Le frère d'une vedette cubaine en ville

Yoelkis Cespedes, 19 ans, ne peut renier ses... (François Gervais)

Agrandir

Yoelkis Cespedes, 19 ans, ne peut renier ses origines.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Yoelkis Cespedes, 19 ans, ne peut renier ses origines. Partout où il va, on associe son nom à celui de l'un des meilleurs joueurs cubains du Baseball majeur.

Frère cadet de Yoenis, le voltigeur vedette des Mets de New York, Yoelkis évolue à la même position. Il a les mêmes traits aussi. Nés de deux mères différentes, les deux frangins sont séparés par plus d'une décennie.

Si Yoenis est un joueur établi et multimillionnaire dans la meilleure ligue sur la planète, Yoelkis poursuit son développement à Cuba, où il a joué, en 2016, pour la formation championne de Granma, aux côtés du releveur des Aigles Miguel Lahera.

Puis, cet hiver, les recruteurs en Amérique du Nord ont pu le suivre à la Classique mondiale de baseball ainsi que lors des Séries des Caraïbes.

Le voilà maintenant à Trois-Rivières, où il entreprend, avec ses compatriotes, une série de 21 parties contre les équipes de la Ligue Can-Am.

«Je joue par orgueil et passion, c'est une chance d'être ici», a partagé le jeune homme, avec l'aide de l'interprète Diego Brunelle Diaz.

«Pour l'instant, je ne suis pas à la hauteur du jeu de mon frère, mais j'espère y arriver d'ici quelques années.»

Un bras en or

Chose certaine, il a tout un bras au champ extérieur. Que voulez-vous, c'est de famille chez les Cespedes! «J'ai confiance d'être un meilleur joueur dans cinq ans.»

Son frère Yoenis a déserté l'île de Cuba en 2011. Un voyage en bateau de type speed boat, en compagnie de six autres personnes, l'a mené en République dominicaine, où il a par la suite été en mesure de s'entendre avec les A's d'Oakland.

«Je ne l'ai pas revu depuis ce temps, mais on reste en contact. Il me partage ses conseils, il suit mon cheminement.»

Ils sont d'ailleurs de plus en plus nombreux à s'intéresser au jeune Cespedes. Avec ses gènes, il n'y a rien d'étonnant!




À lire aussi

  • Pas de salsa pour les Aigles<strong></strong>

    Aigles

    Pas de salsa pour les Aigles

    Pour un huitième match de suite, les Aigles ont quitté le terrain du Stade Stéréo Plus avec la mine basse. Pas de célébration, encore moins de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer