Blanchette fait sa place

Guillaume Blanchette est devenu le cinquième lanceur québécois... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Guillaume Blanchette est devenu le cinquième lanceur québécois à entamer une partie pour les Aigles, samedi.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Malgré ses 22 ans, Guillaume Blanchette n'a pas mis de temps à gagner la confiance de Pierre-Luc Laforest et Matthew Rusch chez les Aigles de Trois-Rivières. Après deux présences en relève depuis son arrivée dans la cité de Laviolette, le gaucher québécois a obtenu son premier départ en carrière chez les professionnels, samedi, dans une victoire de 5-4 contre les étoiles japonaises.

Bien qu'il n'ait pas été impliqué dans la décision, l'ancien des Bisons de Saint-Eustache a tout de même offert une bonne performance, ponctuée de 79 lancers. Blanchette a oeuvré pendant 5,1 manches, accordant quatre points (trois mérités) sur cinq coups sûrs et deux buts sur balles. Il a aussi réussi deux retraits sur trois prises.

«Après mes apparitions en relève, je me sentais prêt. Les quatre premières manches se sont déroulées à merveille. J'ai ensuite manqué un peu de gaz vers la fin. Je suis quand même bien content de mon match», raconte celui qui est devenu le cinquième Québécois à obtenir un départ dans l'uniforme des Aigles, après Guillaume Duguay (1), François Lafrenière (16), David Leblanc (1) et Éric Gagné (1).

Face à des frappeurs japonais qui n'hésitent pas à s'approcher du marbre, le gaucher des Aigles raconte avoir dû ajuster quelque peu ses tirs. «Ils étaient complètement collés sur la plaque. C'était la différence la plus majeure avec les frappeurs que je suis plus habitué d'affronter. Ça explique pourquoi j'ai atteint deux frappeurs pendant le match», souligne l'artilleur qui obtiendra de nouveau la balle, vendredi à Pomona, face aux Boulders de Rockland.

À 22 ans, Blanchette espère profiter de son temps de jeu avec les Aigles pour attirer le regard des formations des Ligues majeures. Ignoré lors du plus récent repêchage du circuit Manfred, il n'a pas hésité une seconde à accepter l'invitation trifluvienne.

Au cours de la dernière campagne avec les Chapparals de Lubbock Cristian University au Texas, en division 2 de la NCAA, Blanchette a compilé un dossier de 12-2 et une excellente moyenne de points mérités de 1,73.

«J'ai connu une bonne année aux États-Unis, mais ça n'a pas abouti. J'espère que je vais réussir à me faire voir par une équipe qui va m'offrir un contrat, mais pendant ce temps-là, je veux aider les Aigles à gagner un deuxième championnat», sourit celui qui a renoué avec Simon Gravel dans le vestiaire trifluvien, son ancien coéquipier de la formation Rive-Sud dans le midget AAA.

En bout de ligne, qu'il reçoive un appel ou non des grandes ligues, le Québécois originaire de Saint-Constant entend savourer chaque instant chez les professionnels. «C'est merveilleux. J'ai un job de rêve. Je suis sur le terrain à tous les jours, j'en profite!»

Partager

À lire aussi

  • La magie opère face au Japon!

    Aigles

    La magie opère face au Japon!

    Décidément, les Aigles de Trois-Rivières sont atteints par une inexplicable magie face aux étoiles de la Ligue japonaise de l'île Shikoku! Grâce à un... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer