Enfin une victoire pour les Aigles

Après 13 défaites consécutives, les Aigles de Trois-Rivières... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Après 13 défaites consécutives, les Aigles de Trois-Rivières ont finalement remporté un match, et de belle façon, face à l'équipe nationale cubaine.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'énorme poids qui pesait sur les épaules des Aigles de Trois-Rivières depuis la fin du mois de mai s'est enfin envolé, mercredi soir au stade Fernand-Bédard, alors qu'ils ont mis un terme à une triste séquence de 13 revers consécutifs grâce à une victoire de 4-3 signée aux dépens de l'équipe nationale de Cuba.

Devant 3167 spectateurs, la bande à Pierre-Luc Laforest a profité d'un début de match sur les chapeaux de roue pour faire subir aux visiteurs une quatrième défaite en six sorties depuis leur arrivée au Canada.

«Ça fait du bien d'en gagner une. J'ai commencé la saison à 230 livres et je dois être rendu à 250 livres!», a lancé le gérant, fort heureux de pouvoir enfin savourer une victoire. «Quand tu trouves une façon de perdre à tous les jours et que tu en joues une bonne de même, ça enlève un poids à bien des joueurs qui essayaient d'en faire trop.»

Le vétéran Steve Brown parlait également de soulagement dans le vestiaire trifluvien. «Ça nous enlève une certaine pression. Il reste encore beaucoup de matchs à jouer et on doit commencer à enchaîner les victoires», mentionne le voltigeur de centre qui a atteint les sentiers à ses quatre présences au bâton.

Mercredi, le départ des Aigles a été à ce point fracassant que le lanceur partant cubain, Yosvany Torres, était déjà aux douches avant la fin de la première manche, résultat de trois points accordés sur trois coups sûr, deux buts sur balles et seulement deux retraits réussis. Steve Brown, Daniel Mateo et Kyle Lafrenz ont causé les dommages en produisant un point chacun. Mateo allait produire le quatrième point des Aigles quelques manches plus tard.

Pendant ce temps, Porfirio Lopez a livré une bonne performance de 5,1 manches sur la butte, malgré quelques problèmes de contrôle qui ont offert six passes gratuites aux joueurs des Antilles. «Porfirio lance très bien depuis le début de l'année, mais il se place dans le trouble avec les buts sur balles. S'il peut les couper de moitié, il peut être très fatiguant pour les frappeurs adverses», a noté Laforest.

En relève, Scott Kuzminsky a fermé la porte à merveille pendant deux manches avant de voir Kaohi Downing réussir un premier sauvetage depuis le 30 mai. Kuzminsky a d'ailleurs réussi à racheter un début pénible alors qu'il avait lancé sept balles à ses neuf premiers tirs. Après avoir retrouvé le marbre, il s'est payé quatre rivaux dans la mitaine.

«On a revu le Kuz de l'an dernier. Ça fait du bien de voir de l'intensité chez nos lanceurs qui veulent la balle dans des moments sous pression», a souligné l'entraîneur des Aigles.

Toujours dans le rayon des améliorations, la défensive trifluvienne, parfois douteuse la veille, s'est redressée brillamment pour le deuxième match de cette série. Javier Herrera a donné le ton sur le deuxième jeu du match avec un attrapé spectaculaire qui a mis le partant Lopez en confiance. Quelques manches plus tard, c'était au tour de Yeixon Ruiz de l'imiter dans la gauche pour éviter que Cuba ne s'inscrive à la marque. L'avant-champ n'a pas été en reste, notamment avec un double-jeu important à la septième reprise.

À travers l'euphorie de la victoire, Laforest gardait tout de même les deux pieds sur terre. Après tout, les Aigles pointent toujours dans la cave du classement avec un dossier de 4-21. «Il n'y a rien de gagné encore. Il y a encore pas mal de chemin à faire pour s'améliorer.»

Aussitôt arrivé, aussitôt reparti

Dans l'autre vestiaire, le gérant cubain Roger Machado regrettait le départ hâtif de Yosvany Torres. Il a dû utiliser ses releveurs plus tôt que prévu. Malgré leur bon travail, le mal était fait.

«Yosvany a lancé des balles avec peu de vélocité et trop hautes alors les Aigles ont sauté sur l'occasion. C'est dommage, car en attaque, on a bien frappé. Ce fut un bon match serré dans l'ensemble pour les deux équipes.»

Mais les Cubains ne se contenteront pas de jouer «des bons matchs.» Une deuxième défaite de suite dans ces séries nord-américaines avec les clubs de la Ligue Can-Am les embêterait au plus haut point.

Machado déléguera d'ailleurs son meilleur artilleur jeudi en la personne de Freddy Alvarez. Bien qu'il ait connu des ennuis à Québec, il demeure l'un des plus dominants à sa position à Cuba, selon Machado.

Carnet de notes

La patience de Javier Herrera a été récompensée au bâton. Grâce à deux buts sur balles, le voltigeur a croisé le marbre à deux reprises... Pour le troisième match de cette série, Matthew Rusch sera opposé au Cubain Alvarez.

Avec la collaboration de Louis-Simon Gauthier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer