Les Aigles échappent un dixième match de suite

La défensive a coulé les Aigles vendredi soir.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

La défensive a coulé les Aigles vendredi soir.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Aigles ne savent plus comment gagner. Vendredi, ils ont subi des défaites de 5-4 et 8-5 dans un programme double face aux Champions d'Ottawa au Stade Fernand-Bédard pour porter leur fiche à un médiocre 3 victoires et 18 défaites. Un grand ménage semble se préparer dans le vestiaire trifluvien.

Autant lors du premier que du deuxième match de la journée, les Trifluviens se sont forgé une avance de deux points dès la première manche, avant de voir les visiteurs revenir de l'arrière, ceux-ci profitant des carences défensives des locaux.

Le gérant Pierre-Luc Laforest a d'ailleurs été expulsé de la rencontre après la cinquième manche du deuxième match et il ne s'est pas adressé aux journalistes. C'est l'entraîneur des frappeurs Maxime Poulin qui a rencontré les membres de la presse, et il n'a pas été tendre envers ses équipiers.

«Tu as beau être la meilleure équipe pour frapper, pour lancer, si tu ne fais pas les jeux de routine, ça ne marchera pas. C'est ce qui est arrivé encore aujourd'hui. Les gars vont devoir se réveiller et en faire plus. Si on attrape la balle, c'est deux victoires aujourd'hui», a-t-il dit.

En fin d'après-midi, l'explosion offensive des visiteurs est venue en sixième manche. Le lanceur trifluvien Porfirio Lopez, qui faisait très bien jusque-là, a accordé un circuit de deux points à Kenny Bryant. David Leblanc, venu en relève, n'a pu stopper l'hémorragie et les Champions ont ajouté trois autres points au compteur. Un bref retour des Oiseaux en neuvième grâce à un circuit de deux points de Simon Gravel n'aura pas été suffisant.

En soirée, les Aigles, qui connaissent de graves difficultés en offensive depuis le début de la saison, ont fait preuve de plus de régularité, inscrivant des points lors des quatre premières manches. Mais la récolte de cinq points des Champions en troisième a donné le coussin nécessaire aux quatre lanceurs ottaviens qui se sont partagé le boulot pour signer une victoire de 8-5.

Ironiquement, les Aigles ont obtenu 13 coups sûrs dans cette rencontre, contre neuf pour les Champions, qui ont commis une erreur de plus. Des statistiques qui auraient dû être suffisante pour l'emporter. Mais Luis Munoz a encore une fois connu une sortie difficile, perdant le marbre en troisième manche. Un seul des six points marqués contre lui aura été mérité. C'est toutefois les nombreuses erreurs mentales, même si elles n'apparaissent pas au tableau, qui ont fait mal aux Oiseaux.

«De ne pas attraper la balle, je suis tanné, a pesté Poulin. Il y a un ménage qui s'en vient. Un ménage, c'est une chose, mais c'est une affaire d'équipe. Quand un gars se fait mettre à la porte, ce n'est pas juste lui, c'est l'équipe. Si l'équipe avait une fiche de 10 victoires et 10 défaites, il y aurait moyen de travailler avec elle. Mais lorsqu'on regarde notre fiche, ça ne ment pas trop. Un moment donné, il faut que tu fasses le ménage et c'est ce qui s'en vient.»

Herrera en grande forme

À son retour au jeu après avoir finalement obtenu son visa de travail jeudi, Javier Herrera n'a pas raté son entrée. Il a obtenu un coup sûr en trois présences lors du premier match de la journée, mais surtout, il a claqué un long circuit au champ centre qui a réduit l'écart à 6-5 en soirée. Le voltigeur de droite a terminé la soirée avec trois coups sûrs, deux points produits et deux points marqués.

«Il y avait beaucoup d'anxiété, mais j'ai réussi à me calmer. Je pense que dans les grosses situations, nous avons quand même fait un bon travail collectif, même si nous pouvons faire mieux. Mais on joue du meilleur baseball», a analysé le Vénézuélien.

Poulin estimait d'ailleurs que les coéquipiers de Herrera auraient dû se nourrir de ce retour au jeu.

«Un gars qui n'a pas joué de l'année et qui amasse quatre coups sûrs, si tu n'es pas capable de trouver la motivation avec ça, tu dois te regarder dans le miroir. Ça va faire les vacances. Couche toi plus de bonne heure, change ta routine, mais fais ce que tu dois faire pour jouer à la balle.»

Les deux équipes se retrouveront de nouveau samedi soir sur l'avenue Gilles-Villeneuve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer