Les Aigles coulés par une mauvaise décision

Le partant des Miners Joe Donino a offert... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Le partant des Miners Joe Donino a offert sa meilleure performance de la saison face aux Aigles, accordant un seul point mérité en huit manches de travail.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un mot pouvait qualifier la dixième manche des Aigles mardi soir: mauvais. Un mauvais lancer en défensive... et une mauvaise décision alors que l'équipe menaçait au bâton. Au bout du compte, les Oiseaux ont encaissé une septième défaite de suite contre les Miners de Sussex, 3-2, devant 1317 personnes au Stade Stéréo Plus.

Croupissant dans la cave du classement de la Ligue Can-Am, les deux clubs cherchent à balayer l'autre afin de sauver leur saison respective. Si les Miners ont enlevé la première bataille de cette série de trois matchs, c'est peut-être en raison d'un appel douteux de l'entraîneur adjoint des Aigles Maxime Poulin.

Avec Zak Colby en position de marquer au deuxième coussin, Danny Richar a frappé un simple. Au lieu de l'arrêter au troisième but, Poulin a poussé Colby jusqu'au marbre. Il n'avait pas encore complété la moitié du trajet entre les deux coussins que le receveur des Miners Alex DeBellis l'attendait à la plaque, la balle dans son gant.

Ce fut le dernier retrait d'une partie qui aurait pu s'allonger de quelques minutes si Poulin avait été patient, alors que Kyle Lafrenz (0 en 3) était posté dans le cercle d'attente. Le responsable des frappeurs admettait sa faute à sa sortie du terrain.

«J'ai été trop agressif, ce n'était pas le bon appel», regrettait Poulin, glissant au passage que le relais du voltigeur de gauche des visiteurs, Dominique Taylor, était parfait. «Mais même sans être précis, il aurait eu la chance de retirer Zak.»

Ce jeu ne rend pas justice à la soirée de Colby. Le nouveau-venu, prêté par l'équipe de l'île de Shikoku aux Aigles pour quelques matchs, a frappé trois coups sûrs en cinq présences.

S'il décide de poursuivre sa carrière dans le circuit Wolff l'an prochain, il sera sans doute un rouage important à la formation de Pierre-Luc Laforest.

Une histoire de quelques pouces

Plus tôt en dixième, les Miners avaient marqué le point victorieux, conséquence d'un mauvais lancer du releveur dominicain des Aigles Omar Duran, qui est passé juste un peu trop à l'extérieur, frôlant le gant du receveur Simon Gravel.

Chris Chiradio, qui disputait son premier match dans le baseball professionnel, a aisément croisé la plaque.

«C'est dommage pour Omar, car il lance très bien depuis qu'il s'est joint à nous», mentionnait Edilson Alvarez, le lanceur partant d'office mardi.

Ce dernier entamait une rencontre pour la première fois depuis le 5 août et il n'a pas déçu, ne permettant que deux points (un mérité) sur six coups sûrs et aucun but sur balles en six manches de travail.

David Leblanc, Scott Kuzminsky et Kaohi Downing ont aussi connu de bons moments sur le monticule. Danny Richar et Connor Crane ont produit les points en attaque.

«On essaie vraiment tout, mais ça ne fonctionne pas, poursuivait Alvarez. Ce soir, c'était un bon match, nous avons peu de choses à nous reprocher, surtout au monticule et en défensive. Mais nous sommes confiants que ça va finir par débloquer. On a réussi en 2015, on peut le répéter.»

Les Aigles sont à 14,5 matchs du quatrième rang et d'une participation aux séries.

Carnet de notes

Daniel Mateo a désormais frappé la balle en lieu sûr dans 19 rencontres de suite au Stade Stéréo Plus... Le simple de Simon Gravel en neuvième manche lui a permis de mettre un frein à une vilaine séquence au bâton. Depuis le 16 juin, le Québécois était 0 en 23... Avec trois retraits sur des prises, Yeixon Ruiz montre une moyenne de présence sur les sentiers de ,325, ce qui est trop peu pour un joueur à sa position...

Steve Brown et Javier Herrera pourraient réintégrer la formation bientôt. Dans le cas de Herrera, on parlait même de mercredi soir.

Le gérant des Miners Bobby Jones n'a pas apprécié le travail de l'officiel Joey Stegner derrière le marbre. «Sa zone des prises changeait plus le match avançait. On doit souvent négocier avec ça dans cette ligue, surtout quand nous détenons l'avance», affirmait Jones, néanmoins heureux de quitter le stade avec un précieux gain en poche. «Je comprends la déception des Aigles, nous sommes dans le même bateau qu'eux...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer