Les Aigles massacrés par plus de trois touchés!

Avec une performance de 23 points, les Capitales... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Avec une performance de 23 points, les Capitales se sont moqués des Aigles mardi soir au Stade Stéréo Plus.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au football, une défaite par plus de trois touchés est embarrassante. Imaginez au baseball.

Les Aigles ont vécu leur lot de moments pénibles depuis leur arrivée dans la Ligue Can-Am en 2013, mais ils ont atteint un creux historique dans les dernières heures, en recevant une gifle de 23-1, gracieuseté des Capitales de Québec.

Les ennemis de l'autoroute 40 portent leur fiche à cinq victoires et aucun revers face aux Aigles, qui revenaient pourtant à la maison gonflés à bloc, forts d'une séquence de trois gains au New Jersey la fin de semaine dernière.

Mais voilà, les Oiseaux et les quelque 900 personnes présentes au parc de l'Exposition ont vite déchanté. Dès le départ, le lanceur Edilson Alvarez a servi une balle au goût de Jordan Lennerton qui, d'un seul élan, a fait 3-0 Québec.

Les Capitales ont ajouté deux autres circuits dans la partie, ceux de Maxx Tissenbaum en deuxième et de Kalian Sams en septième.

C'est toutefois en sixième manche que les hommes de Patrick Scalabrini ont causé le plus dégâts en totalisant neuf points!

Le déluge a commencé avec une erreur du lanceur Alvarez, qui a loupé un relais facile vers le troisième coussin après un amorti sacrifice. Sa bévue a ouvert la porte aux neufs joueurs de l'alignement des frappeurs, qui ont tous marqué pour Québec.

Gênant, vous dites? Surtout pour les releveurs des Aigles. Si Alvarez a été mauvais (huit points mérités et quatre buts sur balles en cinq manches), ses successeurs Tim Holmes (6 cs, 5 pm) Owen Boon (4cs, 3 pm) et Dennis Neal (6 cs, 5 pm) ont été pitoyables. Holmes a réussi ses «faits d'armes» en un tiers de manche. En fait, c'est un voltigeur, Brenden Webb, actif en neuvième, qui a affiché les meilleurs chiffres sur la butte pour les Aigles...

Le vis-à-vis gaucher Brett Lee, dont la tâche fut facilitée, a vogué vers une victoire sans histoire, lui qui a lancé pendant sept manches en n'accordant qu'un point mérité, à la suite d'un triple signé Kyle Lafrenz.

«C'était comme une pratique au bâton pour eux», soupirait le gérant des Oiseaux T.J. Stanton, dans son bureau. «Aucun de nos lanceurs n'a bien joué ce soir. Je comprends nos fans d'être déçus, surtout contre Québec.» 

«Ça ne paraît pas ce soir, mais on a eu de la difficulté à inscrire des points ici l'an dernier», rappelait quant à lui le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini.

Scalabrini ne pouvait s'empêcher d'avoir une petite pensée pour son ancien entraîneur des lanceurs Stanton. «Une défaite de 2-1 ou de 23-1, ça reste une défaite et il y a d'autres matchs au calendrier.»

Soirée de records

Question d'ajouter l'insulte à l'injure, les Capitales ont enregistré un nouveau record de la ligue en marquant 23 points. Ils battent la marque des Aigles, établie en juillet 2014 à Rockland lors d'un gain de 22-0.

En croisant la plaque six fois, Maxx Tissenbaum a quant à lui égalé le record qui appartient, depuis 2010, à Ivan Naccarata, un ancien des Capitales.

Finalement, les Aigles rejoignent plusieurs formations du circuit Wolff au chapitre des double-jeux encaissés (cinq). Du lot, Carter McEachern en revendique deux.

Carnet de notes

Avec l'embauche de Julio Martinez, les Aigles ont libéré, sans surprise, leur joueur de premier but Zach Mathieu, qui ne cassait rien à sa première saison dans la Can-Am.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer