Une troisième de suite

Les Aigles ont inscrit sept points dans la... (Le Soleil)

Agrandir

Les Aigles ont inscrit sept points dans la victoire face aux Capitales de Québec lundi soir.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Coureurs en position de marquer laissés sur les sentiers, erreurs en défensive menant à des points, les Capitales n'ont jamais trouvé leur rythme, lundi soir, au Stade Canac. Même une poussée tardive n'a pu les sauver d'un revers de 7-5 aux mains des Aigles de Trois-Rivières.

Les Capitales entraient dans le match avec une vingtaine de victoires de plus que les Aigles au compteur cette saison, mais les hommes de Patrick Scalabrini ne l'ont pas démontré sur le terrain. Si les joueurs avaient impressionné leur gérant en arrachant trois matchs serrés aux Miners de Sussex, en fin de semaine, on ne peut en dire autant de la performance de lundi soir.

«Je ne suis pas content de notre match du tout. Tu voyais tôt dans la rencontre que les Aigles essayaient d'aller chercher des petits points par-ci par-là pour nous en voler une. On a ouvert les portes un petit peu trop, on leur a donné quelques points, et on a pas été capable de revenir. C'est un match à oublier à la maison», a admis Scalabrini après la rencontre. 

Des propos que n'a pas vraiment réfutés le gérant des Aigles, T.J. Stanton. «C'était un peu bizarre, sans beaucoup de rythme, mais on a été capable d'aller chercher les points difficiles», s'est pour sa part réjoui l'ancien instructeur des lanceurs des Capitales, qui voyait les siens signer une troisième victoire de suite. 

Le partant pour Québec, Murilo Gouvea (1-2, 3,45), ne lançait déjà pas un match inspiré, mais ses coéquipiers ont creusé sa tombe en 4e manche. Avec les Aigles en avant 2-1, deux erreurs coup sur coup de Philippe Craig-St-Louis et Yurisbel Gracial ont mené à deux autres points des visiteurs, qui n'ont plus jamais cédé l'avance par la suite. 

S'il convenait que le match avait basculé durant cette 4e manche «malpropre», Patrick Scalabrini s'est tout de même dit déçu de la performance de son lanceur. «Il ne nous a pas donné une bonne énergie. Je crois beaucoup que le lanceur partant donne le rythme au match. J'ai été obligé d'envoyer un releveur assez vite et j'avais hâte. Il ne lançait pas bien.»

Les Capitales avaient pourtant eu la chance de se sauver au pointage en début de rencontre, laissant cinq coureurs sur les sentiers durant les deux premières manches. Résultat, sans être brillant, le jeune partant des Aigles, Ethan Elias (1-0, 3,60) qui n'en était qu'à son deuxième départ dans la Can-Am, n'a donné que deux points mérités en six manches et un tiers de travail, malgré 8 coups sûrs et 5 buts sur balle accordés. 

En retard par quatre points avant de se présenter au bâton, en fin de 9e manche, les Capitales ont croisé deux fois le marbre et placé deux autres coureurs sur les sentiers. Les gradins se sont brièvement animés, mais un retrait au bâton de James McOwen a vite ramené les partisans sur leur siège puis dans leur voiture. 

«Tous mes joueurs savent que lorsque tu joues contre les Capitales ici, ce n'est jamais fini avant le 27e retrait», a assuré T.J. Stanton après le match, se rappelant des nombreuses remontées vécues lorsqu'il prenait place dans l'abri de l'équipe locale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer