Les Aigles encaissent un autre balayage

Mal appuyé par une défensive qui a commis... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Mal appuyé par une défensive qui a commis trois erreurs, Ryan Bollinger a encaissé sa septième défaite de la saison.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Aigles ne jouent que pour leur honneur depuis un certain moment déjà et même quand ils connaissent un bon début de match, ils trouvent le moyen de tout bousiller.

Après s'être forgés une avance de 2-0 en première manche, la troupe de T.J. Stanton a ouvert la porte aux Jackals, qui ont complété le balayage en l'emportant 10-5, jeudi au stade Yogi-Berra de Little Falls, au New Jersey.

La défensive poreuse des Trifluviens a de nouveau eu un impact dans ce match alors que trois erreurs ont été commises.

Le lanceur Ryan Bollinger, qui pointe au sommet peu enviable de la Ligue Can-Am pour le nombre de défaites (7), ne s'est pas donné beaucoup de chance en accordant huit coups sûrs aux locaux en un peu plus de quatre manches. Cinq des huit points accordés par le grand rouquin étaient mérités.

«Il a eu une partie correcte, sans plus, jugeait Stanton. Il n'a pas joué de chance avec plusieurs roulants qui ont percé l'avant-champ. La défensive doit accomplir du meilleur travail pour aller chercher les retraits. Quand tu affrontes un bon club, il faut savoir faire ces jeux.»

Le scénario se répète donc pour les Aigles, qui avaient aussi subi un revers sans appel mardi dans le premier match de la série. Privés de plusieurs éléments clés mercredi, ils avaient pourtant été en mesure de chauffer les Jackals, notamment grâce à une superbe prestation de Matthew Rusch au monticule.

Daniel Mateo, qui effectuait un retour dans la formation jeudi après s'être marié la veille dans la région de New York, a claqué deux coups sûrs, tout comme Connor Crane.

Crane, une recrue embauchée en milieu de saison, se présentait jeudi au quatrième rang des frappeurs! Il a produit deux des cinq points des siens.

Mais on retiendra encore de cette rencontre l'incapacité des Aigles à concrétiser leurs chances de marquer.

«Ce n'est pas normal d'amorcer la quatrième manche avec deux buts sur balles et de ne pas pouvoir inscrire un seul point, grimaçait Stanton. C'est plate parce que le début de la partie avait été prometteur pour la suite.»

Les Trifluviens ont quitté le New Jersey au terme du duel. Ils entameront vendredi une série de trois matchs face aux Capitales, à Québec. T.J. Stanton devra insérer un vétéran sur la liste des joueurs inactifs parmi Rusch, Steve Brown, Javier Herrera, Danny Richar et Jesus Merchan.

Edilson Alvarez, l'un des bons lanceurs du club depuis le mois de mai, aura la tâche de défier les bâtons des Capitales.

Fébrile, Stanton espère que ses protégés pourront lui donner sa première victoire comme gérant des Aigles face à son ancienne formation.

«Ce sera spécial! Je n'ai pas gagné contre Québec l'année passée quand j'ai dirigé les Grays de Garden State à la fin de l'année. J'espère renverser la tendance.»

Une mêlée générale devient virale

Une mêlée générale entre les Boulders de Rockland et les Jackals du New Jersey, survenue le 14 juillet au domicile des Boulders, fait le tour des réseaux sociaux et des médias nord-américains depuis jeudi.

La séquence montre le releveur du New Jersey Fernando Cruz quitter l'abri de son équipe, passer à toute vitesse derrière le jeu pour se diriger vers l'abri des Boulders, où il tente de s'en prendre à un joueur de l'équipe.

Il est rapidement maîtrisé par les deux gérants, avant de menacer ses rivaux et de les inviter à échanger les poings après le match. Plus tôt dans la rencontre, Cruz avait permis cinq points aux Boulders en fin de neuvième manche. Il a été suspendu pour cinq parties pour son geste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer