Éric Gagné quitte les Aigles

L'an dernier, Éric Gagné a participé à un match... (Francois Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'an dernier, Éric Gagné a participé à un match avec les Aigles de Trois-Rivières contre son ancienne équipe des Capitales.

Francois Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Aigles ont perdu l'un de leurs grands ambassadeurs, mais ils ont peut-être aussi trouvé celui qui permettra à la concession de traverser les tempêtes et garantir son avenir à Trois-Rivières pour au moins les cinq années à venir.

Michel Côté et Jean Tremblay travailleront ensemble chez... (Aigles de Trois-Rivières) - image 1.0

Agrandir

Michel Côté et Jean Tremblay travailleront ensemble chez les Aigles, en plus d'assumer à eux deux les pertes financières de l'équipe. Quant à Bobby Baril, il continuera d'épauler l'équipe dans sa restructuration.

Aigles de Trois-Rivières

Le groupe de propriétaires a convié la presse régionale lundi pour annoncer deux nouvelles majeures: l'arrivée du président de Groupe Vertdure Jean Tremblay comme partenaire et le départ de l'ex-lanceur étoile Éric Gagné.

Gagné, on se souvient, en avait surpris plusieurs en enfilant l'uniforme des Champions d'Ottawa à la fin de la dernière saison, lui qui demeurait pourtant un membre important à la table des partenaires des Aigles. L'année précédente, il avait revêtu le chandail des Aigles le temps d'une rencontre qui avait attiré plus de 6000 personnes à Trois-Rivières.

Or, cette association d'affaires appartient désormais au passé. Le gagnant du trophée Cy-Young avec les Dodgers de Los Angeles en 2003, à l'instar du commissaire de la Can-Am Miles Wolff, ne sont plus partenaires chez les Aigles. Les deux hommes étaient des membres fondateurs du club, qui a vu le jour à l'automne 2012.

«Je lève mon chapeau à Éric. Il a accordé de l'argent et du temps à la cause des Aigles de Trois-Rivières. Nous lui serons toujours reconnaissants et on reste en étroite collaboration grâce à la compagnie de bâtons de baseball B45», a indiqué le copropriétaire des Aigles Michel Côté, qui assumera désormais les pertes financières de l'équipe en compagnie du nouveau venu Jean Tremblay.

Côté a pris la peine d'ajouter que la fin de l'association entre Gagné et les Aigles ne serait pas ternie par la controverse qui avait éclaté à la suite de sa décision de jouer pour les Champions. À l'époque, les Capitales de Québec s'étaient portés à la défense des Aigles dans cet épineux dossier. Le président de l'équipe Michel Laplante avait vilipendé Gagné qui, selon lui, tentait de monnayer ses services comme porte-couleurs des Aigles alors que ces derniers avaient grandement besoin de son implication.

Le poste de releveur numéro un lui avait notamment été offert, mais il avait refusé.

«Ce qu'on doit retenir, c'est qu'il a accompli de belles choses avec nous. Notre relation est excellente et elle le restera», a conclu Côté.

La passion de Jean Tremblay

Si on s'attendait au départ de Gagné, l'arrivée de Jean Tremblay était aussi prévisible. Celui qui s'implique chez les Capitales depuis une dizaine d'années avait assisté à la conférence de presse de cet été dévoilant l'embauche du gérant T.J. Stanton et de Bobby Baril à titre de vice-président aux opérations, question d'aider les Aigles dans leur restructuration.

Sa franchise régionale, par l'entremise d'Emmanuel Turcotte, participe aux activités des Aigles depuis les débuts. Tremblay agira maintenant à titre de propriétaire des Capitales et des Aigles.

«Quand je viendrai à Trois-Rivières, je vais m'assurer de changer ma casquette des Capitales pour celle des Aigles», a lancé en riant le nouveau partenaire de Côté. Les deux assumeront ensemble tous les risques financiers futurs des Aigles. Le président Marc-André Bergeron et Turcotte demeurent dans le groupe sans toutefois investir de nouvelles sommes d'argent. Quant à René Martin, il maintient ses fonctions comme directeur général et entreprendra une troisième année dans ce siège en 2017.

«Si j'ai dit oui, c'est que je sens qu'il y a un intérêt pour garder l'équipe à Trois-Rivières, a poursuivi Jean Tremblay. Je suis conscient qu'il y aura des déficits à éponger, mais avec un chiffre d'affaires de 35 millions $ dans l'entreprise, ce n'est pas ce qui nous inquiète.»

Groupe Vertdure s'implique aussi au sein de l'Assurancia de Thetford Mines de la Ligue nord-américaine de hockey.

«Je suis pas un grand fan de baseball, j'ai même de la difficulté à nommer tous les joueurs des Capitales! Mais je suis un fan d'affaires et le volet du développement communautaire m'intéresse.»

Tremblay refuse cependant de dévoiler quel montant il a dû débourser en compagnie de Côté pour éliminer le déficit de la dernière campagne. «C'est un montant appréciable, mais je ne peux le montrer ici. En ce moment, le montant déficitaire annuel varie entre 75 000 et 125 000 $.»

Mais ce ne sont pas les déficits qui décourageront Jean Tremblay. Il préfère voir le verre à moitié plein.

«C'est primordial de garder les Aigles dans la Ligue Can-Am, que ce soit pour la cause du baseball au Québec et pour les Capitales. Les deux sont des rivaux naturels. À Québec, on sait à quel point c'est difficile de ravoir une équipe si celle-ci disparaît. On le subit avec les Nordiques.»

Puisque les deux formations québécoises sont désormais liées plus que jamais, verra-t-on poindre des conflits d'intérêt? Aucunement, assure Bobby Baril, qui prenait place à la table des conférenciers, lundi, avec Côté et Tremblay. «Les deux équipes ne se feront pas de cadeaux sur le terrain. Jonathan Malo ne jouera pas à Trois-Rivières du jour au lendemain. Mais les 18 années d'expérience de Québec dans le baseball indépendant seront bénéfiques pour les Aigles.»

Finalement, Marc-André Bergeron assumera la présidence pour au moins deux autres saisons. Invité au camp d'entraînement des Blue Jackets de Columbus, Bergeron ne pouvait être présent à Trois-Rivières lundi.

«Il désire continuer de faire sa part chez les Aigles, il est encore un porte-parole super intéressant. Mais puisqu'il n'a pas d'entreprise comme Michel ou moi, ça devenait difficile pour lui d'assumer des risques», explique Jean Tremblay.

À cet effet, Tremblay rappelle que sur les 19 années d'opération des Capitales, seulement deux bilans de saison ont été écrits à l'encre noire. «La saison au cours de laquelle Éric Gagné a lancé pour nous et celle qui vient de prendre fin.»

De quoi donner confiance aux divers partenaires des Aigles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer