Les Aigles crient au vol

L'officiel Ian Kelley, ici en discussion avec Junior... (Andréanne Lemire)

Agrandir

L'officiel Ian Kelley, ici en discussion avec Junior Arrojo des Boulders, a fait rager les joueurs et partisans des Aigles en accordant un circuit aux visiteurs, renversant la décision originale, une fausse balle.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Boulders de Rockland ont tiré profit d'une décision controversée d'un officiel, dimanche au Stade Stéréo Plus, pour empocher deux victoires de 6-4 et 4-1 et quitter Trois-Rivières avec les honneurs d'une série de trois matchs contre les Aigles.

En avance 4-2 avant le septième et dernier tour au bâton des visiteurs dans la première rencontre d'un programme double, les Aigles ont vu l'officiel au marbre Ian Kelley renverser une décision de son collègue Tim McCaffrey. Un appel qui a eu des conséquences désastreuses pour les Trifluviens.

Avec un retrait au tableau, le releveur Scott Kuzminsky affrontait le neuvième frappeur des Boulders, Devin Harris, quand ce dernier a expédié la balle de l'autre côté de la clôture du champ gauche.

McCaffrey n'a pas hésité à déclarer une fausse balle, ce qui semblait être le bon appel, mais les releveurs de l'enclos des Boulders ainsi que leur gérant Jamie Keefe ont répliqué qu'il s'agissait d'un circuit.

Au terme d'un conciliabule entre les trois arbitres, Kelley a accordé le circuit à Harris, à la consternation des courageux partisans dans les gradins, présents malgré les conditions automnales.

Kuzminsky a par la suite ouvert la porte aux Boulders, qui ont créé l'égalité, avant d'ajouter deux points en huitième manche alors qu'ils faisaient face à David Leblanc.

Il n'en fallait pas plus pour que les esprits s'échauffent en fin de huitième.

En retard par deux points et acculés au pied du mur, les joueurs des Aigles Danny Richar et Connor Crane ont été expulsés. Ces derniers, à l'instar du gérant Pierre-Luc Laforest, ont dit leur façon de penser à Kelley.

C'était le deuxième accrochage entre Laforest et Kelley en l'espace de quelques jours. Il y a une semaine au domicile des Boulders, le gérant québécois avait eu maille à partir avec le jeune arbitre, qui avait appelé une feinte irrégulière à l'endroit de Leblanc.

En furie

Laforest ne mâchait pas ses mots après la rencontre. Expulsé, il a raté les dernières secondes du match et tentait déjà de joindre le responsable des officiels de la Ligue Can-Am, Jim Grillo, au moment de s'entretenir avec les membres des médias.

Quelques minutes plus tôt, Kelley quittait le terrain sous les huées - et même les menaces - de certains amateurs.

«Comment peut-il renverser une telle décision sans reprise vidéo? Tu dois vivre avec ta décision, point final. Tout le monde a vu cette balle à l'extérieur, mais Ian, il pense que c'est lui qui fait le spectacle», s'indignait Laforest.

«Chaque fois qu'il a la chance de nous en mettre entre les fesses, il le fait. Il ne prend pas ses responsabilités.»

La défaite a été portée à la fiche de Leblanc. Ryan Bollinger avait amorcé la rencontre pour les Aigles et pendant six manches, il a très bien lancé. L'attaque avait aussi réussi à produire suffisamment de points pour bousculer les Boulders et leur excellent partant, le gaucher Richard Salazar.

Ce revers crève-coeur a vraisemblablement joué dans la tête des Oiseaux, qui ont disputé une mauvaise partie lors du deuxième duel. Encore une fois, les locaux ont créé des étincelles en attaque et Edilson Alvarez a accompli du boulot honnête au monticule, mais trop de coureurs ont été abandonnés sur les sentiers.

Le vétéran Steve Brown a d'ailleurs passé une bonne partie du match à argumenter avec les officiels. «Nous avons joué avec frustration et l'énergie n'y était pas», se désolait Laforest qui, après le deuxième match, avait déjà parlé avec les hautes instances du circuit.

Marcus Nidiffer (deux circuits dans la journée) ainsi que Devin Harris ont claqué la longue balle pour Rockland. Les Aigles bénéficieront d'une journée de congé lundi avant de prendre la route d'Ottawa, où ils tenteront de vaincre les Champions pour la première fois de la saison mardi.

«Je veux revoir l'énergie des quatre derniers matchs. C'est désolant ce qui est arrivé, mais on doit l'oublier.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer