Une septième manche fatale

Connor Crane a marqué le deuxième point des... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Connor Crane a marqué le deuxième point des Aigles avec un circuit en quatrième manche. Steve Brown avait aussi croisé la plaque deux manches plus tôt.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Porfirio Lopez était en grande forme vendredi soir sur le monticule du Stade Stéréo Plus. Le reste de ses coéquipiers chez les Aigles, pas du tout. Les Trifluviens se sont inclinés par la marque de 5-2 contre les Miners de Sussex.

Avec deux points au compteur, les Aigles pouvaient toujours espérer l'emporter à l'approche de la septième manche, puisque le partant des Oiseaux n'avait accordé que trois coups sûrs en six manches de travail, en plus de récolter neuf retraits sur des prises.

Mais la défensive a cédé, en laissant un premier coureur atteindre les sentiers sur une erreur. Le simple du frappeur suivant, Carl Thomore, a permis à deux coureurs de s'installer sur les sentiers. Puis le double de Nick Giarraputo a non seulement permis aux Miners de niveler la marque, mais les Aigles ont commis une deuxième erreur sur la souricière qui s'en est suivie. L'officiel a appelé une obstruction contre Yeixon Ruiz qui a permis à Giarraputo d'atteindre le deuxième coussin. Une décision que T.J. Stanton n'a pas digérée. Il ne s'est pas privé pour sortir de l'abri et montrer les traces de pas du coureur sur la terre.

«L'arbitre a dit que le coureur a gardé sa ligne normale et que nous avions fait de l'obstruction. Je pense que c'était une très mauvaise décision parce que notre joueur était sur le gazon. Ç'a changé le momentum du match. C'est un peu notre spécialité cette année, perdre le momentum.»

En relève, Scott Kuzminsky n'a pu sortir les Aigles du pétrin. Deux frappeurs plus tard, il a accordé un circuit de trois points à Chris Jacobs. Tous les points des Miners ont donc été marqués en septième manche et ont tous été non mérités.

«C'est dommage parce que Porfirio a été très bon. On n'a rien fait pour gagner. Nous n'avons pas été bons défensivement et nous n'avons pas été bons au bâton», a souligné Stanton.

Si la défensive a fait défaut en septième, c'est l'offensive qui n'a pas livré la marchandise en neuvième manche. Les Aigles affichaient complet sur les sentiers et il n'y avait aucun retrait face Kaohi Downing. Mais un retrait sur des prises et deux optionnels plus tard, l'ancien releveur des Aigles s'en sortait pour donner la victoire aux Miners.

«C'est dommage parce que ce n'était pas un lanceur étoile de l'autre côté. Il est ordinaire pour la Can-Am, mais nous avons été indisciplinés.»

Les deux équipes ont de nouveau rendez-vous samedi soir, une série qui se poursuivra jusqu'à lundi.

Daniel Mateo... (Stéphane Lessard) - image 2.0

Agrandir

Daniel Mateo

Stéphane Lessard

Mateo sur l'équipe d'étoiles

À travers d'une saison difficile, Daniel Mateo aura été un des rares éléments de réjouissance chez les Aigles cette saison. Le joueur de troisième but a été nommé sur l'équipe d'étoiles de la Ligue Can-Am au terme d'un scrutin au sein des entraîneurs et des médias couvrant le circuit.

En 96 matchs, Mateo montre une moyenne de ,309 au bâton, sa meilleure depuis qu'il est arrivé avec les Aigles en 2014, en plus de produire 52 points et frapper 8 coups de circuit. Il est le meneur chez les Oiseaux dans ces catégories. Le Dominicain avait aussi représenté la Ligue Can-Am lors du match des étoiles à St. Paul, Minnesota, plus tôt dans la saison.

«Je suis vraiment content d'avoir été choisi et comment la saison s'est déroulée pour moi. Je pense que d'avoir joué du baseball hivernal en Colombie m'a permis de m'améliorer et d'être plus concentré.»

Ce qu'il y a de surprenant dans le choix de Mateo, c'est qu'il n'a disputé que 39 matchs au troisième coussin durant la saison, alors qu'il occupait le premier but lors de 32 autres rencontres. Il a aussi occupé le rôle de frappeur désigné à une vingtaine d'occasions.

«Parfois, c'est difficile de ne pas jouer au même endroit. Au premier but, tu ne bouges pas beaucoup alors qu'au troisième coussin pas mal plus. Il fallait que je m'habitue.»

À 26 ans, le frappeur ambidextre peut encore rêver à un retour dans le baseball affilié, lui qui a évolué pendant cinq saisons dans l'organisation des Royals de Kansas City. Avec une telle saison, il aura des arguments dans sa poche.

«Je pense que c'est significatif que ce soit les entraîneurs qui ont voté pour moi. Ça veut dire qu'il y a beaucoup de yeux qui me regardent. Il y a beaucoup de gens parmi eux qui peuvent m'aider à retourner dans les mineures», dit-il, ajoutant que si ce n'est pas le cas, il sera de retour à Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer