L'histoire se répète: les Cubains renversent les Aigles

L'attaque cubaine s'amuse depuis son arrivée au stade... (François Gervais)

Agrandir

L'attaque cubaine s'amuse depuis son arrivée au stade Stéréo+.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) S'il était possible d'amorcer un match en deuxième manche, les Aigles le feraient. Dans un scénario qui se répète pour un 14e match cette saison, les Trifluviens ont de nouveau dû jouer du baseball de rattrapage après avoir accordé au moins un point en première manche. Quatre points pour être plus précis, en route vers une défaite de 8-4 face à l'équipe nationale de Cuba.

Après avoir connu quatre départs difficiles cette saison, Matthew Rusch n'a permis qu'un seul point en six manches de travail. Mais le joueur-entraîneur n'était pas pleinement satisfait de sa performance, et croit que les ajustements sont nécessaires pour tous les lanceurs partants.

«Je ne suis pas content de mon départ. J'ai besoin d'être meilleur avec la zone des prises et j'ai besoin que ma glissante ait plus d'autorité. J'aurais aimé lancer une manche de plus, mais je préfèrerais être meilleur au début du match qu'à la fin. Je pense que l'approche du match n'est pas bonne et les chiffres sont clairs. On doit être plus concentrés en début de partie au lieu de penser à utiliser notre stuff en début de rencontre et notre tête par la suite. On doit faire le contraire, et ça m'inclut.»

Rusch a peut-être accordé qu'un seul point mérité, mais le problème, c'est que cinq autres points non mérités se sont ajoutés après deux erreurs coûteuses de Ryan Brockett, qui évoluait à l'arrêt-court pour ce match.

«Nous sommes dans une léthargie, toute l'équipe. On cherche le momentum et on ne parvient pas à le trouver. Pourtant l'esprit d'équipe est excellent mais on traverse un bout vraiment difficile», a analysé le gérant T.J. Stanton, qui a été expulsé de nouveau par le duo Michael Boulianne et Kevin Mandzuk, en quatrième manche.

Ce départ des Aigles se sera avéré catastrophique puisque par la suite, l'équipe a été en mesure de s'accrocher face au lanceur Yoanis Yera qui a connu des failles au niveau du contrôle de ses tirs. Les Trifluviens ont ainsi inscrit des points lors des trois premières manches, pour réduire l'écart à 4-2, puis 6-4 en troisième après la deuxième erreur de Brockett. Comme les quatre points en première manche, les cinquième et sixième ont été inscrits alors qu'il y avait deux retraits au tableau.

«Ryan c'est un bon joueur défensif et on ne parle pas d'erreurs mentales, mais plutôt dans la mécanique de jeu. J'ai pleinement confiance en lui», a mentionné Stanton, qui a continué d'expérimenter avec sa défensive à l'avant-champ pour cette rencontre.

Si les Aigles ont été en mesure d'utiliser leurs bâtons face à Yera, ce fut une tout autre histoire lorsque Roger Machado a envoyé Yariel Rodriguez en relève en quatrième manche. Le Cubain, qui est un partant sur l'île, a été impeccable en quatre manches et un tiers de travail, si bien que les Aigles ont laissé huit coureurs sur les sentiers durant la rencontre. 

Une situation difficilement tenable face aux Cubains, dont le personnel d'artilleurs semble de meilleur calibre cette année.

Rincon est arrivé

Afin d'accueillir Angel Rincon dans leur personnel de lanceur, les Aigles ont libéré le releveur Tim Holmes vendredi. L'Américain et sa moyenne de points mérités de 11,17 auront déçu. Utilisé en neuvième manche, Rincon a accordé un coup sûr et un but sur balles en plus de récolter un retrait sur des prises.

Les deux équipes ont rendez-vous samedi soir pour le troisième match de la série.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer