Les derniers seront les premiers

Matthew Rusch a été à la hauteur de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Matthew Rusch a été à la hauteur de sa réputation, ne permettant qu'un point et six coups sûrs en six manches de travail.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Céline Dion était peut-être sur la scène de l'Amphithéâtre Cogeco mardi soir, mais les 1974 personnes qui se sont présentées au Stade Stéréo Plus ont eu droit à tout un spectacle de la part des Aigles. Menée par ses bâtons, la pire équipe de la Ligue Can-Am s'est hissée au sommet pour l'emporter 14-7.

Envoyé sur la butte lors de ce match, Jasvir Rakkar n'a pas fait long feu, étant retiré après un retrait en deuxième manche. L'offensive trifluvienne n'a fait qu'une bouchée du Canadien, marquant pas moins de sept points avant qu'il ne quitte pour les douches.

Les frappeurs trifluviens ont fait résonner leur bâton à l'unisson et tous les tirs de Rakkar finissaient inévitablement par trouver une ouverture dans le front défensif québécois.

Venu en relève, Sam Brunner n'a pu stopper le train et a permis à deux autres coureurs de venir marquer avant la fin de la manche, deux points qui ont été portés à la fiche du partant des Capitales.

Un massacre qui s'est fait à petit feu puisque 13 frappeurs se sont présentés au marbre lors de cette manche. Steve Brown a croisé la plaque à deux reprises dans cette manche alors que Javier Herrera a produit deux points.

«Contre un lanceur comme Jasvir, tu as besoin d'un peu de chance pour t'aider, parce qu'il lance beaucoup de prises. Il avait lancé la semaine passée contre nous et il avait été excellent. C'était un gros défi pour les gars et ils ont bien répondu», a souligné le pilote des Aigles T.J. Stanton après le match.

Dans le camp adverse, Patrick Scalabrini ne s'est pas fait d'illusions. Il n'y aurait pas de retour miraculeux après cette manche de neuf points. La rencontre lui a toutefois permis de prendre une décision.

«Notre partant nous a sortis complètement du match. Nous n'avions plus d'énergie. Jasvir allait potentiellement être notre quatrième partant pour les séries, mais il vient de se sortir de l'équation.»

Les frappeurs trifluviens ont poursuivi leur travail de destruction en cinquième manche. Avec une avance de 10-0, ils ont ajouté quatre points grâce à deux longues frappes qui ont touché la clôture. Connor Crane a fait marquer trois points sur un double, avant de venir marquer sur le simple de Jiwan James. Crane a d'ailleurs conclu la soirée avec quatre points produits.

«Les prochains jours seront importants, parce que ce sont les partants que nous aurons en séries. Si nous sommes 0-4 dans les quatre prochains matchs, je ne serai pas heureux. Mais celle de mardi soir, on l'oublie», indique Scalabrini.

Les Aigles avaient envoyé Matthew Rusch au monticule pour ce match, lui qui n'est assurément pas le lanceur que les Capitales souhaitaient affronter avec un déficit de 9-0 après deux manches. Le partant a été à la hauteur de sa réputation, ne permettant qu'un point et six coups sûrs en six manches de travail.

«Avec Matthew, chaque fois que tu marques un point, tu prends de la vie à l'autre équipe, a souligné le gérant trifluvien. Maintenant, je vais dire aux joueurs que chaque journée est nouvelle et que même si on a marqué 14 points, ça recommence à zéro dans 24 heures.»

Le seul regain de vie des Capitales aura été en neuvième manche. Incapable de trouver la zone des prises, Mac Acker a permis six points aux visiteurs avant d'être sorti de la rencontre après deux retraits au tableau.

Les Capitales ont quitté le Stade Stéréo Plus incognito pour se diriger vers la Vieille-Capitale puisque les deux prochains matchs entre les deux équipes seront disputés au Stade municipal. Avec la victoire de mardi, les Aigles se retrouvent avec un dossier de 8-10 contre les Capitales, leur meilleure fiche face à toutes les équipes de la Ligue Can-Am.

«Depuis un bout de temps, ils ont plus de victoires et on perd contre tout le monde. Mais année après année c'est toujours difficile à Trois-Rivières. Je ne sais pas pourquoi. C'est peut-être l'odeur de la ville...», a blagué le gérant québécois.

Carnet de notes

Il y avait une absente de marque dans le camp des Aigles mardi. Frédérique Plouffe, la «bat girl» de l'équipe a dû rater le match, blessée au bas du corps après que la clôture protectrice pour les préposés au bâton se fut fermée sur son pied samedi dernier lors du match des 4 Chevaliers.

La jeune fille n'avait presque pas raté de matchs en deux saisons, si ce n'est que lorsqu'elle devait être à l'école. Son cas sera réévalué sur une base quotidienne...

Ryan Bollinger a été utilisé en relève pour cette rencontre, puisque Stanton a modifié la liste de ses partants afin de permettre à Matthew Rusch et Edilson Alvarez, le partant mercredi, de lancer deux fois d'ici à la fin de la saison.

Delvis Morales libéré

Les Aigles ont dit au revoir à Delvis Morales mardi, lui qui était avec l'équipe depuis le début de la saison.

Le joueur d'arrêt-court n'a rien cassé à Trois-Rivières et a été aux yeux de plusieurs une déception puisqu'il avait évolué au niveau AAA dans l'organisation des Dodgers de Los Angeles pendant 29 matchs en 2014.

Les statistiques du Dominicain n'ont pas impressionné. Il a maintenu une moyenne au bâton de ,232, ne démontrant que très peu de puissance. Il aura ajouté 11 buts volés à son dossier.

En défensive, ce ne fut guère mieux, puisque Morales a dominé la colonne des erreurs de l'équipe avec 22, ce qui le plaçait au quatrième rang de la Ligue Can-Am à ce chapitre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer