, c'est que les visiteurs n'ont pas été en mesure de faire mieux que de rentrer au vestiaire avec une égalité de 1-1, ne tirant profit que d'une seule des quatre attaques massives accordées par les Félins.

Les locaux ont été beaucoup plus opportunistes quand les Cataractes ont à leur tour péché par indiscipline. Leurs trois premiers filets ont été inscrits en avantage numérique, une récolte suffisante pour sortir de l'aréna avec les deux points à l'enjeu.

L'issue du duel était néanmoins difficile à avaler pour Bernard, qui n'a pas gagné un match au Colisée Desjardins depuis son retour dans la LHJMQ l'an dernier. Rappelons que Bernard a dirigé les Tigres dans sa première vie au sein du circuit Courteau. Vendredi, le but gagnant a été réussi en fin de deuxième, quelques instants à peine après une pénalité - imaginaire - imposée aux Cataractes par les officiels pour avoir eu six joueurs sur la glace.

Si Bernard n'a laissé plané aucun doute sur son appréciation de la décision des officiels dans le feu de l'action, il refusait de les pointer du doigt dans son point de presse.

«Les arbitres sont là pour prendre des décisions, nous on se doit de les accepter», plaidait Bernard, qui ne faisait pas un plat non plus du fait qu'il n'a pas encore savouré une victoire dans son ancienne maison. «Je crois que ça tient au hasard. En tout cas, j'ai cherché et je n'ai vu aucune poupée vaudou dans le coin!»

Plus sérieusement, Bernard a reconnu que la chaîne des unités spéciales était débarquée. «On va travailler pour trouver les bons ajustements. Au moins, l'effort y était, c'était le principal enjeu du match. Le résultat, on ne le contrôle pas, il y a deux équipes sur la glace. Mais l'effort, lui, on le contrôle.»

Olivier Caouette et Dennis Yan ont marqué les filets des Shawiniganais. Le but de Yan a été fort spectaculaire, mais la recrue américaine s'est aussi fait remarquer... pour ses cinq visites au cachot! Même si Bernard avait condamné les gestes d'indiscipline de sa troupe pas plus tard que la veille, il excusait volontiers son jeune joueur vedette.

«Je vais regarder les séquences sur vidéo mais à mon avis, plusieurs de ses pénalités étaient involontaires...»

Dans l'autre camp, Samuel Blais (2) et Yan Pavel Laplante (2) ont battu Marvin Cüpper, qui a fait face à 30 rondelles. Son vis-à-vis Brandon Whitney a quant à lui fourni 26 arrêts aux locaux. «Whitney a fait de gros arrêts pour nous en première, il nous a donné du momentum. Tuer autant de punitions nous a donné du rythme», racontait le pilote des Tigres Bruce Richardson, qui saluait le réveil de son attaque massive. 

«Les entraîneurs ont uni leurs cerveaux cette semaine pour trouver des solutions. Les joueurs ont acheté les ajustements proposés et ils ont bien exécuté. J'ai aimé l'effort ce soir (vendredi), nos vétérans se sont levés dans la chambre après la première période. Tout le monde y croyait ce soir et ça, c'est la première condition pour avoir du succès.»

Tigres et Cataractes se retrouvent à nouveau dimanche après-midi, cette fois à Shawinigan.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer