Pas de cadeau pour Stanton

Porfirio Lopez a connu une courte et désastreuse... (Photo: Francois Gervais)

Agrandir

Porfirio Lopez a connu une courte et désastreuse soirée de travail dans la défaite de 11-2 des Aigles au New Jersey.

Photo: Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Victorieux lors des débuts de Maxime Poulin à la barre du club il y a une semaine à Ottawa, les Aigles de Trois-Rivières ont échoué dans leur quête de faire le même cadeau au nouveau gérant T.J. Stanton, mardi au New Jersey.

Contre une équipe des Jackals qui tentait de freiner une pénible séquence de cinq défaites, les Oiseaux ont subi un revers sans appel de 11-2, un quatrième en autant de matchs au Stade Yogi-Berra. La partie a duré près de trois heures et 30 minutes.

Le Noël du campeur approche à grands pas au Québec et les Aigles ont de nouveau distribué les offrandes au cours de cette soirée. Chancelant depuis le début de la saison, Porfirio Lopez a été particulièrement généreux, concédant un circuit de trois points à Cory Vaughn dès la deuxième manche.

Tout juste avant cette claque, l'entraîneur des lanceurs Matthew Rusch avait pris la peine de s'entretenir avec son artilleur sur le monticule. Lopez a donné trois autres points durant ce tour au bâton et les Jackals menaient déjà 6-0 après deux manches.

Lopez n'a plus jamais quitté l'abri des Aigles par la suite. En 11 sorties, sa moyenne de points mérités est de 5,70. Seul Deryk Hooker des Capitales faire pire que lui. Aucun lanceur n'a accordé plus de buts sur balles que Lopez jusqu'à maintenant dans le circuit Wolff (43).

«C'était une mauvaise sortie de sa part, regrettait Stanton. C'est quasiment impossible de gagner un match en donnant six points dès le départ. Par contre, je retiens quelques points positifs.»

La tenue du releveur Dennis Neal se retrouve sur cette courte liste. Le numéro 24 a oeuvré pendant quatre manches, blanchissant les Jackals et les limitant à deux coups sûrs. En excluant son match de dimanche contre Québec, Neal joue du bon baseball depuis le début du mois de juillet.

«Il a laissé une chance à l'équipe de revenir dans le match», convenait Stanton, dont l'équipe a claqué neuf coups sûrs contre sept pour ses hôtes.

Le hic, c'est que 11 buts sur balles ont aussi été accordés aux Jackals. Les releveurs Scott Kuzminsky (3) et Tyler Stirewalt (4) n'ont pas aidé les Aigles à ce chapitre.

En attaque, T.J. Stanton retenait plusieurs «très bonnes apparitions au bâton»... sans hélas les points qui viennent habituellement avec ces bonnes présences. Zak Colby, qui disputait son dernier match avec les Aigles, a fabriqué les deux points tandis que Reed Lavallee et Ryan Brockett ont croisé la plaque.

«Nous avons au moins trois balles à double-jeu ce soir, c'est beaucoup trop.» En cinquième manche, Connor Crane et Danny Richar ont frappé de faibles chandelles alors que les buts étaient remplis. En pareilles circonstances, les Trifluviens ne frappaient que pour ,207 avant la joute de mardi soir.

Les Aigles et les Jackals s'affronteront de nouveau mercredi au New Jersey, dans une rencontre prévue en fin d'avant-midi.

Javier Herrera et Steve Brown (problème de visa) n'ont pas accompagné l'équipe au New Jersey.

Poulin explique sa version des faits

Insatisfait des motifs publiés par les Aigles pour expliquer sa démission, l'ex-gérant de l'équipe, Maxime Poulin, a livré sa version des faits, très tard lundi soir.

Dans une vidéo publiée sur Facebook - elle avait déjà été visionnée près de 6000 fois en début de soirée mardi -, Poulin explique que le président des Aigles Marc-André Bergeron l'avait convié chez lui pour lui offrir le poste de gérant, dans la foulée du congédiement de Pierre-Luc Laforest.

Après avoir discuté avec Bergeron pendant une trentaine de minutes, les deux hommes avaient réussi à s'entendre sur la question du salaire et le contrat qui devait les unir jusqu'à la fin de la saison.

«Je sentais que j'étais leur gars de confiance, que j'avais le feu vert. Puis, en me reconduisant à la porte, il me dit que les Aigles étaient en pourparlers avec un entraîneur qui pourrait peut-être terminer la saison ici. J'ai été très frustré alors j'ai demandé des garanties pour mon poste de gérant. J'ai eu l'impression qu'on a ri de moi.»

Poulin a donc décidé de faire ses valises et quitter l'équipe pour de bon. Il a néanmoins pris le temps de rendre hommage au nouveau gérant T.J. Stanton, qu'il connaît bien. Il a également prié les partisans de baseball de la région de continuer à encourager le club, malgré les moments difficiles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer